Acceptez-vous de recevoir des notifications afin de bien préparer votre bac s ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui
Les territoires de l'Union européenne - Histoire Géographie - Première S

Les territoires de l'Union européenne - Histoire Géographie - Première S

Les territoires de l'Union européenne fait partie des derniers chapitres vus en cours de géographie au programme de première S. Notre professeur de géographie vous propose sa fiche de révision sur cette leçon afin de vous aider dans votre...

Les territoires de l'Union européenne - Histoire Géographie - Première S
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

960 téléchargements

Quiz de Histoire Géo :

Que veut dire ZEE ?

  • A.Zone Extrême Ecologique
  • B.Zone Economique Exclusive
  • C.Zone Economique Elargie
  • D.Zone Ecologique d'Exclusivité
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire Géo

Le contenu du document

Les territoires de l'Union européenne fait partie des derniers chapitres vus en cours de géographie au programme de première S. Notre professeur de géographie vous propose sa fiche de révision sur cette leçon afin de vous aider dans votre préparation du Bac !

I - Un continent européen aux limites floues.

Il n'existe pas de consensus sur les frontières du continent européen mise à part celle du détroit de Gibraltar entre l'Europe et l'Afrique. A l'Est, les géographes se sont mis d'accord sur une Europe s'arrêtant à l'Oural. Plus au Sud, la frontière est également fixée au détroit du Bosphore. La limite avec l'Asie est fixée dans le Caucase.
Cela pose le problème de la position de la Turquie qui est à cheval entre l'Europe et l'Asie. Toutefois la partie européenne turque ne représente que 3% de son territoire. La frontière avec l'Asie est également floue dans le Caucase : faut-il considérer que la Géorgie, l'Azerbaïdjan, et l'Arménie font partie de l'Europe ?

II - Un continent disposant de valeurs communes.

L'Europe est un continent marqué par des valeurs communes : ainsi le christianisme est un facteur d'unité qui est aujourd'hui à relativiser avec la sécularisation des sociétés européennes, principalement en Europe occidentale. L'Europe a vu la naissance des régimes démocratiques qui se sont répandus dans presque tout le continent.
L'Etat nation et le capitalisme ont également marqué la région bien que certains pays ne rentrent pas dans ces modèles. On constate toutefois une culture globalement commune marquée par un raffinement très élevé et ayant été la « lumière du monde ».

III - Un continent traversé par de nombreuses fractures.

La religion chrétienne a été longtemps le facteur d'unité de l'Europe qu'on appelait alors « la chrétienté d'occident » ; néanmoins l'expansion de l'Empire Ottoman à la fin du moyen âge marque l'arrivée de l'islam en Europe. Les populations musulmanes se concentrent dans les Balkans et dans une moindre mesure dans les pays avec une forte immigration telle que la France, l'Allemagne ou l'Angleterre. Sur le plan religieux, on remarquera aussi que l'Europe chrétienne est divisée entre protestants, catholiques et orthodoxes.
L'Europe a aussi été le témoin de nombreuses guerres internes, ce qui a forgé les politiques étrangères des Etats membres qui ont chacune leurs spécificités. Par ailleurs, la guerre froide a profondément divisé l'Europe et malgré la guerre froide, des séquelles et des conflits subsistent (guerres en Yougoslavie, guerres du Caucase et plus récemment, tensions en Ukraine).
Sur le plan économique, l'Europe occidentale est plus développée que le sud ou l'est de l'Europe. En ce qui concerne la dimension politique, plusieurs pays ne sont pas totalement des démocraties libérales telles que l'Albanie, la Bosnie, la Biélorussie, la Moldavie.

IV - L'UE : un territoire en expansion.

Depuis la création de la CEE (communauté économique européenne) en 1957, l'UE s'est profondément élargie : de 6 Etats au moment de sa création (RFA, Belgique, Luxembourg, Italie, France, Pays-Bas), elle passe à 28 Etats en 2013. Cet élargissement est révélateur d'un formidable attrait des autres pays européens pour l'UE.
Le projet européen ne se limite pas cependant à l'UE : le conseil européen regroupe également des Etats non européens. Certains évoquent le risque d'une dissolution de l'esprit européen telle qu'il existait lors de ses débuts en repoussant toujours plus les frontières de l'UE.
Les frontières entre Etats membres de l'UE tendent à s'effacer sur le plan économique avec le libre-échange et la quasi-disparition des droits de douane. Sur le plan de la circulation des personnes, la majorité des pays qui font partis de l'UE sont rentrés dans l'espace Schengen excepté certains pays qui veulent garder un contrôle sur leur frontière comme le Danemark ou le R-U.
Le flou quant aux limites de l'expansion européenne se fait donc jour : l'UE a-t-elle vocation à s'étendre jusqu'au Caucase et jusqu'à la Turquie ? L'UE est-elle destinée à s'étendre au dehors du continent européen pour former une sorte de géant méditerranéen ? Ces questions ne sont pas encore résolues et le processus d'élargissement continue.

V - Les avantages et les défauts de l'intégration européenne.

