Fiche de révision : Autrui - Philosophie - Terminale S

Fiche de révision : Autrui - Philosophie - Terminale S

Consultez gratuitement cette fiche de révision de philosophie, rédigée par notre professeur, consacré au chapitre sur Autrui.

Dans cette fiche résumée sur Autrui, vous verrez tout d'abord les notions à maîtriser, puis les auteurs à connaître, tels que Platon, Aristite, Rousseau, Marx, Durkheim et Lévinas. Notre professeur de philosophie a également sélectionné poiur vous quelques citations sur autrui, et vous donne quelques thèmes qui peuvent vous servir à construire une problématique sur autrui. Enfin, vous découvrirez quelques sujets possibles sur autrui : La conscience de soi passe-t-elle par autrui ? Peut-on connaître autrui ? ...

Téléchargez gratuitement cette fiche de révision sur autrui pour le Bac S ci-dessous !

Fiche de révision : Autrui - Philosophie - Terminale S

Le contenu du document

 

NOTIONS A MAITRISER

Notions à distinguer de autrui :

  • une personne car on parle de personne morale ou de personne juridique, la personne a des droits.

 Ex : Dans le code civil, on parle de personne pour désigner l'individu qui a des droits.

  • un individu car ce dernier est unique et se définit par lui seul (insécable, indivisible).
  • le prochain car ce terme a une connotation morale. 

Ex : « Aimer son prochain » des chrétiens

  • Le citoyen qui est le membre d'une société et qui en est l'acteur

Autrui, c'est l'autre : la limite entre moi et ce qui n'est pas moi. Mais c'est l'autre dans son humanité

Ex : On ne dira pas autrui pour une chaise ou pour un chat.

Un humain sans autrui = moi = egoidentité propre

Mais l'ego n'est jamais isolé, seul, sans lien avec autrui : il doit composer avec son alter-ego. (= un autre moi). Autrui va donc influencer la vie sociale et (l’extérieur) et ce que je penserai de moi (mon intérieur).

 

Dans ce lien, il va se passer plusieurs choses :

  • la relation que je vais avoir avec autrui. Ex : Pacifique, violente, dans l'incompréhension, dans l'empathie voire la pitié au sens de Rousseau (réussir à vivre ce que l'autre vit, se détourner de soi). Autrement dit, cette relation va influencer ( ou conditionner) la qualité de la communication que j'aurai avec autrui.
  • ce qu'il va me révéler sur moi-même

Ex : il me renvoie à mes limites en étant plus fort que moi (dans une compétition). Il peut me donner de la valeur, quand il m'aime...

  • la création d'un groupe avec autrui dont les règles vont découler (identité collective). Ex : c'est le cas de la vie sociale où autrui fonctionne selon les mêmes règles que moi. La conscience de soi dans un groupe passe par la reconnaissance des autres. 

Ex : je vais me sentir appartenir au groupe des musiciens si autrui confirme mon aptitude à la musique.

  • La reconnaissance de la différence, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas comme moi. Ex: l'autre sera plus ou moins petit, fort, habile, instruit. Ces différences seront soit naturelles soit acquises par le milieu social. La question de l'égalité va donc se poser. Différence ne veut pas dire inégalité. Autrui devient alors prochain, citoyen, sujet... et peut acquérir le même statut que moi  (et inversement)
  • la conscience de la responsabilité : interdépendance entre moi et les autres. Ce que je fais aura des répercussions sur autrui, j'influence donc le bien ou le mal dont il fait l'expérience.

 

LES AUTEURS A CONNAITRE

Platon , Alcibiade

Le modèle du dialogue comme miroir : âme qui se contemple dans une autre âme. Voir l'autre, c'est pouvoir se reconnaître en lui. Se connaître soi-même veut dire reconnaître ce qu'il y a de commun en moi et en l'autre. Le dialogue a cette fonction : il permet d'accoucher (maïeutique) de cet élément commun.

 

Aristote, Les politiques

L'homme est un animal  politique. Il est fait pour vivre avec les autres. Il est vraiment lui-même lorsqu'il est avec les autres. Les hommes en société ne forment pas un unisson ( comme s'ils jouaient tous la même note) mais œuvrent à la manière d'un accord à la construction d'une cité qui donne sens à la leur nature profonde : celle de vivre ensemble.

 

Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

La pitié est une passion sociale selon Rousseau. C'est elle qui permet à l'individu isolé et centré sur son égo de regarder l'autre et de s'imaginer ce qu'il peut vivre. C'est donc la pitié qui permet de prendre conscience qu'en dehors de moi, il y a autrui. Une fois reconnu, je peux choisir de vivre avec autrui (le contrat). Mais les différences reconnues à l'état naturel ( de non société) ne doivent pas devenir des différences de traitement par le droit dans l'état social.

