Faire une Licence après le Bac S

Faire une Licence après le Bac S

Un bachelier S sur 2 s’oriente vers l’université, la plupart du temps pour des études longues (bac +5 et plus). Toutes les filières leur sont ouvertes, avec, souvent, le succès à la clé.

12 juillet 2011 | digiSchool Bac S | 0 avis

Faire une Licence après le Bac S

 

Lettres, Sciences humaines, économie / gestion : ça roule pour les S !

Du fait de leur bonne culture générale et de leur esprit d’analyse, ces bacheliers réussissent très bien dans les filières de droit (16% de S), lettres (11% de S), langues (10% de S), AES (5% de S) et sciences humaines (12% de S) . Débouchés nombreux, que ce soit dans l’enseignement, le journalisme et la communication ou encore les concours de la fonction publique (voir Licences après un bac ES et L et Débouchés après un bac ES et L).

 

L’économie / gestion : les S sont rois

Contrairement à une idée reçue, les sortant de S marchent aussi sur les plates-bandes des ES en économie / gestion, des domaines qui requièrent une expertise en modélisation mathématique des phénomènes économiques. Ce n’est pas un hasard s’ils en représentent près d’1 étudiant sur 4 ! Débouchés dans la finance, les études économiques, la banque, la comptabilité, l’entreprise…

 

Les licences de sciences : les S omniprésents

Il s’agit des filières universitaires les plus spécifiques aux bacs S, dont plus de 80% des inscrits sont originaires. Une filière qui souffre pourtant d’une désaffection des S ces dernières années, au profit des écoles d’ingénieurs : moins de 20% des bacheliers fait ce choix.

La filière Sciences et technologie :

choisie par la majorité des bacheliers S, se divise en plusieurs mentions : Mathématiques fondamentales ou appliquées, Physique fondamentale ou appliquée, Chimie fondamentale ou appliquée, mais aussi Mathématiques et Informatique. Une formation pluridisciplinaire comprenant, outre, l’informatique, des maths, de la physique et de la chimie. Débouchés : création web et télécommunications, systèmes bureautiques, gestionnaires de bases de données….

La licence STPI (sciences et technologies pour l’ingénieur) :

Cette filière, pluridisciplinaire en L1 et L2 (maths, physique, chimie, informatique, électronique, mécanique, thermodynamique, optique, économie, droit, anglais…) mène, à partir de la L3, à une spécialisation : ingénierie électrique, électronique, génie mécanique, automatique industrielle… Le tout avec une forte dimension pratique.

 

 

La licence SM (Sciences de la matière).

Licence basée sur la physique-chimie. Ce cursus donne accès aux concours de l’enseignement ou de la fonction publique et, le plus souvent, à l’intégration d’une école d’ingénieurs. Débouchés : ingénierie, recherche…

Filière sciences de la nature et de la vie

  • La licence SV (Sciences de la vie). Sur 3 ans, cette licence permet de se spécialiser progressivement dans un secteur de pointe de la biologie. Débouchés dans l’agroalimentaire, les biotechnologies, l’environnement ou la bio-informatique.
  • La licence STU (sciences de la Terre et de l’Univers) allie préparation aux technologies de pointe de l’industrie chimique et respect de l’environnement. En L1 : mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, puis spécialisation, à partir de L2, en géosciences, géophysique, géologie-géochimie, hydrologie ou environnement. Débouchés : industrie chimique et pétrolière, génie civil, protection de l’environnement…

Filière Maths et Sciences sociales

La licence MASS (Mathématiques appliquées et sciences sociales). Un diplôme bi disciplinaire visant à former des scientifiques capables de produire des analyses de données appliquées aux sciences humaines et sociales. Diplôme voisin : la licence MISASHS (Mathématiques, informatique et statistiques appliquées aux sciences humaines et sociales). Débouchés en instituts de sondage, métiers du social, chargés d’études dans les collectivités locales, ONG…

 

Les études médicales : les S sont chez eux

La PACES, ou Première année commune aux études de santé, est l’une des filières privilégiée par les bacheliers S : près d’1 sur 5 fait ce choix, et ils y représentent plus de 90% des effectifs. Au programme de la 1ère année (PCEM1 pour médecine, odontologie et sages-femmes, PCEP1 pour pharmacie), beaucoup de fondamentaux en physique, biochimie et chimie. Cette 1ère année se solde par un concours très sélectif (moins de 15% de réussite pour médecine et odontologie, 25 % en pharmacie, année de redoublement comprise), au cours duquel les étudiants émettent des vœux d’orientation dans tel ou tel cursus. Leur affectation est fonction de leur rang de classement. Au menu pour les heureux élus : des études particulièrement longues et exigeantes : au moins 9 ans pour médecine, 6 à 11 ans pour dentaire et pharmacie, 5 ans pour sage-femme.

 

La licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) : les S courent devant

Les bacheliers scientifiques représentent près de 50% des effectifs de cette licence pluridisciplinaire, qui prépare aux divers métiers du sport (professeur, mais aussi animateur, éducateur sportif, management sportif…). Leurs compétences en sciences les y placent loin devant les autres bacs.
Licences pros : voir Indécis après un bac ES et Licences après un bac ES.

Donne ton avis !

Veuillez répondre à la question suivante :


Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?