Correction SVT - Bac S 2017 Pondichéry

Correction SVT - Bac S 2017 Pondichéry

digiSchool Bac S vous propose le corrigé de SVT (obligatoire) du Bac S de Pondichéry 2017.
Voir le sujet de SVT
Voir le corrigé de Spé SVT

Notre professeur vous propose un corrigé détaillé et vous explique ce qui était attendu de vous lors de cette épreuve qui portait sur la géologie, l'évolution et la place de l'Homme.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le corrigé de SVT du Bac S de Pondichéry 2017 !

Correction SVT - Bac S 2017 Pondichéry

Le contenu du document


Le 1er thème sur la géologie était assez restreint puisqu'il ne fallait parler que des ophiolites et de la formation des chaines de montagnes, attention aux hors sujets possibles! Après l'autre difficulté était d'expliquer clairement comment les ophiolites pouvaient se trouver en altitude alors qu'ils sont formés au niveau des dorsales océaniques. 

Le 2ème thème sur l'évolution avec le cris des chauves-souris: pas de difficultés particulières, les documents sont très clairs et le QCM est assez simple puisqu'il ne demande pas de raisonnement, juste d'étudier les documents. 

Le 3ème thème (pour le sujet obligatoire) était sur l'évolution et la place de l'Homme : Il fallait commencer par remplir le tableau fourni, cela permettait de faire une étude de chaque document en classant les informations. Ensuite on pouvait plus facilement faire un bilan de toutes les informations apportées, sans oublier le document 6 qui permettait de dire que la datation des os pourrait permettre de valider ou non définitivement l'hypothèse que l'Homo naledi appartient au genre Homo. 


PARTIE 1 : OPHIOLITES ET CHAINES DE MONTAGNES

En vous appuyant sur l’interprétation d’indices géologiques, reconstituer un scénario de la formation d’une chaîne de montagnes expliquant la présence d’ophiolites.


INTRODUCTION

Les chaînes de montagnes sont présentes sur de nombreux continents et sont de hauteurs variables, pouvant aller jusqu’à 8000 mètres d’altitude dans l’Himalaya. En France, il existe deux chaînes de montagnes : les Pyrénées et les Alpes. Dans le massif du Chenaillet (Alpes), on peut observer des ophiolites. C’est un ensemble de roches provenant de la lithosphère océanique, on peut y retrouver des péridotites, du gabbro et du basalte. Pourtant la croûte océanique est formée au niveau des dorsales océaniques, c’est-à-dire à plus de 4000 mètres sous le niveau marin.

Comment peut-on expliquer la présence d’ophiolites (fragments de croûte océanique) dans une chaîne de montagnes ?

Pour répondre à cela nous allons commencer par présenter la formation d’une chaîne de montagne, puis nous expliquerons comment il est possible d’obtenir des ophiolites à plus de 3000 mètres d’altitude.


LA FORMATION DES CHAINES DE MONTAGNES

La présence de plis et de failles inverses sur les montagnes permet de caractériser des zones de compressions. Cette compression est réalisée suite aux mouvements des plaques tectoniques, permettant la rencontre d’une plaque avec de la lithosphère continentale. Contrairement à une rencontre lithosphère océanique-continentale, où la lithosphère océanique plus dense, s’enfonce dans l’asthénosphère (=subduction), ici la rencontre lithosphère continentale-continentale provoque une collision. Les deux croûtes vont alors se fracturer et s’empiler en écailles, augmentant ainsi l’épaisseur de la croûte et formant une racine crustale. Les roches entrainées en profondeur peuvent entrer en fusion partielle et produire du métamorphisme et des plutons de granitoïdes (voir schéma).

La rencontre de deux continents peut se faire suite à la fermeture d’un océan. La formation de la chaine alpine s’est faite suite à la fermeture d’un ancien océan (la Téthys). A la différence d’une simple collision entre deux plaques continentales, il y avait entre les deux, une lithosphère océanique.


LA PRESENCE D’OPHIOLITES DANS LES ALPES

La fermeture océanique, provoquée par une subduction de la lithosphère océanique sous la lithosphère continentale, a entrainé une convergence lithosphérique et ainsi provoqué la rencontre de deux continents. Auparavant il y avait un océan bordé par des marges passives, qui lors de la collision se sont déformées. Des parties de lithosphère océanique ont ainsi pu être charriées jusqu’en surface, et même en altitude, formant des ophiolites. Ce phénomène de chevauchement d’une croûte continentale par une partie de croûte océanique se nomme une obduction.

Dans les Alpes, il est possible de trouver à certains endroits (exemple le massif du Chenaillet) des ophiolites qui sont en surface avec trois types de roches se superposant : des péridotites, provenant du manteau supérieur, des gabbros et des basaltes, provenant de la croûte océanique. Les péridotites sont les roches à la base, les gabbros et les basaltes se superposent. Certaines roches ont subit des transformations durant la collision comme la péridotite qui est entourée de serpentine (minéral sombre et hydraté) et certains gabbros présentent du métamorphisme hydrothermal. Les basaltes ont une forme en coussin (pillow-lavas) dû au refroidissement rapide suite à leur formation dans les fonds océaniques.

