Le Bonheur et le Devoir - Philosophie Bac S

Le Bonheur et le Devoir - Philosophie Bac S

Éléments de définition :

  • Le Bonheur vient du grec eudemonia qui signifie le bonheur par pure...
Document rédigé par un prof Le Bonheur et le Devoir - Philosophie Bac S

Le contenu du document

Éléments de définition :

  • Le Bonheur vient du grec eudemonia qui signifie le bonheur par pure rencontre. Il semble y avoir une adéquation entre ma volonté et les circonstances.
  • Lorsque le Bien et le Bonheur sont distingués, les morales du Bonheur laissent place aux morales du Devoir. L'idée de Devoir et d'obligation morale n'apparaît que lorsqu'il faut résister aux inclinations sensibles.

Epicurisme


Calcul des plaisirs en pratiquant :
  • l'ataraxie (absence de troubles de l'âme)
  • l'aponie (absence de troubles du corps)

 

Aristote : pluralité éthique et architectonique des biens

  • Différencier les contenus du Bien : le Bien du stratège est de tuer alors que celui du médecin est de soigner Il n'y a pas un Bien en soi"Le Bien n'est pas quelque chose de justiciable d\'une seule idée.\" (Aristote)
  • Kaïros (ou à propos) : l\'occasion favorable qui permet à une action d'atteindre son excellence
  • Architectonique des Biens : Le Bonheur est la clé de voûte assurant l'unité des biens particuliers
  • Le Bonheur est la fin des Biens et peut donc s'atteindre (car on parle de fin)
  • Le Bonheur est l'épanouissement le plus plein de la Nature Humaine.
  • Physicon Dikaïon : droit naturel, fondateur d'une universalité transpolitique

Kant : le Bonheur par totalisation

  • Satisfaction de nos penchants comme totalité réalisée par l'imagination
  • Les possibles contradictoires ne posent pas de problèmes logiques dans une synthèse imaginaire
  • Celui dont on dit qu'il a tout pour être heureux peut être malheureux car le bonheur n'est pas dans la situation objective
  • Le Bonheur est au-delà de ses conditions
  • Insatisfaction essentielle qui ne répond à aucun penchant déterminé la totalisation des penchants n'a donc pas de sens

Le stoïcisme et son lien avec Descartes

  • Refuser de s'attacher à tout ce qui ne dépend pas de soi pour être heureux
  • Adéquation entre ma volonté et les circonstances de la volonté avec elle-même
  • Descartes dans le Discours de la Méthode prend l'exemple d'un homme perdu dans la forêt : il faut prendre un chemin et s'y tenir, user de résolution et avoir une volonté ferme et assurée
  • Le doute a sa place dans la réflexion mais il est mauvais dans l'action qui demande de trancher fermement.

Rousseau et les Rêveries

● Le Bonheur consiste dans un remplissement de soi-même à soi-même
● A l'état de Nature :
 ○ cette adéquation existe de manière primitive car je ne me représente pas un possible qui serait au-delà de mon pouvoir
 ○ équivalence de nos désirs et de nos besoins = Bonheur
● "L'imagination est la mesure du possible" (Rousseau)
 ○ l'imagination fait que nous sommes déportés hors de nous
 ○ l'imagination est à l'origine du malheur de l'homme
● La Rêverie
 ○ se ramasser sur soi-même pour retrouver le Bonheur
 ○ permet de connaître la plénitude de la volonté remplie par la volonté
 ○ pure coïncidence de soi avec soi-même, sans passé, sans avenir et sans succession
 ○ c'est de "l'imagination apprivoisée" (Rousseau)
 ○ m'apporte des images qui comblent mes manques

 

Kant : le Devoir

● "La raison est législatrice pour la volonté" (Kant) la raison détermine la volonté à l'action
● Les actions sont
 ○ faites par devoir
 ○ conformes au devoir (exemple du marchand dit honnête)
 ○ contraires au devoir
Rigorisme Kantien
● On distingue :
 ○ l'amour pathologique (passionné) : inclination sensible qui ne peut se commander
 ○ l'amour pratique (moral) qui ordonne d'aimer son ennemi et qui me coûte
Impératif catégorique"Il faut toujours respecter l'autre comme une fin et ne jamais l'utiliser comme un moyen" (Kant)
Impératif de véracitéBenjamin Constant parle du droit de mentir par humanité
 ○ "La vraie morale se moque de la morale" (Pascal)

 

Kant : la Morale

● Morale empirique : Les règles morales empiriques (basées sur l'expérience) sont variables. A placer la moralité dans l'expérience concrète, on finit par l'anéantir puisque la réalité est parfois contradictoire. Comment peut-on prendre la morale au sérieux si elle est un ensemble de règles multiples et fugaces ?
● Morale a priori : nos valeurs sont antérieures à l'expérience, immuables et correspondent à un pur travail de la raison

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?