Fiche de révision : La démonstration - Philosophie - Terminale S

Fiche de révision : La démonstration - Philosophie - Terminale S

Nous vous proposons de télécharger gratuitement cette fiche de révison de philosophie sur la démonstration, rédigée par notre professeur.

Cette fiche de révision de philosophie est complète : notre professeur vous explique les notions importantes à maîtriser, mais aussi les philosophes à connaître, les citations philosophiques sur la démonstration. En fin de fiche, vous retrouverez une sélection de sujets possibles sur la démonstration.

Consultez gratuitement cette fiche de révision de philosophie pour le Bac S ci-dessous consacré au chapitre sur la démonstration !

Fiche de révision : La démonstration - Philosophie - Terminale S

Le contenu du document

 

NOTIONS A  MAITRISER SUR LA DEMONSTRATION

La démonstration est une technique qui permet de prouver des assertions ou propositions sur le monde et l'existence en général. Elle consiste à utiliser un langage (soit verbal, soit formalisé comme dans les mathématiques) et à articuler différentes phases de raisonnement pour prouver, grâce au langage, et éventuellement l'appui de l'expérience, la véracité d'une proposition. 

Elle utilise des arguments dont le but est d'apporter des preuves discursives (liées au discours, au langage). La proposition de départ  est le principe de la démonstration (ce qui n'est pas démontré à son tour). Ce principe peut être un postulat : on demande d'accepter la proposition comme vraie mais on précise qu'on ne l'a pas démontrée. Il peut être un axiome qui est une vérité évidente en soi que l'on n'a pas besoin de démontrer. 

Exemple : dans la géométrie d'Euclide, le premier axiome est « Les choses égales à une même chose sont aussi égales entre elles » ou a=b et b=c donc a=c.  

 

La démonstration peut aussi reposer sur des hypothèses de départ, c'est-à-dire des propositions que l'on choisit d'explorer mais dont on sait qu'elles demandent à être prouvées. Elles peuvent permettre de faire plusieurs scénarios.

La démonstration peut fonctionner de deux manières : elle peut choisir de passer d'une proposition à l'autre, en s'assurant de la nécessité de l'articulation qui permet d'annoncer une nouvelle conclusion. Lorsqu'elle associe deux propositions et qu'elle en conclut une troisième

Exemple : Tous les hommes sont mortels, or Socrate est mortel donc Socrate est un homme, On appelle ce type de raisonnement un syllogisme.  

 

La démonstration peut aussi se fonder sur une expérience qui cherchera à prouver la réalité d'une proposition de départ : on pourra conclure d'une observation, une nouvelle proposition : c'est ce que l'on appelle l'induction. 

Exemple : Les corps dont nous faisons l'expérience tombent et sont attirés par le sol donc il y a une attraction.

 

Toutes les démonstrations ne se valent pas,  elles sont plus ou moins scientifiques et s'adressent plus ou moins à la raison. On cherche à démontrer pour convaincre de la vérité d'une proposition mais certaines démonstrations sont formellement tronquées. 

En effet, certaines démonstrations utilisent des vices de raisonnement pour parvenir à leurs fins. Par exemple, on peut utiliser des arguments d'autorité : si Einstein l'a dit alors c'est forcément vrai ! Ou encore, la pétition de principe où l'on affirme justement ce que l'on doit démontrer Ex : L'Etat est la seule façon de faire respecter la loi. 

On peut aussi utiliser des arguments qui concernent directement la personne qui va recevoir la démonstration, on parle d'arguments ad hominem. Ex : Tu as tort car tu n'es pas assez intelligent (et non parce que ton idée est fausse). 

En outre, l'induction n'est pas une méthode démonstrative sûre. En effet, lorsqu'on généralise des cas particuliers, on prend le risque de rencontrer un contre-exemple qui, à lui seul, rendra caduque le raisonnement. Je n'ai vu que des cygnes blancs donc les cygnes sont blancs jusqu'à ce que je croise un cygne noir (ça existe!).

Ces vices de raisonnement, on les appelle des sophismes. Ils sont très nombreux.

Mais  il y a aussi une démonstration scientifique qui a la vérité comme horizon. Pour cela, elle doit opérer  de manière logique et inférentielle = on doit conclure une idée à partir d'une autre, Le lien entre les deux doit être nécessaire et les propositions de départ ne doivent pas être hypothétiques mais certaines.

La démonstration ne suffit pas à remporter l'adhésion des autres, ce n'est pas toujours la rigueur du raisonnement qui est entendu. L'art de persuader définit les techniques oratoires utilisées pour faire adhérer à une idée parce qu'elle est séduisante ou que l'on a su nous la présenter de manière séduisante et non parce qu'elle est vraie (voir Pascal).