L'intégration européenne permet la formation d'un marché commun de capitaux, ce qui facilite les échanges. Les flux humains sont illimités avec l'espace Schengen qui fait disparaître les visas et les contrôles aux frontières. Cela est donc très pratique pour se déplacer dans toute l'Europe. L'euro est aussi un instrument pratique, en ce qu'il permet d'abolir la guerre des monnaies nationales et entraîne une facilité d'échanges des capitaux. La zone de libre-échange européenne est donc la 1 ère puissance économique mondiale.
Toutefois l'intégration a aussi des inconvénients : l'euro crée une interdépendance entre les pays : quand un pays est sur le point de se déclarer en cessation de payement, c'est toute la zone euro qui en subit les conséquences et doit aider ce pays sous peine de s'effondrer avec lui. Ce fut le cas de la Grèce qui a dû être sauvée par des dizaines de milliards d'euros de la France et de l'Angleterre, prêts qui ne pourront jamais être remboursés du fait de la banqueroute partielle de l'Etat grec.
La zone euro pose la question de la convergence des économies : deux pays comme l'Allemagne et la Grèce peuvent-elles avoir la même monnaie alors que leur degré de développement n'est pas du tout le même ? Le bilan de l'euro n'est pas très positif après 15 ans d'existence : en effet la croissance de la zone euro est la plus faible du monde et avec le passage à l'euro en 1999- 2001, les prix ont beaucoup augmenté en raison d'un faible contrôle des prix par la banque centrale européenne.
En ce qui concerne le projet européen, les citoyens européens ne se sentent pas tellement concernés par celui-ci au vu du taux d'abstention très élevé lors des élections européennes. Le projet européen vise à créer une fédération d'Etats européens en détruisant l'Etat nation. Or celui-ci s'est toujours montré efficace avec toutefois certaines dérives (nationalisme poussé, guerres mondiales), alors que l'on a du mal à imaginer une Union européenne rassemblant 28 peuples européens qui accepteraient de se soumettre à un pouvoir sans identité véritable siégeant à Bruxelles.
Si on prend en compte l'histoire, les Etats rassemblant plusieurs peuples n'ont jamais été des démocraties mais des Etats autoritaires qui devaient user de la contrainte pour maintenir des peuples différents sous la même autorité : ce fut le cas de l'empire romain, plus récemment de l'URSS ou de la Yougoslavie. Aujourd'hui dans le monde, les Etats véritablement démocratiques sont ceux qui rassemblent un seul peuple. Quant aux Etat autoritaires rassemblant plusieurs peuples, ils sont toujours plus ou moins autoritaires et quand ceux-ci veulent se démocratiser, cela finit par la dissolution de ces Etats fédéraux (URSS) ou même parfois dans le sang (Yougoslavie). Le caractère démocratique de l'UE est donc remis en cause, et les évolutions récentes semblent confirmer la thèse d'un recul de la démocratie européenne : ainsi avec la crise grecque, le pays est devenu une sorte de protectorat du FMI, de la BCE, et de l'UE qui ont accordé leur aide au pays à condition qu'il mette en place des politiques décidées par ces 3 institutions. De même, le non français, irlandais ou néerlandais au traité de Lisbonne en 2005 n'a pas été respecté par l'UE qui a quand même fait passer le traité par voie parlementaire en 2007.
C'est parce que certains pays européens n'acceptaient pas toutes ces dispositions qui conduisaient à une perte de leur souveraineté qu'une Europe à géométrie variable est née. Certains Etats ayant décidé d'entrer dans la zone euro, d'autres ayant refusés, de même que pour l'espace Schengen et pour plusieurs autres dispositions.

VI - Les disparités et les inégalités dans l'UE.

L'UE n'est pas un espace homogène. En effet, l'Europe du nord et occidentale concentre la majorité des richesses. L'IDH (Indice du Développement Humain) est aussi très élevé dans ces régions. A l'inverse, l'Europe du sud et l'Europe orientale est plus pauvre en raison de leur éloignement des révolutions industrielles mais aussi du communisme qui n'a pas permis de développer ces régions.
A l'intérieur même des pays, il existe de fortes disparités. Ainsi en Allemagne, les landers de l'ex- RDA sont beaucoup moins développés que ceux de la RFA de la guerre froide. Les régions européennes où se situent la capitale sont souvent les plus riches et cette richesse tranche fréquemment avec la pauvreté dont souffre les autres régions.
La région européenne la plus riche est celle de l'axe rhénan et ses environs comprenant la Belgique, le sud de l'Angleterre, le Luxembourg, l'Italie du Nord, le nord et l'est de la France, les pays Bas, et les régions ouest de l'Allemagne en passant par la Suisse. Cette région comprend plusieurs villes mondiales comme Paris ou Londres.
Les territoires en marge de l'UE bénéficient de subventions de la part de celle-ci. Ces aides sont destinées à réduire les inégalités entre ces régions européennes afin de créer une convergence économique. On remarque aussi un objectif de développement durable. Cette politique est appelée « politique de cohésion ». Avec les élargissements successifs de l'UE, le budget alloué à cette politique a été renforcé. Le FEDER (Fond Européen de Développement Régional) attribue ces aides. L'efficacité de ces aides n'est pas tout le temps au rendez-vous et on constate la persistance d'inégalités dans les pays les plus aidés comme l'Irlande ou l'Espagne.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

110889sofia
5 5 0
20/20

Génial je le cherchais depuis longtemps. Merci beaucoup.

par - le 22/10/2014

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?