La Mondialisation en Fonctionnement

La Mondialisation en Fonctionnement

La mondialisation est un long processus historique, il résulte de changements géopolitiques et de modes de comportements des sociétés. Certains analystes pensent que la mondialisation est un phénomène ancien, les échanges économiques sont perceptibles dès la renaissance à l'image du voyage de Marco Polo. Ces thèses sont réfutées par d'autres, la majorité des échanges se faisaient par des régions voisines. Les échanges dans le monde ont connu un changement radical après la fin de la seconde guerre mondiale et se sont intensifiés ces trente dernières années. Ils sont multiséculaires et touchent tous l'espace mondiale. Nous verrons donc le fonctionnement de cette mondialisation autour d'un triptyque : où, qui, comment.

La Mondialisation en Fonctionnement

Quiz de Histoire Géo :

Que veut dire ZEE ?

  • A.Zone Extrême Ecologique
  • B.Zone Economique Exclusive
  • C.Zone Economique Elargie
  • D.Zone Ecologique d'Exclusivité
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire Géo

Le contenu du document

 

I. Un monde polarisé.

1. L'échelle mondiale

La mondialisation se traduit par un clivage Nord-Sud. Les pays développés sont situés dans l'hémisphère nord. La triade correspond au pôle dynamique de l'économie. Le Japon, l'Europe occidentale, l'Amérique du Nord représentent les deux tiers du PIB mondial.
Ils sont de plus en plus concurrencés par les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) et les Nouveaux Pays Industrialisés. Ils restent tout de même en périphérie de la mondialisation. Les pays émergents sont devenus la manufacture du Monde.
Les pays pétroliers arrivent aussi sur la scène internationale à cause de la raréfaction des produits fossiles.
La majorité des États restent à la marge de ce processus et ont donc peu d'impact dans les échanges économiques et leurs matières premières sont exploitées par les leaders de la triade.

 

2. L'échelle continentale

La création des associations économiques montre donc la nouvelle interdépendance des territoires. Elle montre que l'ensemble des territoires du monde sont assimilés à ces évolutions.
Il existe plusieurs associations : l'union européenne, l'ASEAN, le mercosur, l'ALENA. La majorité des échanges s'effectue dans ces espaces.
Il y a des projets plus récents qui ont vu le jour, comme en 2007 avec l'union pour le méditerranée qui laissent entrevoir des nouvelles formes de partenariat entre les pays européens et ceux du Maghreb.

 

3. L'échelle régionale.

La mondialisation est un processus ancien qui a commencé avec les révolutions industrielles. Les foyers industriels sont les mégalopoles de la triade, les plus anciennes sont la mégalopole européenne, américaine (manufacturing belt), japonaise (sous l'ère meiji).
On voit aussi l'apparition de nouvelles régions motrices comme aux États-Unis (au Texas-Floride et la Californie). Dans ces espaces, les industries se sont tournées ver les produits de haute qualité et de nouvelle technologies. Elles regroupent les technopoles.
Les archipels métropolitains mondiaux sont les centres de commandement de la mondialisation. Les grandes bourses mondiales sont hébergées dans ces grandes agglomérations. Elles abritent aussi le siège social des grandes firmes transnationales dans le central business district (quartier d'affaires)

 

II. Les acteurs de la mondialisation

1. Les acteurs publics.

Le rôle des États semble s'amenuiser avec le temps. Pourtant, il reste néanmoins un acteur prépondérant dans la mondialisation. Il encadre le processus de mondialisation par des lois protégeant les salariés, des politiques d'aménagements pour encourager les productions et les emplois ou encore des plans de subvention au secteur en crise.
La corruption des dirigeants africains aggrave les déficits abyssaux de leurs états et de la situation sociale de leurs concitoyens. Ce qui tend à démontrer le rôle des États.

 

2. Les acteurs privés.

Les Firmes transnationales (FTN) sont les acteurs incontournables de la mondialisation, elles produisent les 2/3 des produits commercialisés et elles sont à l'origine de la plupart des IDE (investissement direct étranger).
La baisse des taxes douanières lors des accords du GATT (1947) a été profitable à ces grands groupes mondiaux pour diffuser leurs produits. Autre élément qui a permis leur développement, l'organisation scientifique du travail. Au début du XXème siècle, l'organisation du travail est remodelée par trois concepts : le taylorisme et le Fordisme, le toyotisme, ils permettent de rationaliser la production et d'augmenter la productivité des salariés.
Aujourd'hui, la division du travail international est responsable des délocalisations. Les sociétés installent leurs unités de productions (les filiales) dans les pays du tiers monde pour avoir une main d'œuvre moins chères et des avantages fiscaux. Les sociétés mères demeurent dans leurs pays d'origines pour commander, concevoir ou pour le marketing car elles ont besoin d'employés qualifiés.
Ces sociétés sont basées dans les quartiers d'affaires de la triade. La part du marché mondial des 6 plus grands groupes représentent 25%.

