Correction explication de texte - bac S Philosophie - Pondichéry 2015

Correction explication de texte - bac S Philosophie - Pondichéry 2015

digiSchool vous propose de découvir gratuitement le corrigé de l'explication de texte du bac 2015 de philosophie de Pondichéry. Cette correcion a été écrite par notre professeur de philosophie.

Il s'agit de l'explication d'un texte de Francis Bacon, extrait de Pensées et vues générales. Dans la première partie, notre professeur vous présente les thèmes abordées dans cette explication de texte. Ensuite, il vous fait un plan détaillé de votre explication de texte.

Téléchargez gratuitement  le corrigé de l'explication de texte du bac 2015 de philosophie.

Correction explication de texte - bac S Philosophie - Pondichéry 2015

Le contenu du document

 

 

 

INTRODUCTION :

Le thème de cet extrait est celui de l'attitude de l'esprit humain nécessaire pour permettre la connaissance scientifique. La thèse défendue par l'auteur est que la science ne consiste pas à se réfugier dans les abstractions créées par l'entendement, comme le voudrait un certain idéalisme, qui poserait même ces abstractions comme étant innées. Elle ne consiste pas non plus à se perdre dans l'infinité du concret et à imaginer ce qui pourrait être leur cause sans limite, comme est tenté de le faire un certain empirisme. Elle consiste bien plutôt dans un va-et-vient entre les principes abstraits et leur manifestation concrète. L'enjeu est alors de déterminer si la science se donne à tous les esprits, mais également de dénoncer l'orgueil de ceux qui se prétendent savants et dotés d'un grand esprit, alors qu'ils ne font en fait que de la vaine métaphysique. Trois moments dans ces textes, correspondant aux articulations naturelles. 

 

Plan détaillé

 

 

I – « La vanité de l'esprit humain » n'est-elle pas coupable d'écarter la science de l'étude attentive des phénomènes de la nature ?

L'esprit humain est coupable d'une certaine « vanité », qui est qu'il juge oiseux de s'occuper des « détails » lorsqu'il chercher à connaître. Cette vanité freine les progrès de la connaissance. Pour le dire avec les mots de Bachelard, cette vanité agit comme un « obstacle épistémologique », que celui qui veut progresser en science doit surmonter. Sans doute Bacon vise-t-il ici Aristote, qui expliquait qu'« il n'y a de science que du général », c'est-à-dire de connaissance que dans de grands principes abstraits. Bacon explique ici au contraire que les détails doivent aussi intéresser la science. Bacon parle ici d'« occupations mécaniques » : les exemples qu'il donne n'intéressent en effet pas les savants de son époque, qui sort du Moyen- âge, mais uniquement les techniciens et artisans, qui imaginent des réalisations par leur entremise.

Mais, selon Bacon, ce travers de la « vanité » n'est pas premier : il dérive « du même orgueil » consistant à soutenir que la connaissance n'est pas acquise par les « sens », mais est déjà

« innée dans notre entendement ». Les sens sont ce qui permet à l'homme d'accéder à la réalité sensible qui est autour de lui, en en lui donnant des images et représentations (par exemple, l'image de cet immeuble au loin) ; l'entendement consiste en sa faculté de compréhension, qui lui permet de produire des concepts, et qui consiste proprement en la connaissance (par exemple, la définition d'un immeuble, qui est qu'il est une habitation sur plusieurs étages). 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?