La matière et l'esprit

La matière et l'esprit

La séquence sur la raison et le réel traite aussi de la matière et l'esprit en philosophie. Notre professeur de philosophie vous propose donc de retrouver toutes les notions qui s'y rattachent dans cette fiche de révision pour assurer à votre...

Document rédigé par un prof La matière et l'esprit
Télécharger gratuitement

12.00/20

3.0000 5 0

3 Avis > Donne ton avis

2546 téléchargements

Le contenu du document

La séquence sur la raison et le réel traite aussi de la matière et l'esprit en philosophie. Notre professeur de philosophie vous propose donc de retrouver toutes les notions qui s'y rattachent dans cette fiche de révision pour assurer à votre épreuve du Bac S !

 

La matière, du latin mater - la mère, la source - désigne tout corps concret, tangible. L'esprit, du latin spiritus, lui-même dérivé de spirare - le souffle, le vent - définit le principe immatériel de la pensée et de la réflexion humaine.
Deux réalités indissociables ou au contraire bien distinctes l'une de l'autre ?

I - Définitions simples

Retenons et comprenons, tout d'abord, les notions mêmes qui nous préoccupent, à savoir la matière et l'esprit.
  • La matière désigne ce qui est inerte, sans vie propre, ce qui est inanimé, comme la pierre ou le bois.
  • L'esprit est considéré comme son contraire. C'est ce qui n'est pas matériel. Pensée, conscience, intelligence, voilà ce qu'est l'esprit, selon les philosophes.

II - Le matérialisme

Le matérialisme est une doctrine philosophique affirmant que toute substance est matérielle. La matière construit toute forme de réalité. Il s'oppose à tout courant de pensée qui inclurait un élément intangible, telles que les croyances, face à la matière.
Comme disait le philosophe grec Anaxagore (500 av. J.-C. - 428 av. J.-C.) : «  Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».
Autrement dit, tout élément naturel se suffit à lui-même dans sa transformation et son développement. Ce qui n'a pas de corps n'est pas une réalité.
Les matérialistes, notamment des philosophes grecs, tels Démocrite (460 av. J.-C. - 370 av. J.-C.) ou Pythagore (580 av. J.-C. - vers 495 av. J.-C.) prônent le postulat du refus de l'esprit comme substance. Selon eux, «  La matière est le substrat de l'esprit ».
Un autre philosophe grec, Épicure (environ fin 342 av. J.-C./début 341 av. J.-C. - 270 av. J.-C.) est un des grands représentants du matérialisme, dont il a d'ailleurs une conception atomiste. En effet, il considère que tout ce qui existe est une composition d'atomes. Le monde n'est que substance matérielle, y compris l'âme.
L'atomisme conduit donc au rejet de toute croyance en Dieu ou élément divin.
Autre exemple : on peut considérer un scientifique comme un matérialiste. Le matérialisme est alors utilisé comme méthodologie.

III - L'idéalisme

L'idéalisme - ou philosophie de l'esprit - s'oppose diamétralement au matérialisme.
C'est un concept philosophique qui affirme que la réalité repose sur l'esprit. Autrement dit, les représentations mentales, la pensée, la réflexion, la conscience constituent la seule réalité.
L'idéaliste accorde une place primordiale aux idées et affirme qu'il n'y a pas de réalité sans pensée.
Le monde se résume, avant tout, aux représentations que nous en avons.
Citons comme idéaliste, Platon (428/427 av. J.-C. - 348/347 av. J.-C.) qui prône que tout ce qui n'a pas de corps est réel, telles la connaissance et l'intelligence. Pour lui, le monde n'est qu'idées. Il illustre l'idéalisme antique. Principe que rejoint Leibniz, philosophe allemand, (1646 - 1716) qui considère toutes les substances comme spirituelles.
Autre philosophe allemand : Hegel (1770 - 1831) pense que la seule réalité est l'esprit absolu : l'esprit est tout et tout est esprit. Un concept parfaitement illustré par le philosophe irlandais Berkeley (1685 - 1753) : «  Être, c'est être perçu ».
Pour les idéalistes de toute époque : «  L'esprit est le substrat de la matière ». La véritable réalité est ''idéelle'' et non matérielle.

IV - Le dualisme

Le dualisme se réfère à la relation établie entre la matière et l'esprit.
La ''version'' la plus connue de ce concept, nous la devons à René Descartes (1596 - 1650), mathématicien et philosophe français, en 1641, pour qui l'esprit est substance.
Il fut, au début, considéré comme un idéaliste, par sa pensée : l'esprit est la véritable nature de l'Homme, et non son corps.
Puis, le dualisme s'installe : Descartes distingue alors la substance mentale - sans notion d'espace - et la substance matérielle - tangible, mais non pensante. Deux éléments distincts, selon le philosophe, mais en totale interaction l'une avec l'autre.
Descartes pousse son analyse en affirmant une union entre l'âme (ou esprit) et le corps (ou matière) chez l'Homme (dualisme), contrairement aux animaux, éléments tangibles, mais dépourvus d'esprit (intelligence, conscience, pensée).
Le philosophe, juriste et mathématicien allemand, Christian Wolff (1679 - 1754), appliquera la théorie de Descartes à sa propre philosophie, en 1734 : la séparation de la res extensa (la matière) et de la res cogitans (la pensée).

V - Le monisme

Du grec monos - seul, unique - et ismos - doctrine, théorie -, le monisme est un concept philosophique qui considère que le monde n'est constitué que d'une seule substance : matière OU esprit.
Il supprime l'écart entre le réel et l'idéel.
Pour le moniste - qui s'oppose donc totalement au dualiste - la réalité forme un tout, un principe unique.
Dans cette théorie, deux camps s'affrontent : les matérialistes qui défendent l'idée que la matière est la seule substance existante, et les spiritualistes, plus axés sur le principe que l'élément unique qui constitue le monde est l'esprit.
Toutefois, le monisme pur rejette cet affrontement, car esprit ou matière, peu importe, la seule chose qui compte étant qu'il n'existe qu'une seule substance.
Par exemple, le philosophe grec, Héraclite (VIème siècle av. J.-C.) affirme que tout n'est que feu.
Le monisme le plus dignement illustré est celui de Spinoza (1632 - 1677), philosophe hollandais : «  Dieu est la nature ».
Il défend l'idée que matière et esprit ne sont que des attributs d'une seule et même substance autre qui forme un tout.

VI - Conclusion

Est matière ce qui n'est pas esprit ? Voici la question qui a fait grand débat au fil des siècles. Toutefois, ces deux substances - âme et corps - totalement opposées sont nécessairement liées l'une à l'autre pour faire de l'Homme ce qu'il est : une matière pensante, une configuration particulière de la matière.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

rmelchior
4 5 0
16/20

Le cours est plus structuré par auteur que par thème c'est parfait pour réviser

par - le 02/06/2016
MlleOphelie
4 5 0
16/20

Justement, je pense que c'est ce dont on a besoin pour répondre à la problématique, selon les différentes thèses des philosophes :)

par - le 15/06/2015
natouchi
1 5 0
4/20

Selon moi c'est plus une explication des points des points de vue de différents philosophes et différents courants philosophiques sur le thème de la matière et l'esprit qu'un cours structuré comme celui de la conscience.

par - le 15/06/2014

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?