L'écosystème - Le réseau trophique

L'écosystème - Le réseau trophique

Ce document est un résumé gratuit de SVT sur le réseau trophique. Cette fiche bilan vous permettra de réviser les grandes notions de ce phénomène. N'hésitez pas à partager ce document avec vos camarades.

L'écosystème - Le réseau trophique

Quiz de SVT :

Qu'est ce que la méiose ?

  • A.Une duplication de l'ADN
  • B.Une division des chromosomes
  • C.Un processus se déroulant durant l'élaboration des gamètes
  • D.Une naissance de cellules identiques à la cellule mère lors de la multiplication asexuée
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de SVT

Le contenu du document

 

L'écosystème est un ensemble d'être vivants (biocénose) en interactions avec leur environnement (biotope). Chaque maillon de cet ensemble joue un rôle bien particulier, toujours indispensable au fonctionnement de l'ensemble. Pour son fonctionnement, l'écosystème a besoin d'énergie, qui dans l'écrasante majorité des cas est la lumière.
Nous avons vu que les végétaux chlorophylliens, producteurs primaires des écosystèmes, étaient capables de produire de la matière organique à partir du CO2 atmosphérique, tout en rejetant de l'O2, grâce à l'énergie fournie par le soleil. O2 et matière organique sont nécessaires à la survie des autres organismes de l'écosystème, eux-mêmes nécessaires à la survie des plantes et donc à la pérennité de la photosynthèse.
On pourrait dire qu'un écosystème suit l'adage « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». En effet, la matière organique ainsi créée servira à la vie de toutes les composantes de l'écosystème, puis sera rejetée dans l'environnement sous forme minérale, forme à partir de laquelle les plantes seront capables de recréer de la matière organique, et ainsi de lancer un nouveau cycle. Voyons en détail le cycle des éléments au sein de l'écosystème et les acteurs responsables de leurs transformations.

 

I/La structure d'un écosystème.

 

1.Le réseau trophique.

Quel que soit l'écosystème étudié (foret, prairie, étang, océan), les êtres vivants présents sont liés par un ensemble de liens souvent complexes. La représentation la plus simple et la plus classique de ces liens et la chaine alimentaire. C'est une suite d'êtres vivants constituée de maillons se consommant les uns les autres. Le maillon 1 (végétaux) est consommé par le maillon 2 (herbivores) qui lui-même est consommé par le maillon 3 (carnivores)...
Cependant cette vision est très simplifiée, même réductrice. Les êtres vivants se nourrissent souvent sur plusieurs maillons et sont sources de nourriture pour plusieurs autres. Les chaines alimentaires sont donc en fait extrêmement ramifiées. Une représentation plus moderne et plus juste, mais certainement plus complexe, de ces relations est donc le réseau trophique.
Les producteurs primaires (arbres, herbes, algues, cyanobactéries...) constituent toujours le premier maillon de la chaine alimentaire. La matière organique végétale produite est ainsi consommée par les autres composantes de la chaine, soit directement dans le cas des herbivores, soit indirectement par les prédateurs. Cette nécessité de prélever de la matière organique déjà synthétiser dans l'environnement est l'hétérotrophie. Ces hétérotrophes sont donc des consommateurs. Mais à partir de la matière organique qu'ils consomment, ils en fabriquent d'autre pour leur développement, leur propre matière organique. Ils sont donc également qualifiés de producteurs secondaires.

 

2.L'écosystème à l'équilibre.

Après leur mort, tous les êtres vivants sont soumis à une décomposition plus ou moins rapide. Il s'agit en fait du recyclage de la matière organique qu'ils stockent pour leur survie, matière constitutive de leurs organes, de leurs os... Cette matière organique morte est recyclée par des organismes que l'on appelle les décomposeurs (ou saprophages). Il s'agit de vers (lombrics, nématodes...), de champignons, de bactéries, qui vont oxyder une partie de cette matière, notamment le carbone qui sera libéré sous forme de C02 dans l'atmosphère. Cette décomposition rendra également dans le sol certains minéraux indispensables à la réalisation de la photosynthèse, que les plantes captent à partir de leurs racines. Ces minéraux doivent également être oxydés pour
pouvoir êtres captés par les plantes, oxydation que certaines bactéries vivants en symbiose dans les racines des plantes sont capables de réaliser.
La matière oxydée par les décomposeurs sera donc réutilisée par les plantes pour synthétiser à nouveaux de la matière organique en réduisant le dioxyde de carbone de l'atmosphère. Tout est recyclé.

 

II/Cycle biogéochimique : exemple du carbone.

Quel que soit le milieu, aérien ou aquatique, le carbone est utilisé sous forme oxydée par les producteurs primaires : C02 dans l'air ou carbonates dans l'eau (HCO3-). De nombreuses études montrent que les mécanismes utilisant se carbone à l'état oxydé pour fabriquer la matière organique passent par une réduction du carbone.
Ce carbone réduit est utilisé par les hétérotrophes pour fabriquer leur propre matière organique, qui dans le même temps (par le processus de la respiration) rejette du C02 dans l'atmosphère, oxydent donc le carbone qui est à l'état réduit dans la matière organique.
Dans un système à l'équilibre, production et consommation de CO2 se compensent. On peut donc considéré que l'élément carbone est continuellement recyclé. Un tel recyclage s'opère à l'échelle de la planète : c'est le cycle biogéochimique du carbone.
Il est à noter qu'une partie du carbone peut tout de même échapper à ce circuit de recyclage permanent : C'est le cas de la matière organique fossilisée sous formes de charbons ou de pétroles. C'est aussi le cas de carbonates précipités sous forme de roches calcaires. Tout se recycle, ou presque !

 

III/ Et les autres éléments.

La biogéochimie ne s'intéresse pas qu'au carbone. Dans le système planétaire, qui est un équilibre presque parfait ou tous les éléments se recyclent (bien que le mode de vie de l'espèce humaine commence à perturber un certains nombres de cycles, dont celui du carbone).
Mais tous les cycles ne fonctionnent pas sur le même modèle que le carbone. Le cycle de l'azote par exemple, fonctionne même presque à l'envers de ce dernier. Le jeu des oxydations-réductions est toujours la, mais l'azote atmosphérique est à l'état réduit, et devra être oxydé avant d'être capté par les plantes. Cette oxydation est le fruit de symbioses complexes entre plantes et bactéries au niveau du sol, montrant une fois de plus le rôle primordial de l'interaction à toutes les échelles de l'écosystème dans le fonctionnement global de cet écosystème, et donc de la planète

 

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?