Les plantes à fleurs et vie fixée

Les plantes à fleurs et vie fixée

Révisez la relation entre organisation et mode de vie avec l'exemple des plantes à fleurs et vie fixée grâce à la fiche de révision de notre professeur de SVT ! Cette notion du programme de terminale est à connaître pour votre épreuve du...

Document rédigé par un prof Les plantes à fleurs et vie fixée

Le contenu du document

Révisez la relation entre organisation et mode de vie avec l'exemple des plantes à fleurs et vie fixée grâce à la fiche de révision de notre professeur de SVT ! Cette notion du programme de terminale est à connaître pour votre épreuve du Baccalauréat Scientifique.

Dans notre écosystème les plantes à fleurs présentent une grande diversité d'espèces. Du plus petit brin d'herbe à l'arbre, elles possèdent toute la même organisation interne dont nous allons voir les principaux traits. Elles ont de plus, la caractéristique de ne pas pouvoir se déplacer à l'inverse des autres êtres vivants de la planète : On dit qu'elles mènent une vie fixée. Dès lors nous pouvons nous poser plusieurs questions : Comment s'organise la vie fixée de la plante ? Quels échanges entretient-elle avec ses milieux ? Par quels moyens s'effectue le transport de matière à l'intérieur de la plante? Quels systèmes met-elle en place pour se protéger des agressions extérieures (environnement, animaux) ? Comment se reproduit-elle ?

I - Organisation d'une plante

1 - Entre le sol et l'air, une vie entre deux milieux qui favorise le développement

La plante a une vie fixée entre le sol et l'air. Elle a donc un apport complet : la lumière au-dessus du sol ainsi que l'eau et les nutriments dans le sol. Les racines puisent dans la terre, l'eau et les ions qui sont nécessaires à leur développement tandis que la tige et les feuilles s'élèvent à la lumière et échangent les gaz permettant à la photosynthèse.

2 - Morphologie de la plante : organes souterrains et aériens

Afin de se nourrir les plantes sont pourvues de deux organes différents qui leur permettent de s'approvisionner : Les racines et les feuilles.

1 - Les racines

Les racines, dites « organes souterrains », qui constituent un ensemble de ramifications souterraines très fines et qui peuvent atteindre plusieurs centimètres de longueur. Aux bouts des racines se trouvent de petits poils absorbants dont la longueur, la quantité et la finesse favorisent le contact avec la terre : Cela facilite l'absorption de l'eau et des ions minéraux du sol par la plante.

2 - Les feuilles

Les feuilles, considérées comme « organes aériens », fournissent de par leur aspect plat une grande surface pour accueillir les rayons du soleil. Ceux-ci peuvent alors entrer en contact avec les cellules chlorophylliennes (situées sur le dessus de la feuille), et permettre la photosynthèse.
La feuille est constituée plus précisément d'un épiderme recouvert lui-même d'une cuticule qui empêche l'accès des gaz afin d'éviter à la plante de se dessécher. Cependant, afin de pouvoir tout de même effectuer la photosynthèse, de petits orifices sur la face inférieure de la feuille, que l'on compte par milliers, les stomates, s'ouvrent lorsque les conditions sont propices (lumière et température peu excessive) aux échanges de gaz entre la feuille et l'atmosphère. Pour finir, à l'intérieur de la feuille, les gaz se déplacent au travers de lacunes qui sont en contact direct avec les cellules chlorophylliennes.
Note : Les racines peuvent se densifier en cas de carence minéral du sol afin d'obtenir les minéraux dont elles ont besoin.

3 - Circulation de la matière à travers les organes de la plante

Aux échanges entre les milieux que nous avons vus précédemment s'ajoutent les échanges de matières nécessaires entre les organes souterrains et aériens afin de permettre un apport suffisant en ions et en eau à la plante. Ces échanges de matières se font grâce à un réseau de tissus conducteurs

1 - Le xylème

Le xylème est représenté par des cellules mortes disposées en files. Ces cellules mortes sont de formes allongées et ne sont constituées que d'une paroi latérale renforcées par des dépôts de lignine. Ces tubes de xylèmes transportent la sève brute ou ascendante (eau + ions) provenant des poils absorbants (vus précédemment). Au niveau des feuilles, les tubes du xylème se densifient afin d'apporter les ions minéraux et l'eau aux cellules chlorophylliennes.

2 - Le phloème

Inversement, le phloème est lui, représenté par des cellules vivantes en files dont les parois sont constituées de cellulose. Ces tubes transportent la sève élaborée ou descendante (eau + sucres) des cellules chlorophylliennes jusqu'aux organes de la plante et spécifiquement ceux qui ne savent pas réaliser la photosynthèse comme les racines ou encore les bourgeons.

