Les Marqueurs de la Subduction

Les Marqueurs de la Subduction

Les plaques tectoniques composant la lithosphère sont en perpétuel mouvement. Elles sont créées au niveau des dorsales océaniques. Malgré cette création permanente, les fonds océaniques les plus anciens n'ont que 200 millions d'années. Ceci...
Les Marqueurs de la Subduction

Le contenu du document

<div class="import_html"> Les plaques tectoniques composant la lithosph&egrave;re sont en perp&eacute;tuel mouvement. Elles sont cr&eacute;&eacute;es au niveau des dorsales oc&eacute;aniques. Malgr&eacute; cette cr&eacute;ation permanente, les fonds oc&eacute;aniques les plus anciens n'ont que 200 millions d'ann&eacute;es. Ceci sugg&egrave;re que la lithosph&egrave;re dispara&icirc;t dans les profondeurs de la Terre. Cette disparition est la cons&eacute;quence de la subduction, qui compense donc la cr&eacute;ation r&eacute;alis&eacute;e par accr&eacute;tion au niveau des dorsales. Quels sont les t&eacute;moins de cette subduction&nbsp;? </div> <h2 class="import_html">I - Zones volcaniques et sismiques</h2> <div class="import_html"> L'activit&eacute; sismique et volcanique des zones de subduction est intense, ce qui leur conf&egrave;re le nom de <b class="import_html">marges oc&eacute;aniques actives</b>. C'est le cas d'une grande partie de la p&eacute;riph&eacute;rie de l'oc&eacute;an pacifique (la ceinture de feu) ainsi que de la r&eacute;gion des Antilles. Les &eacute;difices volcaniques sont align&eacute;s parall&egrave;lement &agrave; la marge. Leurs &eacute;ruptions sont souvent tr&egrave;s violentes et ont d&eacute;j&agrave; provoqu&eacute; de grands dommages dans les zones habit&eacute;es. </div> <h2 class="import_html">II - Caract&eacute;ristiques topographiques</h2> <div class="import_html"> A l'approche d'une marge active, le fond oc&eacute;anique s'abaisse nettement. Il passe d'une profondeur moyenne au niveau des <b class="import_html">plaines abyssales</b> de 4000m &agrave; des profondeurs pouvant d&eacute;passer les 10000m. Ces <b class="import_html">fosses</b> sont bord&eacute;es par la cha&icirc;ne volcanique. Du fond de la fosse jusqu'au sommet des volcans, le d&eacute;nivel&eacute; peut parfois atteindre 15km&nbsp;! </div> <div class="import_html"> Cette cha&icirc;ne de volcans se pr&eacute;sente comme une <b class="import_html">cordill&egrave;re</b> marquant le rebord d'un continent (cas de l'Am&eacute;rique), ou comme une suite d'&icirc;les dispos&eacute;es en <b class="import_html">arc</b> (c'est le cas de l'arc des Antilles et de la marge asiatique du Pacifique). </div> <div class="import_html"> La morphologie des zones de subduction se caract&eacute;rise donc par la juxtaposition de reliefs n&eacute;gatifs (la fosse oc&eacute;anique) et de reliefs positifs (une chaine de montagnes ou un arc insulaire). </div> <div class="import_html"> Dans certains cas, un deuxi&egrave;me relief n&eacute;gatif est visible &agrave; l'arri&egrave;re de l'arc insulaire. On appelle ce relief le <b class="import_html">bassin d'arri&egrave;re arc</b>. C'est le cas par exemple de la mer du Japon entre l'archipel japonais et la Chine. </div> <h2 class="import_html">III - R&eacute;partition des foyers sismiques</h2> <div class="import_html"> Les s&eacute;ismes superficiels, dont la profondeur n'exc&egrave;de pas 100 Km, sont les plus fr&eacute;quents. Ils se situent essentiellement entre la fosse et la cha&icirc;ne volcanique. </div> <div class="import_html"> Les s&eacute;ismes plus profonds ont une caract&eacute;ristique remarquable&nbsp;: leur profondeur augmente en fonction de l'&eacute;loignement de la fosse en direction de l'arc magmatique. Il a &eacute;t&eacute; prouv&eacute; que ces foyers s'inscrivent dans un plan inclin&eacute; d'une &eacute;paisseur inf&eacute;rieure &agrave; 100km. C'est le <b class="import_html">plan de B&eacute;nioff</b>. Ce plan plonge sous le continent ou sous l'arc insulaire &agrave; partir du fond de la fosse avec une inclinaison variable selon les marges. La distribution spatiale de l'activit&eacute; sismique r&eacute;v&egrave;le le plongement de la lithosph&egrave;re dans le manteau terrestre. Le plancher de la lithosph&egrave;re s'enfonce sous le continent (Am&eacute;rique du Sud) ou sous une autre plaque