Fiche de révision : La société - Philosophie - Terminale S

Fiche de révision : La société - Philosophie - Terminale S

Nous mettons à votre disposition cette fiche de révision sur la société, chapitre au programme de Philosophie de Terminale S.

Vous verrez tout d'abord les notions à maîtriser, puis vous vous intéresserez aux philosophes à connaître. Par la suite, notre professeur vous donne quelques citations philosophiques sur la société, et enfin des exemples de sujets possibles sur ce sujet.

Téléchargez gratuitement ci-dessous cette fiche de révision de philosophie sur la société pour le Bac S.

Fiche de révision : La société - Philosophie - Terminale S

Le contenu du document


Notions à maîtriser 

La société définit cet entité selon laquelle les individus sont soudés entre eux et se trouvent dans un rapport plus ou moins fort d'interdépendance. Elle s'organise en différents sous-groupes qui entretiennent ensemble des relations plus ou moins pacifiées.

On peut imaginer un état de pré-société ou asocial qui serait caractérisé par un humain abandonné à lui-même, sans lien avec les autres, tentant autant que faire se peut, de conserver sa vie et d'éviter les dangers. Cette fiction de philosophe s'appelle l'état de nature. Il s'agit ensuite de réfléchir au lien qu'il pourrait y avoir entre cet état initial et la formation de la société où les individus sortent de l'isolement et sont unis autour d'un accord plus ou moins tacite (plus ou moins choisi).

Est-ce que la société est le prolongement d'un état de nature qui caractérisé l'humain dans son individualité ?  Ou la société est-elle une rupture avec l'état de nature ? Autrement dit, il faut de demander s'il est dans la nature de l'humain de s'unir en société ou si c'est une nécessité extérieure à lui qui le pousse à s'associer. C'est toute la question de la continuité entre nature et culture ou la rupture entre les deux. La culture est-elle le prolongement de la nature ? Ou la culture est-elle une force contre-nature ?

La société organise les relations humaines et se déclinent en plusieurs communautés d'intérêts qui vont défendre leur vision du vivre ensemble. Les conflits qui peuvent naître des désaccords dans les différentes visions demanderont à être régulés. C'est de cette façon que naît l'Etat. Il va produire des règles de régulation collective qui vont s'imposer à l'ensemble de la société avec cet objectif de l'organiser selon un objectif bien précis (en faveur de certains, en faveur de tous...). Le passage de l'état de nature à l'état civil est aussi marqué par une définition du rapport qu'entretiennent différences et inégalités. Les différences naturelles (la taille, le poids, la force, les capacités cognitives...) peuvent se transformer en inégalités dans l'état civil. Certaines aptitudes naturelles seront favorisées par rapport à d'autres. Le contrat social, l'accord des membres de la société civile pour s'unir autour d'un certain nombre de règles, devra statuer sur la place de ces différences. Il pourra le faire selon les principes de la justice, de l'égalité, de la tolérance ou encore de la liberté.

 

Dans une société, les systèmes d'échange sont complexes et vont conditionner la bonne entente entre les individus et entre les groupes. Les relations sont marquées par des système d'échange matériel (économique), symbolique (traditions, croyances, rituels) et de parenté (règles des unions). Le maintien de ces relations par un jeu de don et de contre-don est essentiel. C'est une façon de créer du brassage et de ne pas faire s'isoler des parties du corps social. Les sociétés sont de plusieurs types, certaines ont des solidarités dites mécaniques, ce qui signifie que les individus sont caractérisés par des similitudes, ils ont les mêmes croyances, les mêmes rites, les mêmes valeurs et modes de pensée et c'est ce qui crée l'unité. Dans les sociétés à solidarité organique, les individus et les sous-groupes sont spécialisés dans des fonctions sociales et leur unité tient à leur interdépendance et leur complémentarité. Chacun a besoin des autres comme les organes qui ne peuvent pas fonctionner indépendamment dans un corps.

 

Les auteurs à connaitre 

Aristote, La politique

Pour le philosophe, il y a une tendance naturelle de l'humain à former des sociétés. Il est un animal dont la caractéristique principale est de former des sociétés et d'organiser des échanges. C'est en ce sens qu'Aristote définit l'humain comme un animal politique. La société ne va donc pas contre la nature, elle en est son expression même.

 

Rousseau, Essai sur les origines et les fondements des inégalités parmi les hommes

L'homme dans l'état de nature, qui précède la formation de la société civile, est seul. La règle qui régit cet état de nature est la loi du plus fort. Il peut donc s'imposer tant qu'il n'a pas trouvé plus fort que lui. Il est parfaitement libre mais sa vie y est constamment en danger. C'est avec l'apparition de la propriété qui correspond au premier qui a dit « ceci est à moi » et la nécessité de protéger cette propriété que naît le premier contrat social et que les individus choisissent de former une société. Dans un deuxième temps, les hommes entre eux opteront pour le bon contrat social : celui qui garantit la volonté générale et protègent les différences d'une inégalité de traitement.

