Crises biologiques et événements géologiques

Crises biologiques et événements géologiques

Ce document est un résumé gratuit de SVT sur les crises biologiques et événements géologiques. Cette fiche est un bilan qui vous permettra de réviser les grandes notions de ce phénomène. N'hésitez pas à partager ce document avec vos camarades.

Crises biologiques et événements géologiques

Quiz de SVT :

Qu'est ce que la méiose ?

  • A.Une duplication de l'ADN
  • B.Une division des chromosomes
  • C.Un processus se déroulant durant l'élaboration des gamètes
  • D.Une naissance de cellules identiques à la cellule mère lors de la multiplication asexuée
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de SVT

Le contenu du document

 

« Les extinctions normales, qui interviennent comme un bruit de fond, laissent place, à certaines époques, à des extinctions plus importantes affectant préférentiellement certains groupes. Elles sont souvent en rapport avec des modifications brutales du milieu. Le nombre d'espèces qui disparaissent brutalement devient très élevé. De telles extinctions sont désignées sous le nom d'extinction de masses ».
J.J Jaeger.
L'étude des faunes et des flores fossiles nous permet de repérer dans l'histoire de la vie les périodes de stabilité et ces extinctions de masses, ou crises biologiques, qui les interrompent.

 

I/ Crises biologiques et histoire de la Terre.


Découpage des temps géologiques.

Au cours de l'histoire de la Terre, plusieurs crises biologiques ont profondément modifié l'organisation de la biosphère.
Les causes de ces crises sont dues à plusieurs faits néfastes, aussi bien d'origine terrestre qu'extra terrestre.
Certaines sont liées à la dynamique interne du noyau et du manteau terrestre : volcanisme paroxystique et changements climatiques associés, modification temporaire de la vitesse de l'expansion océanique...
D'autres sont liées à la dynamique générale du système solaire : modifications des flux des radiations cosmiques arrivant à la surface de la Terre (« vent solaire »), variations de l'orbite terrestre qui entraine de grands changements climatiques.
Dans tous les cas, ces crises ont été utilisées comme repères dans l'établissement des échelles de temps géologiques.

 

II/ La crise du crétacé tertiaire : crise K-T.


Avant la crise : la biosphère en fin de Mésozoïque.

L'étude des fossiles animaux et végétaux collectés un peu partout sur la planète nous permet d'avoir une idée assez précise de l'aspect de la biosphère à la fin du crétacé (Mésozoïque). Le climat doux de cette période a permis le développement d'une faune et d'une flore très diversifiée sur les continents comme dans les océans.

  • Les angiospermes (plantes à fleurs) sont en pleine expansion au crétacé, au détriment des gymnospermes (plantes à ovules nus, proches des conifères actuels) qui étaient très largement dominantes dans les forets du Jurassique.
  • Des formes très variées d'invertébrés peuplent continents et océans (crustacées, oursins, coraux, insectes...). Dans les océans un plancton riche se développe et offre une importante source de nourriture. Les ammonites (mollusques céphalopodes très diversifiées) sont les animaux emblématiques de cette période.
  •  Les vertébrés sont en pleine essor. Poissons et amphibiens prolifèrent dans les milieux aquatiques. Les mammifères commencent à apparaitre mais restent très discrets sur Terre : Le Mésozoïque est surtout l'ère des dinosaures sur les continents. Les ptérosaures et plésiosaures occupent les aires, les ichtyosaures les milieux aquatiques.

La crise : -65 Ma, fin du crétacé.

La fin de l'ère secondaire (qui correspond à la fin du crétacé et du Mésozoïque, voire schéma) est marquée par la disparition brutale d'un grand nombre d'espèce. Le caractère massif de cette extinction, autant dans les océans que sur les continents, contraste fortement avec le rythme des extinctions et des apparitions qui rythment l'histoire de la vie.

  •  Dans les océans : le zooplancton et es animaux de grandes tailles sont les plus touchés. Les ammonites et les bélemnites et de nombreux vertébrés (90% des espèces de requins et de raies, 35% des Sauropsidés qui regroupe un certains nombres de reptiles de l'époque) s'éteignent définitivement.
  • Sur les continents : les extinctions sont très sélectives. De nombreux groupes ne sont que très peu touchés (mammifères, poissons, insectes, batraciens). Les dinosaures et autres reptiles (plésiosaures, ichtyosaures, ptérosaures) disparaissent. Pas les oiseaux. Certains végétaux terrestre semble également affectés par cette crise.

Le cénozoïque : la reconquête.

La disparition des dinosaures laissent place aux oiseaux et aux mammifères qui vont se développer en même temps que les insectes.
Dans les océans, le plancton prolifère à nouveau.
Les causes néfastes qui ont causé cette extinction de masse ont cessé. La vie reprend donc ses droits.
La disparition des espèces n'ayant pas pu résister à la crise libère des niches écologiques dans tous les milieux. La reconquête de ces niches permet la diversification des espèces restantes, ayant résisté à la crise. Ce mécanisme de diversification des groupes, constituer à la base d'un nombre restreint d'espèces est la radiation évolutive. Le groupe des mammifères notamment, a profité de cette libération de niches écologiques, et a conduit entre autre à l'apparition de l'espèce humaine.

 

III/ Les cinq grandes crises de l'histoire de la vie.


Bien que la crise K-T soit la plus connues, d'autres périodes d'extinction massives, également suivies du foisonnement d'espèces nouvelles, ont été identifiées au cours de l'histoire de la vie.
On distingue 5 grandes crises, dont la crise K-T est la dernière.
Fin du cambrien (-500Ma)
Fin du Dévonien (-360Ma)
Fin du Permien (-245Ma) : c'est la plus grande crise de tout les temps : elle a provoqué la disparition de 95% des espèces marines et 40% des espèces animales sur les continents.
Fin du Trias (-200Ma)
Fin du crétacé (-65Ma)
L'espèce humaine unique qui peuple aujourd'hui la planète : Homo sapiens, accumule depuis peu des progrès techniques remarquables. Associés à la forte croissance démographique des populations, ces progrès font chaque jour un peu reculer la diversité biologique de la biosphère et à ses milieu de vie.
Toutes les vingt minutes, une espèce disparait de la biosphère. Nos cours d'eau sont infestés de métaux (plomb, cuivre, mercure...), les mers s'assèchent tandis que les glaces polaires fondent ; Les déserts progressent aussi vite que les forets sont ravagées...
Il est aujourd'hui de la responsabilité de l'homme d'enrailler la 6eme crise d'extinction qui se profile et dont il est au moins en grande partie responsable.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?