oc&eacute;anique (Pacifique sud-ouest). </div> <h2 class="import_html">IV - Les d&eacute;formations lithosph&eacute;riques</h2> <div class="import_html"> Ces d&eacute;formations sont les cons&eacute;quences directes de la convergence des plaques. </div> <div class="import_html"> Au niveau d'une zone de subduction, l'affrontement de deux plaques lithosph&eacute;riques est &agrave; l'origine des failles inverses et des plis se traduisant par un raccourcissement horizontal de la lithosph&egrave;re. </div> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2445/index_html_m3e6d99f1.png" border="0" class="import_html" /> </div> <div class="import_html"> <u class="import_html">Repr&eacute;sentation tr&egrave;s sch&eacute;matique d'une faille inverse</u> </div> <div class="import_html"> Au niveau de certaines marges actives, on peut observer &agrave; cot&eacute; de la fosse un <b class="import_html">prisme d'accr&eacute;tion s&eacute;dimentaire</b> plus ou moins important. Ce sont des s&eacute;diments oc&eacute;aniques qui sont compress&eacute;s par le frottement des deux plaques et qui se d&eacute;posent en &laquo;&nbsp;&eacute;cailles&nbsp;&raquo; superpos&eacute;es. Ces s&eacute;diments sont moins denses que le plancher basaltique, et ne sont que faiblement solidaires de ce plancher. Dans le mouvement plongeant que leur impose la plaque plongeante, ils s'enfoncent donc moins facilement et s'accumulent contre la plaque chevauchante, formant ainsi le prisme. </div> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2445/index_html_m4a7b7577.png" border="0" class="import_html" /> </div> <h2 class="import_html">V - Les anomalies thermiques</h2> <div class="import_html"> Le flux de chaleur d'origine interne, relativement constant &agrave; la surface du globe, pr&eacute;sente une double anomalie au niveau des marges actives&nbsp;: </div> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> Anomalie n&eacute;gative entre la fosse et l'arc magmatique&nbsp;: le flux de chaleur est anormalement faible. </div> </li> </ul> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> Anomalie positive au niveau de la cordill&egrave;re ou de l'arc insulaire&nbsp;: le flux de chaleur est anormalement &eacute;lev&eacute;. </div> </li> </ul> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2445/index_html_295767bf.png" border="0" class="import_html" /> </div> <div class="import_html"> La tomographie sismique permet de mod&eacute;liser les variations de vitesse de propagations des ondes sismiques en profondeur. Ces variations d&eacute;pendent de la temp&eacute;rature. On peut donc ainsi &eacute;tablir des courbes isothermes. </div> <div class="import_html"> Les isothermes sont horizontales dans les zones tectoniquement stables. En revanche, en zone de subduction, ces isothermes apparaissent tr&egrave;s d&eacute;form&eacute;es. Ceci est d&ucirc; au fait que les roches de la lithosph&egrave;re ont une faible conductivit&eacute; thermique. Elles n'&eacute;changent donc que tr&egrave;s lentement de la chaleur avec les roches de l'asth&eacute;nosph&egrave;re sous jacente. </div> <h2 class="import_html">VI - Les roches caract&eacute;ristiques des zones de subduction</h2> <div class="import_html"> Dans les zones de subduction coexistent deux types de roches. Leur composition chimique semblable indique qu'elles se forment &agrave; partir d'un m&ecirc;me type de magma. </div> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> <b class="import_html">roches volcaniques de type and&eacute;site</b>&nbsp;: structure microlitique, formation en surface &agrave; la suite d'&eacute;ruptions volcaniques. </div> </li> </ul> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> <b class="import_html">roches plutoniques de type granito&iuml;de</b>&nbsp;: structure grenue, formation lente en profondeur. </div> </li> </ul> <div class="import_html"> D'autres types de roches sont observables dans d'anciennes zones de subduction. Ces roches d'origine profonde sont observables &agrave; la suite de l'&eacute;rosion qui les a d&eacute;couvertes. On a par exemple&nbsp;: les <b class="import_html">schistes bleus</b> et les <b class="import_html">&eacute;clogites</b>. </div> <h4 class="import_html"></h4>
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?