La Fonction de reproduction chez l'Homme

La Fonction de reproduction chez l'Homme

Les organes génitaux deviennent fonctionnels à la puberté. Chez l'homme, c'est à partir de cette période que les testicules synthétisent des spermatozoïdes et que leur rôle de glandes sécrétrices d'hormones se met en place. Il existe un...
La Fonction de reproduction chez l'Homme

Quiz de SVT :

Qu'est ce que la méiose ?

  • A.Une duplication de l'ADN
  • B.Une division des chromosomes
  • C.Un processus se déroulant durant l'élaboration des gamètes
  • D.Une naissance de cellules identiques à la cellule mère lors de la multiplication asexuée
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de SVT

Le contenu du document

<div class="import_html"> Les organes g&eacute;nitaux deviennent fonctionnels &agrave; la pubert&eacute;. Chez l'homme, c'est &agrave; partir de cette p&eacute;riode que les testicules synth&eacute;tisent des spermatozo&iuml;des et que leur r&ocirc;le de glandes s&eacute;cr&eacute;trices d'hormones se met en place. Il existe un syst&egrave;me complexe de r&eacute;gulation de l'activit&eacute; endocrine des testicules. </div> <h2 class="import_html">I - Les fonctions des testicules</h2> <div class="import_html"> Chez le mammif&egrave;re m&acirc;le adulte, le testicule exerce deux r&ocirc;les. </div> <h3 class="import_html">1 - La spermatog&eacute;n&egrave;se</h3> <div class="import_html"> De la pubert&eacute; &agrave; la fin de sa vie, un homme produit en continu des spermatozo&iuml;des. Ce sont des cellules tr&egrave;s sp&eacute;cialis&eacute;es et mobiles gr&acirc;ce &agrave; leur flagelle. Elles sont adapt&eacute;es au d&eacute;placement dans les voies g&eacute;nitales de la femme pour atteindre l'ovule et y apporter le mat&eacute;riel g&eacute;n&eacute;tique contenu dans leur t&ecirc;te. Pendant leur d&eacute;placement dans les conduits g&eacute;nitaux masculins, ces cellules re&ccedil;oivent des s&eacute;cr&eacute;tions de glandes annexes, notamment la prostate. Le tout constitue le sperme, qui contient de 50 &agrave; 100 millions de spermatozo&iuml;des par millilitre. </div> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2401/index_html_55f18a75.png" border="0" class="import_html" /> </div> <div class="import_html"> <font size="2" class="import_html"><i class="import_html">Repr&eacute;sentation tr&egrave;s sch&eacute;matique d'un spermatozo&iuml;de.</i></font> </div> <div class="import_html"> Les spermatozo&iuml;des sont produits dans la paroi des <b class="import_html">tubes s&eacute;minif&egrave;res</b>. Chaque spermatozo&iuml;de contient des milliers de ces tubes, enroul&eacute;s sur eux-m&ecirc;mes. C'est ici le si&egrave;ge de tout le processus de <b class="import_html">spermatog&eacute;n&egrave;se</b>. A partir des cellules germinales souches, qui se multiplient tr&egrave;s activement par mitose en p&eacute;riph&eacute;rie des tubes, se formeront les spermatozo&iuml;des qui seront &eacute;vacu&eacute;s dans la lumi&egrave;res des tubes. Certaines des cellules souches s'enfoncent dans l'&eacute;paisseur de la paroi et subissent une m&eacute;iose, assurant ainsi l'haplo&iuml;die des gam&egrave;tes m&acirc;les. Les spermatozo&iuml;des &eacute;vacu&eacute;s gagnent alors l'&eacute;pididyme, o&ugrave; ils sont stock&eacute;s et acqui&egrave;rent leur mobilit&eacute;. </div> <div class="import_html"> Ce processus se fait aussi gr&acirc;ce aux <b class="import_html">cellules de Sertoli</b>, que l'on retrouve dans la paroi des tubes s&eacute;minif&egrave;res, et qui jouent de nombreux r&ocirc;les essentiels, tels qu'un r&ocirc;le de soutien, un r&ocirc;le nourricier, un r&ocirc;le hormonal. </div> <h3 class="import_html">2 - S&eacute;cr&eacute;tion d'hormones</h3> <div class="import_html"> Outre