 

Kant, Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique

Pour l'auteur, il y a une tension interne à l'humain : il est à la fois enclin à former des sociétés pour y développer ses dispositions naturelles mais il est aussi insociable par nature dans la recherche de son intérêt propre, différent de l'intérêt de l'autre. Il appelle ce phénomène « l'insociable sociabilité » C'est cette tension qui va le conduire à s'associer et à trouver un état d'équilibre. C'est dans cette opposition entre le désir de s'associer et la volonté de régler ses affaires seul que l'humain développe tout son potentiel et que la dynamique sociale se nourrit.

 

Durkheim, Les règles de la méthode sociologique

Pour le sociologue, la société a une existence propre, indépendamment des individus qui la constituent. La société n'est pas le fruit d'une somme d'individus qui ont passé un contrat entre eux et qui choisissent la forme de leur union. C'est une entité qui les dépasse et organise leurs comportements. On peut donc étudier les faits sociaux comme des choses, qui ne sont pas produites par des consciences, mais qui sont réglées par des mécanismes indépendants. Ces mécanismes peuvent être décrits par des lois, c'est le travail du sociologue de les mettre en évidence. Les faits sociaux sont le résultat d'une activité contraignante de la société sur les individus. Les individus sont conditionnés à agir de telle ou telle façon sans en avoir nécessairement conscience.

 

Mauss, Essai sur le don

Le don est au cœur de l'échange qui unit les différents membres d'un groupe, les différentes parties d'une société ou les différentes sociétés entre elles. Derrière cet acte apparemment gratuit, se joue le ciment de la vie collective. C'est grâce aux dons que les échanges sont possibles et que la paix peut être maintenue. Mauss analyse le phénomène du don/contre-don : lorsque quelque chose a été offert en don, l'attente du contre-don est une période de paix. Ces dons ne sont pas seulement matériels ou économiques, ce sont aussi des échanges symboliques.

 

Lévi Strauss, Les structures élémentaires de la parenté

On peut trouver des règles générales qui structurent toute forme de société.  C'est le cas du tabou de l'inceste selon l'ethnologue. En effet, on peut remarquer que toutes les sociétés, sans exception, sanctionnent les relations sexuelles familiales, ou internes au groupe restreint. A ce principe de tabou de l'inceste, s'associe une règle d'exogamie (aller à l'extérieur du groupe) selon laquelle les membres d'un groupe s'unissent aux membres d'un autre groupe. C'est d'ailleurs ce qui favorise les relations de paix entre les différents groupes.

 

Citations philosophiques sur la société

Aristote, La politique

« La cité est au nombre des réalités qui existent naturellement, et l'homme est par nature un animal politique. »

 

Cicéron, Traité des devoirs

« De toutes les sociétés, il n'en est pas de plus belle et de plus solide que celle d'honnêtes gens entre lesquels la ressemblance des caractères produit l'amitié. »

 

Locke, Second traité du gouvernement civil

« Là seulement se trouve une société politique, où chacun de ses membres s'est dépouillé de son pouvoir naturel, et l'a remis entre les mains de la société afin qu'elle en dispose dans toutes sortes de causes, qui n'empêchent point d'appeler toujours aux lois établies par elle. »

 

Durkheim, Les règles de la méthode sociologique

« Si nous disons que la vie sociale est naturelle, ce n'est pas que nous en trouvions la source dans la nature de l'individu ; c'est qu'elle dérive directement de l'être collectif qui est, par lui-même, une nature sui generis (en propre, en elle-même). »

 

« La société suppose une organisation consciente de soi qui n'est autre chose qu'une classification. Cette organisation de la société se communique naturellement à l'espace qu'elle occupe. »

 

Mauss, Essai sur le don

« Ce ne sont pas des individus, ce sont des collectivités qui s'obligent mutuellement échangent et contractent ; les personnes présentes au contrat sont donc des personnes morales. »

 

Lévi Strauss, Les structures élémentaires de la parenté

« Partout où la règle se manifeste, nous savons avec certitude être à l'étage de la culture. »

 

Les couples de notion qui peuvent servir à construire les problématiques 

Individu / société

Nature / culture

Société / Etat

Société / communauté

Egalité / différence

Echange économiques / échanges symboliques

Société à solidarité mécanique / société à solidarité organique  

 

Sujets possibles

La société est-elle un obstacle à la liberté de l'individu ?

L'homme est-il un loup pour l'homme ?

Une société juste est-elle possible ?

Les échanges sont-ils une garantie de la paix sociale ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?