L'Etat - Terminale S

L'Etat - Terminale S

Digischool vous propose ce cours gratuit de philosophie, rédigé par un professeur , qui traite de l'Etat. Cette leçon fait partie du programme de Terminale S.

La première partie de ce cours gratuit est consacrée brièvement aux particularités de l'Etat. Notre professeur va s'interesser ensuite aux prémisses de l'Etat, à travers Platon et Aristote. Puis il abordera les fondements de l'Etat en s'appuyant sur les travaux de Hobbes et Rousseau. Enfin, il sera question de la critique du modèle étatique, notamment avec Marx et Clastres.

Consultez et téléchargez gratuitement cette fiche de cours ci-dessous grâce à vos jetons.

L'Etat - Terminale S
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

3 Avis > Donne ton avis

763 téléchargements

Le contenu du document

 

 

I. INTRODUCTION

De manière générale, l’Etat se définit comme une société partageant un même territoire délimité par des frontières et dont la vie commune est régie par un pouvoir institutionnalisé. 

La particularité de l’Etat réside donc dans l’instauration d’une instance politique souveraine et distincte de la société civile.


II. PRÉMISSES DE L’ETAT

Aux prémisses de l’Etat, une interrogation sur les fondements de la vie politique et sociale de toute communauté. Autrement dit, peut-on estimer qu’il y a une propension naturelle des hommes à se constituer en Etat ? Et si oui comment expliquer un tel état des faits, une telle disposition ? 

1. Platon

La question du politique se pense dans la continuité de sa théorie des Idées. Cette théorie concerne la nécessité pour l’homme de dépasser le monde labile du sensible pour atteindre les vérités de l’âme et de l’intellect qui sont immuables et universelles.

2. Aristote

Il est certain qu’il est dans la nature de l’Homme de s’organiser en société hiérarchisée. Cette nature-là est d’emblée visible dans la cellule familiale. Ainsi, ce qu’Aristote nomme encore la Cité n’est que la forme élargie de l’institution familiale. 

Pour s’assurer d’une vie harmonieuse, les diverses communautés doivent convenir de la volonté d’un bien commun, et pour ce faire elles doivent repartir entre ses membres des tâches différentes et des rôles complémentaires. 


III. LES FONDEMENTS DE L’ETAT 

Dans cette partie, les dispositions naturelles de l’Homme à la politique et à l’Etat sont renversées par le primat de la volonté. 

Ici, l’Etat est avant tout affaire d’ambitions, de désirs et d’intérêts individuels. Dans cette configuration, l’Etat se présente peu à peu comme l’instance chargée d’assurer l’équité entre tous les particuliers et de réguler les échanges qui y concourent. 

1. Hobbes

La nécessité et la réalisation de l’Etat souverain procèdent de la volonté des individus de voir protéger leurs intérêts. 

Plutôt que de lutter de manière anarchique pour posséder des biens et des droits, l’individu préfère remettre une partie de sa liberté d’agir entre les mains d’un tiers, le souverain, afin que celui-ci en retour limite les potentielles exactions d’autrui.

2. Rousseau

S’il convient lui aussi de la nécessité d’un souverain, et de la volonté comme fondement de sa mise en place plus que d’une disposition naturelle de l’homme, Rousseau se distingue essentiellement de Hobbes par le statut de la nature qu’il confère à l’homme.

Chez Rousseau l’homme est fondamentalement bon, et le rôle du souverain n’est pas de ce fait de contraindre l’individu à l’obéissance. Ce dernier doit jouir pleinement de sa liberté d’agir.


IV. CONTRE LE MODÈLE ÉTATIQUE  

Dans les critiques du modèle étatique on assiste notamment à un retour à l’assimilation de l’Etat à la société dans son ensemble. Ce qui est alors fustigé c’est l’Etat souverain, c’est ce pan de la société qui paradoxalement ne semble pas lui appartenir, ce pan à qui l’on confère une position transcendante.

1. Marx

La lutte des classes correspond sommairement aux inégalités constatées entre la bourgeoisie et le prolétariat, à la spoliation de la classe économiquement inférieure par la classe économiquement supérieure. C’est dans ce cadre qu’est envisagé le statut de l’Etat.

Celui-ci serait en fait aux mains de la bourgeoisie et n’aurait de souverain que son nom. Au titre de sa souveraineté, et de la justice et de l’équité envers son peuple qu’elle suppose, l’Etat légitimerait toutes les injustices sociales qu’il perpètre. 

2. Clastres

C’est à la question de la souveraineté de l’Etat, de la disposition naturelle de l’homme, et au fait que l’union de l’une et l’autre ne va pas de soi, qu’il est permit d’estimer que les travaux de Clastres s’intéressent.

Clastres va s’attacher à démontrer que dans certaines sociétés primitives la constitution d’un Etat souverain, de quelque nature qu’il soit, est fortement proscrite.


V. CONCLUSION 

L’Etat doit trouver sa raison d’être dans l’aspiration de l’homme à faire montre de raison, dans la volonté de l’homme à vivre en communauté, ou dans celle de préserver son existence en se prêtant à des consensus avec autrui.

Mais peut-être alors que cette aspiration et ces volontés ne trouvent pas dans l’Etat la voie idoine à leurs réalisations, mais bien au contraire celle de leur perdition.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

66370283
5 5 0
20/20

très coul merci infiniment et vraiment un bon fiche récapitulatif...

par - le 01/09/2015
dede1718
5 5 0
20/20

Très bonne fiche avec les différents philosophes merci !

par - le 12/06/2015
laucoul
5 5 0
20/20

Fiche très réussi avec un auteur par sous partie qui permet de bien s'y retrouver

par - le 06/06/2015

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?