son r&ocirc;le de synth&egrave;se des spermatozo&iuml;des, le testicule est une <b class="import_html">glande endocrine</b>. D&egrave;s le d&eacute;veloppement embryonnaire, puis &agrave; la pubert&eacute; pour la mise en place des caract&egrave;res sexuels secondaires, l'&eacute;mission d'hormones par les testicules est primordiale au bon d&eacute;roulement du d&eacute;veloppement ( <i class="import_html">voir fiche &laquo;&nbsp;du sexe g&eacute;n&eacute;tique au sexe ph&eacute;notypique&nbsp;&raquo;</i>). </div> <div class="import_html"> L'hormone m&acirc;le, ou testost&eacute;rone, est une mol&eacute;cule synth&eacute;tis&eacute;e par les <b class="import_html">cellules de Leydig</b> (ou <b class="import_html">cellules interstitielles</b>). Comme toutes les hormones, elle est ensuite &eacute;vacu&eacute;e dans le sang pour agir sur ses cibles, qui peuvent &ecirc;tre &eacute;loign&eacute;es du site de production. Les cibles en question sont tous les organes poss&eacute;dant les r&eacute;cepteurs sp&eacute;cifiques de la testost&eacute;rone&nbsp;: muscles, glandes annexes de l'appareil reproducteur, certaines parties du syst&egrave;me nerveux, etc. Elle agit notamment sur les cellules des tubes s&eacute;minif&egrave;res en les stimulant. Elle est donc indispensable au m&eacute;canisme de la spermatog&eacute;n&egrave;se. </div> <div class="import_html"> La s&eacute;cr&eacute;tion de testost&eacute;rone est globalement constante. Les taux sanguins fluctuent autour d'une valeur moyenne relativement stable au cours de la vie d'un homme. Plus pr&eacute;cis&eacute;ment, la s&eacute;cr&eacute;tion est pulsatile. Des &eacute;pisodes d'intense s&eacute;cr&eacute;tion de quelques minutes alternent avec des p&eacute;riodes de non-s&eacute;cr&eacute;tion de quelques heures. La concentration sanguine fluctue donc autour d'une moyenne&nbsp;: elle est maximale au moment des &eacute;pisodes de s&eacute;cr&eacute;tion, ou <b class="import_html">pulses</b>, et elle diminue ensuite progressivement jusqu'au prochain pulse. </div> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2401/index_html_m146fd163.png" border="0" class="import_html" /> </div> <div class="import_html"> <font size="2" class="import_html"><i class="import_html">Repr&eacute;sentation sch&eacute;matique de l'&eacute;volution de la concentration plasmatique de testost&eacute;rone au cours d'une partie de la journ&eacute;e. La s&eacute;cr&eacute;tion pulsatile suit ce mod&egrave;le tous les jours de l'existence d'un homme &agrave; partir de la pubert&eacute;.</i></font> </div> <h2 class="import_html">II - La r&eacute;gulation de la s&eacute;cr&eacute;tion des hormones sexuelles masculines</h2> <div class="import_html"> Comme tous les syst&egrave;mes r&eacute;gulateurs de l'organisme, la ma&icirc;trise de la concentration d'hormones sexuelles m&acirc;les dans le sang suit un sch&eacute;ma g&eacute;n&eacute;ral. Il s'agit d'une r&eacute;gulation dynamique. Ce type de fonctionnement s'appelle <b class="import_html">servom&eacute;canisme</b>. Il est capable de r&eacute;aliser de mani&egrave;re autonome un certain nombre d'actions programm&eacute;es. </div> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> La valeur du taux plasmatique est d&eacute;tect&eacute;e par un m&eacute;canisme capable de comparer ce taux &agrave; un taux de r&eacute;f&eacute;rence&nbsp;: la concentration &laquo;&nbsp;normale&nbsp;&raquo;. </div> </li> </ul> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> Le fonctionnement du syst&egrave;me est modifi&eacute; si la valeur d&eacute;tect&eacute;e s'&eacute;carte de la valeur normale. </div> </li> </ul> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> Le r&eacute;sultat est un retour &agrave; la concentration