 

LES PHILOSOPHIES A CONNAITRE SUR LA DEMONSTRATION

Platon, Le Ménon

Pour Platon, il y a deux formes de connaissance. La connaissance par la démonstration : la démonstration mathématique qui est fondée sur des hypothèses elles-mêmes indémontrables, ou encore, la démonstration hasardeuse viciée par des sophismes. La connaissance intuitive qui n'a pas besoin du discours et de la déduction pour se faire : la vérité apparaît immédiatement. Dans son dialogue le Ménon, il explore la puissance du langage et fait se retrouver ces deux types de connaissance. L'esclave analphabète, grâce à la maïeutique (l'art d'accoucher les âmes) est capable de résoudre un problème géométrique.  Cette vérité existe de tout temps en l'âme humaine, elle a été perçue par une intuition intellectuelle ( à la mort du corps) et peut partiellement être retrouvée grâce à l'art du dialogue et de la démonstration.

 

Aristote, Seconds analytiques

Pour Aristote, la logique est la pensée qui se fonde sur des démonstrations rigoureuses.  Le syllogisme est la forme élémentaire du raisonnement. Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre en résulte nécessairement par le seul fait de ces données. Le bon syllogisme se suffit à lui-même pour conclure de manière nécessaire une nouvelle proposition. Les prémisses sont les affirmations à partir desquelles on peut tirer des conclusions.

Dans une démonstration, on ne peut pas toujours remonter à une première prémisse, elle-même démontrable sinon ce serait sans fin. Il y aurait toujours quelque chose à démontrer. Il y a donc des prémisses premières (principes) non démontrables et immédiatement reconnues comme vraies, à partir desquelles on pourra déduire d'autres vérités.

 

Descartes, Règles pour la direction de l'esprit

Pour l'auteur, les mathématiques donnent le droit chemin de la vérité, c'est-à-dire la méthode pour produire une connaissance vraie. L'esprit doit respecter des règles qui lui permettront d'effectuer des démonstrations rigoureuses telles qu'on en trouve dans les mathématiques ( sous forme déductive). Descartes donne 4 règles principales : celle de l'évidence ( pas de précipitation), diviser les difficultés pour réduire aux plus simples et résoudre étape par étape, conduire ses pensées dans l'ordre du plus simple au plus difficile, bien tout dénombrer pour voir si rien n'a été oublié.

 

Pascal, De l'esprit géométrique

Plusieurs philosophes ont tenté de démontrer  l'existence de Dieu ( St Anselme et Descartes notamment). Ce n'est pas l'existence de Dieu qu'ils ont démontrée mais un concept de philosophes. Pour Pascal, il y a des vérités qui relèvent de la démonstration ( les vérités géométriques) et des vérités qui dépendent du coeur ( la révélation de Dieu). Les vérités géométriques s'appuient sur la définition des mots de départ, une fois l'accord obtenu, on peut démontrer d'autres propositions. Si je pose qu'un triangle est une figure à trois côtés, je pourrai ensuite démontrer que la somme des trois angles est de 180°.  Dieu ne se démontre pas en revanche, toute vérité n'est donc pas démonstrative.

L'art de persuader

Pour Pascal, réussir à persuader quelqu'un ce n'est pas seulement le convaincre de la vérité de quelque chose par une démonstration mais c'est aussi le faire agréer : le séduire avec cette idée.

 

Kant, Critique de la raison pure  

Une démonstration demande une preuve apodictique selon le philosophe, c'est-à-dire une preuve nécessaire et universelle. Seule la démonstration mathématique a des preuves apodictiques, qui ne dépendent pas de l'expérience ( l'expérience ne peut pas donner ce type de preuves).  La démarche philosophique ne peut pas être assimilée à la démonstration mathématique car elle utilise des preuves du langage : les concepts. C'est sous les concepts qu'elle va organiser le monde sensible et ses concepts sont liés à l'expérience.

 

CITATIONS PHILOSOPHIQUES SUR LA DEMONSTRATION

Aristote, Les premiers analytiques

«  Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre en résulte nécessairement par le seul fait de ces données. »

Les seconds analytiques

«  Par démonstration, j'entends le syllogisme scientifique , et j'appelle scientifique un syllogisme dont la possession même constitue pour nous la science. »

 

Descartes, Règles pour la direction de l'esprit

 «  Ceux qui cherchent le droit chemin de la vérité ne doivent s'occuper d'aucun objet, dont ils ne puissent avoir une certitude égale à celles des démonstrations de l'arithmétique et de la géométrie. »

 

Spinoza, Ethique

«  Les yeux de l'esprit, par le moyen desquels il voit les choses et les observe, ce sont les démonstrations elles-mêmes »

 

Kant, Critique de la raison pure

«  Seule une preuve apodictique, en tant qu'elle est intuitive, peut s'appeler démonstration. »

 

LES COUPLES DE NOTIONS QUI PEUVENT SERVIR A CONSTRUIRE LES PROBLEMATIQUES

Intuition / démonstration

Abstrait / concret

Persuader / convaincre

Postulat / axiome

Principes / conséquences

Induction / déduction

Hypothèses / propositions

Démontrer / croire

Assertorique / apodictique

Persuader / convaincre

 

SUJETS POSSIBLES SUR LA DEMONSTRATION

La démonstration suffit-elle pour emporter l'adhésion ?

La démonstration peut-elle procurer la certitude ?

Peut-on démontrer l'objet d'une croyance ?

Peut-on démontrer une chose et son contraire ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?