 

Marx , Capital

La conscience de classe : le fait d'appartenir à un groupe plutôt qu'à un autre vient de l'opposition des intérêts entre les deux classes (Prolétariat= ceux qui n'ont que leur force de travail et bourgeoisie = ceux qui ont l'argent à investir = le capital). Cette opposition est une dialectique : elle permet aux classes sociales (et notamment au prolétariat) de prendre conscience d'elle-même (elle n'est plus classe en soi mais classe pour soi). Ainsi, elle peut trouver une solution pour renverser les rapports d'exploitation. C'est autrui qui déclenche la prise de conscience.

 

Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse

Les représentations religieuses sont en fait des représentations collectives : la base du religieux est le sacré (ce que l'on ne peut pas toucher ou changer sans tout bouleverser). Le sacré représente la société elle-même.  C'est la société qui fournit à l'individu les catégories (le temps, l'espace, le nombre etc.) et les concepts nécessaires pour la pensée logique. Donc, pour être uni à autrui = un espace de sacré doit nous envelopper = autrui rend possible la logique = la pensée est possible.

 

Lévinas , Totalité et infini

La présence d'autrui = une limite à la toute puissance de l'ego. Par sa vulnérabilité, le visage d'autrui est un appel à la réserve et à la non violence. Je suis confrontée à ma responsabilité morale : je dois prendre soin du plus faible.

 

CITATIONS PHILOSOPHIQUES SUR AUTRUI

Platon, Alcibiade

« L'âme, si elle veut se connaître elle-même doit porter son regard sur une (autre) âme »

C'est le fameux miroir.

 

Sartre, Huis clos

« L'enfer, c'est les autres »

Si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer.

C'est par les autres que nous nous jugeons, ils sont un miroir et nous rappellent à l'ordre.   Ex : Si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d’autrui et alors en effet je suis en enfer. Il existe quantité de gens qui sont en enfer parce qu’ils dépendent du jugement d’autrui.

Autrui est le médiateur entre moi et moi-même.

 

Sartre, L'existentialisme est un humanisme

« Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l'autre. »

 

Hegel : Encyclopédie des sciences philosophiques

« Etre soi-même dans son autre »

La dialectique est une opposition entre deux pôles ( le maître et l'esclave, le bourgeois et le prolétaire ou encore Robinson et Vendredi), la solution à cette opposition est de trouver ce qui nous lie à l'autre et ce qui renverse le rapport de domination : celui qui dominait prend conscience de sa dépendance à l'autre. C'est en passant par l'autre, qu'il a conscience de qu'il est et qu'il peut accéder à la vérité.

 

Comte, Système de politique positive :

« Le devoir et le bonheur consistent également à vivre pour autrui. »

C'est dans l'altruisme que la vie sociale et la vie morale peuvent se développer correctement. Non seulement vivre à côté d'autrui mais vivre pour lui ( se consacrer à lui, se dévouer).

 

Lévinas, Ethique et infini

« Le visage d’autrui est dénué (sans défense); c’est le pauvre pour lequel je peux tout et à qui je dois tout. »

C'est par le visage que  l'altérité m'apparaît. Je reconnais ma responsabilité vis-à-vis de cette dernière et le devoir que j'ai de lui apporter ce qui est en mon pouvoir ( autrui devient alors le prochain).

 

THEMES QUI PEUVENT SERVIR A CONSTRUIRE LES PROBLEMATIQUES SUR AUTRUI

 

  • Autrui / ego / alter-ego : comment je passe de moi aux autres ? Comment les autres définissent qui je suis?  Alter-ego : idée que l'autre est un miroir de moi-même.
  • Société / individu : la reconnaissance d'autrui fait sortir l'ego de lui-même et m'entraîne à vivre en société.
  • Absolu / relatif : l'ego est un absolu (il n'y a rien d'autre que lui-même) tant qu'il n'a pas rencontré l'autre. L'autre l'oblige à relativiser ce qu'il est (il est par rapport à autre chose).
  • Solipsisme /  altruisme : dans le solipsisme, le moi se pense comme seule réalité alors que dans l'altruisme, il est tourné vers l'autre.
  • Intérieur / extérieur : l'ego sort de son intérieur quand il prend conscience qu'en dehors de lui un alter-ego existe.
  • Identité / différence : l'ego est dans un rapport d'identité à lui-même ( il est une seule et même conscience). La rencontre avec autrui le confronte à la différence ( tout ce qui n'est pas lui).
  • Différence /inégalité: la différence qui est un fait ne signifie pas l'inégalité de droit. La rencontre avec autrui montre la différence mais pas l'inégalité.

 

 

SUJETS POSSIBLES SUR AUTRUI

La conscience de soi passe-t-elle par autrui ?

Faut-il craindre le regard d'autrui ?

Peut-on vivre seul ?

Peut-on connaître autrui ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?