normale. </div> </li> </ul> <div class="import_html"> Ici la s&eacute;cr&eacute;tion est sous contr&ocirc;le de <b class="import_html">l'axe hypothalamo-hypophysaire</b>. </div> <h3 class="import_html">1 - Le r&ocirc;le de l'hypophyse</h3> <div class="import_html"> L'hypophyse agit sur les testicules en s&eacute;cr&eacute;tant deux hormones, appel&eacute;es <b class="import_html">gonadostimulines</b>, car elles agissent sur les gonades&nbsp;: </div> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> <b class="import_html">La LH</b>&nbsp;: Elle stimule les cellules de Leydig qui produisent alors la testost&eacute;rone. La LH est s&eacute;cr&eacute;t&eacute;e de fa&ccedil;on pulsatile, chaque pulse provoquant un pulse de testost&eacute;rone. </div> </li> </ul> <ul class="import_html"> <li class="import_html"> <div class="import_html"> <b class="import_html">La FSH</b>&nbsp;: Elle stimule les cellules de Sertoli. Ces cellules sont un interm&eacute;diaire entre la testost&eacute;rone et les cellules germinales. La FSH stimule donc indirectement la spermatog&eacute;n&egrave;se. Sa s&eacute;cr&eacute;tion est pulsatile et synchronis&eacute;e &agrave; la s&eacute;cr&eacute;tion de LH. </div> </li> </ul> <h3 class="import_html">2 - Le r&ocirc;le de l'hypothalamus</h3> <div class="import_html"> L'hypothalamus est situ&eacute; dans la zone ant&eacute;rieure de l'enc&eacute;phale, au-dessus de l'hypophyse. Il est responsable de la s&eacute;cr&eacute;tion d'une hormone appel&eacute;e <b class="import_html">gonadolib&eacute;rine</b>, ou <b class="import_html">GnRH</b>. La s&eacute;cr&eacute;tion de cette hormone est &eacute;galement pulsatile et conditionne la s&eacute;cr&eacute;tion hypophysaire des deux gonadostimulines. </div> <div class="import_html"> La GnRH est une <b class="import_html">neurohormone</b>. Elle est lib&eacute;r&eacute;e &agrave; l'extr&eacute;mit&eacute; des axones des neurones de l'hypothalamus, puis dans le sang vers les cellules de l'hypophyse, toutes proches. </div> <div class="import_html"> Les neurones de l'hypothalamus sont en contact avec les neurones de nombreuses autres r&eacute;gions de l'enc&eacute;phale. Toutes ces r&eacute;gions nerveuses influencent l'activit&eacute; de l'hypothalamus par la s&eacute;cr&eacute;tion de neurotransmetteurs inhibiteurs ou activateurs, et contribuent donc &agrave; la r&eacute;gulation de la s&eacute;cr&eacute;tion de GnRH. </div> <div class="import_html"> Outre ce contr&ocirc;le c&eacute;r&eacute;bral de l'activit&eacute; hypothalamique, la testost&eacute;rone est &eacute;galement un &eacute;l&eacute;ment r&eacute;gulateur. Les neurones s&eacute;cr&eacute;teurs de GnRH poss&egrave;dent des r&eacute;cepteurs &agrave; la testost&eacute;rone. Cela permet une inhibition de la s&eacute;cr&eacute;tion de GnRH en pr&eacute;sence d'une grande concentration de testost&eacute;rone dans le sang. Ce syst&egrave;me s'appelle le <b class="import_html">r&eacute;trocontr&ocirc;le n&eacute;gatif</b>. </div> <div class="import_html"> <img src="../../docs/import_html/2401/index_html_3038d5fe.png" border="0" class="import_html" /> </div> <div class="import_html"> <font size="2" class="import_html"><i class="import_html">Repr&eacute;sentation sch&eacute;matique de l'ensemble du m&eacute;canisme autor&eacute;gul&eacute; aboutissant &agrave; la s&eacute;cr&eacute;tion de testost&eacute;rone.</i></font> </div> <div class="import_html"> <font size="2" class="import_html"><i class="import_html">Les &laquo;&nbsp;+&nbsp;&raquo; indiquent un effet activateur.</i></font> </div> <div class="import_html"> <font size="2" class="import_html"><i class="import_html">Les &laquo;&nbsp;-&nbsp;&raquo; indiquent un effet inhibiteur.</i></font> </div>
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?