Schéma d’une collision continentale suite à la fermeture d’un océan.

Source : Vikidia


CONCLUSION 

Une collision peut se produire après à l’ouverture d’un océan, lorsque les contraintes géologiques sont modifiées et que les continents se rapprochent suite à une subduction. Cette collision peut provoquer une remontée en surface de matière océanique. Cela explique la présence en altitude de roches appartenant à la lithosphère océanique comme des péridotites, des basaltes et des gabbros.

La chaîne alpine est encore en formation, mais que sera le devenir des Alpes, une fois sa formation terminée ? Comment expliquer que certains massifs autrefois très élevés ne le soient plus aujourd’hui (Massif Central, Massif Armoricain) ?


PARTIE 2 - EXERCICE 1

LE CRI DU RHINOLOPHE DE MEHELY

Une espèce de chauve-souris européenne, le rhinolophe de Mehely (Rhinolophus Mehelyi), présente la particularité de pousser des cris de très haute fréquence c’est-à-dire extrêmement aigus, par rapport aux autres espèces de chauve-souris.

On cherche à comprendre comment l'évolution a pu conduire à la très haute fréquence des cris du rhinolophe de Mehely.


QCM

1 – B Les femelles atterrissent davantage dans le compartiment 2 : entre celles qui y vont systématiquement (25) et celles qui y vont plus souvent que dans le 1 (10), cela fait environ 35 femelles sur les 45 testées.

2 – D Car ce sont les femelles qui sont testées par rapport aux cris des mâles. Elles vont plus dans le compartiment 2, là où le cri des mâles est de plus hautes fréquences (= plus aigus).

3 – A Lorsque le cri du mâle atteint les 109 kHz, on voit qu’il y a un degré de parenté avec les autres membres de la colonie très fort (presque 3 U.A).

4 – B Les mâles ayant les cris de plus hautes fréquences sont plus souvent choisi par les femelles pour la reproduction (doc 2) et donc dans une colonie leur descendance est plus nombreuse (doc 3).

5 – D D’après le doc 1, les cris aigus des rhinolophes de Mehely est un caractère héréditaire, mais il est défavorable à la chasse d’insectes car ils se propagent moins bien et moins loin dans l’air.

6 – C Ce n’est pas un phénomène de dérive génétique car il n’est pas aléatoire, l’hybridation se fait lors de la reproduction de deux espèces différentes (pas le cas ici), et le cri n’est pas un phénomène d’apprentissage. Donc c’est un phénomène de sélection naturelle.


PARTIE 2 EXERCICE 2 (OBLIGATOIRE)

UNE NOUVELLE ESPECE D’HOMINIDE : L’HOMO NALEDI

À l’aide de l’exploitation des documents mise en relation avec vos connaissances, montrer que la place d’Homo naledi est encore discutable dans le genre Homo.


Après à la découverte des ossements en Afrique du Sud, des scientifiques ont proposé une nouvelle espèce du genre Homo : l’Homo naledi. Cependant tous les scientifiques ne sont pas d’accord sur le fait qu’il s’agisse bien d’une espèce du genre Homo, pour certains, il ferait plutôt partie du genre Australopithecus.

Nous allons observer des ossements d’Homo naledi et les comparer avec ceux du genre Homo et du genre Australopithecus, pour savoir de quel genre il est le plus proche.


Suite à l’étude des différents documents proposés nous pouvons dire que : l’Homo naledi possède des caractères qui sont propres au genre Homo comme le diamètre de la première molaire, la forme de la tête du fémur, l’obliquité du col du fémur, la longueur des tarsiers, la proximité du premier métatarsien avec les autres ou encore l’arcade dentaire. Cependant, l’Homo naledi possède également des caractères propres au genre Australopithecus comme un encéphale de petit volume ou encore un col du fémur long. Le document 3b nous montre même un caractère commun aux deux genres : la longueur maximale du tibia. Nous savons également que l’Homo naledi a une articulation d’épaule orientée vers le haut, ce qui est un avantage pour la vie arboricole, et que la forme de son fémur lui permettait surement de se déplacer sur ces deux pieds.

D’après toutes ces informations il est encore discutable de placer l’Homo naledi dans le genre Homo, car certains caractères semblent correspondre à ceux que l’on trouve chez les Australopithèques.  Pour le moment, les ossements n’ont pas encore été datés, cependant cette datation pourrait tout changer. Si l’Homo naledi est plus vieux que tous les autres fossiles du genre Homo (2.5 millions d’années), alors nous pourrons dire qu’il s’agit très fortement d’une espèce du genre Australopithecus. A l’inverse, si la datation montre un fossile plus récent (de 2.5 millions d’année à nos jours), il y a des fortes probabilités qu’il soit du genre Homo.


A l’heure actuelle, il est donc impossible de déterminer exactement la place de l’Homo naledi dans la famille des hominidés.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?