II - La plante et ses défenses pour se protéger du milieu qui l'entoure

1 - Se protéger de l'environnement

Pour se protéger des agressions du milieu, s'adapter à celui-ci et ainsi assurer leur survie, les plantes ont mis en place des systèmes de protection :
  • Capacité de la feuille à s'enrouler sur elle-même, présence de poils et d'une cuticule sur le dessus de la feuille afin de se prémunir contre la sécheresse de l'air et éviter la déshydratation.
  • Les arbres qui perdent leurs feuilles résistent au froid en mettant leur organisme au ralenti (les échanges avec le milieu sont minimisés) et en se protégeant par d'épaisses écailles.

2 - Se protéger des prédateurs

Ne pouvant se déplacer, les plantes ne peuvent pas échapper aux animaux. Pour se protéger :
  • Présence d'épines ou de poils qui empêchent les herbivores de manger.
  • Les glandes de certaines feuilles développent des molécules donnant un goût ou une odeur aux plantes peu appétissantes, voire même une toxicité pour les animaux.

III - La reproduction florale

1 - Constitution de la fleur

La fleur est constituée de quatre couronnes enveloppantes de la périphérie vers le centre. On les nomme verticilles. La couronne la plus externe est le calice composé de sépales. Les sépales sont souvent verts. La couronne interne est la corolle composée de pétales de formes et de couleurs diverses. Ensuite, on trouve les étamines en cercle (organes reproducteurs mâles) : c'est une tige terminée par des sacs bombés appelés anthères. Les anthères contiennent le pollen. Au centre des étamines on peut voir le pistil (organe reproducteur féminin) constitué d'un ovaire et coiffé d'un/plusieurs stigmates qui seront chargés d'engranger le pollen.

2 - Les organes reproducteurs

Le pistil et les étamines sont donc responsables de la reproduction florale. Il est important de remarquer que de nombreuses fleurs possèdent les deux organes reproducteurs. On dit qu'elles sont hermaphrodites. Elles peuvent donc s'autoféconder. Pour l'évolution et la diversité des espèces il est cependant mieux d'obtenir des fécondations croisées.

IV - Assurer la reproduction et la colonisation de nouveaux espaces

1 - La dissémination du pollen

Pour permettre la fécondation croisée il faut que le pollen se déplace afin d'assurer l'échange des gamètes. Il peut ainsi être transporté par le vent (anémogamie) ou encore par l'eau (hydrogamie). On appelle cela la pollinisation. Cependant, par ce système de transport seul une petite partie du pollen réussira à être déposée sur le pistil de la fleur.
Le transport du pollen par les animaux est plus efficace (zoogamie). Ceci est possible grâce à l'évolution des relations entre monde animal et végétal. Les fleurs se sont dotées de caractères attrayants (odeur, nectar, formes) et les animaux se sont munis d'organes permettant le transport du pollen (poils...). Il y a coévolution de deux espèces pour qu'elles puissent s'influencer mutuellement.

2 - La dissémination des graines

Après la fécondation, les pétales, les sépales et les étamines se fanent et le pistil se change en un fruit qui contient des graines qui tomberont sur le sol et donneront naissance à une nouvelle plante. Mais afin de coloniser de nouveaux espaces il faut assurer le transport de ces graines. La colonisation d'un milieu requiert la présence du vent ou encore de l'eau ou une fois de plus des animaux (ils transportent les graines dans leur poils, leurs plumes, d'autres rejettent des graines qui germeront dans leurs excréments). Là encore nous pouvons voir une coévolution entre l'animal et la plante.

 

Ce cours SVT Bac S est indispensable pour vos révisions ! Il porte sur une thématique largement abordée au cours du programme de terminale qu'il vous faudra donc maîtriser pleinement pour venir à bout de votre épreuve.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

toirfati24
5 5 0
20/20

La fiche a l'air super bien. Le plan est Bien détaillé

par - le 27/03/2016
mariec18
5 5 0
20/20

Cette fiche est vraiment très bien faite, Je suis en 1ère S en lycée agricole et c'est mon premier chapitre de l'année. Dommage qu'il n'y est pas plus de fiches de révision pour ma spécialité (Ecologie-Agronomie et Territoires) afin d'aider a la révision.

par - le 24/12/2015
medsalah
3 5 0
12/20

Contenu valable. L'organisation du plan peut être revue, suggestion : I- Caractéristiques de l'organisation des parties impliquées dans la nutrition: a/ de la partie aérienne. b/ de la partie souterraine. c/ de la partie interne communicante entre les parties: aérienne et souterraine. II- Caractéristiques des organes impliqués dans la reproduction: a/ pour favoriser la fécondation. b/ pour favoriser la dispersion des graines. III- Caractéristiques des moyens mis en place pour lutter contre les agressions du milieu: a/ contre les facteurs physico-chimiques. b/contre les prédateurs

par - le 07/12/2015
Plus d'avis (4)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?