 

3. Les institutions internationales, arbitre de la mondialisation.

Le rôle des organisations est de plus en plus important au point de se substituer à celui des États nations. La crainte que suscitent les agences de notations au gouvernement des pays est un des marqueurs de cette tendance.
Les états ont néanmoins opté pour une gouvernance mondiale avec le transfert des pouvoirs à des grandes institutions comme le G20. Le rôle multiséculaire de l'ONU dans les résolutions des conflits accroît cette tendance.
Les organisations internationales sont les arbitres dans la concurrence et sont le garant du libre échange. Les trois principales sont le Fonds Monétaires internationales (FMI), l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC ou GATT), la banque mondiale.
Chacun à un rôle bien déterminé.
- FMI : assure la stabilité financière des États.
- OMC : veille à garantir le libre échange.
Banque mondiale : permet aux États d'emprunter à des taux d'intérêt non-inflationniste.
On voit aussi le pullulement d'organisations non gouvernementales dans le monde pour combattre les effets néfastes de la mondialisation.

 

III. La révolution des transports

1. Le transport maritime

Les océans et les mers sont devenus des routes commerciales. La majorité des marchandises transitent par voie maritime. Ce phénomène est du à la conteneurisation des marchandises c'est à dire à l'utilisation des géants des mers pour transporter des conteneurs.
Les produits arrivent en pièces détachées et sont assemblées sur place ce qui optimise au maximum les coûts de transport.
Au XX siècles, différents canaux sont construits, les deux principaux sont le canal de Suez et le canal de Panama. Ils permettent le passage de l'océan atlantique à l'océan pacifique pour le premier et de la mer Méditerranée à L'océan indien pour le second. Ils favorisent les échanges entre les continents.
Les détroits sont devenus des carrefours routiers pour les navires de commerce. On peut citer le détroit de Malacca et le détroit du Bosphore, environ 50 000 cargos par an empruntent ces passages.


Les infrastructures portuaires se sont industrialisées comme le montrent les images impressionnantes du port de Singapour ou de Rotterdam. Ces places sont des plaques tournantes de l'économie mondiale.
L'ensemble des pays développés possède des façades maritimes qui regroupent ces sites industrialo-portuaires. La Nothern Range pour l'Europe occidentale, La façade Nord-Est américaine et la façade de l'Asie du Sud-Est sont les grandes ouvertures du monde.
Ces Hub sont desservis par des nombreux axes de communication. Il existe en effet des axes fluviales, routiers, ferroviaire qui relient les lieux de production aux ports.
L'ensemble des territoires dynamiques de la mondialisation et les places boursières sont connectés par ses réseaux de transport en « toile d'araignée ». La Nothern Range par exemple est incorporée à la mégalopole européenne et en contact direct avec Paris et Francfort.

 

2. La mobilité de la population mondiale.

Dans le même concept, les grands hubs aériens se sont développés et ont augmenté de façon drastique le nombre de voyageurs.
Ils se situent dans les grandes villes mondiales et les axes de communication permettent un accès facile. La concurrence exacerbée a démocratisé ce moyen de transport notamment par l'apparition des compagnies low cost et a favorisé le tourisme mondial.
Encore une fois, on peut remarquer que les places fortes et les régions motrices de la mondialisation disposent d'un aéroport mondial. En effet, les déplacements professionnels des cadres des grandes sociétés est une des conséquences directes de la mondialisation. L'aéroport d'Atlanta où se trouve le siège social de coca-cola (marque emblématique) est le plus fréquenté au monde.

 

La fracture nord-sud est la cause des migrations mondiales. Les pays de la triade ont des indices de développement humain très supérieur au pays émergents et surtout au pays les moins avancés.
Les migrants quittent alors les pays pauvres en direction des pays riches pour améliorer leurs conditions de vie.
Pour l'Afrique, la destination est l'Europe, pour l'Asie, la destination est l'Europe et l'Australie (fort contingent en provenance de la Chine), pour l'Amérique latine, l'eldorado sont les États Unis.
Beaucoup de migrants clandestins prennent tous les risques pour traverser les frontières ou les mers.
De nombreux états renforcent les surveillances aux frontières.
Il existe aussi des formes de migration légales et qui sont encouragées par les pays développés et des grandes sociétés. C'est le « BRAIN DRAIN » : Les talents sont débauchés de leurs pays d'origines.
Ce facteur est l'une des conséquences directes de cette concurrence acharnée dans l''économie mondiale.
Il y a aussi des migrations internes, c'est l'exode rurale, les campagnes se vident au profit des grandes villes et des littoraux. Les ruraux viennent chercher du travail dans les espaces les plus dynamiques.
Ce phénomène touche particulièrement la Chine dont les territoires intérieurs se désertifient.

 

3. La fracture numérique.

Le déséquilibre entre les pays intégrés à la mondialisation et les pays à la marge de celle-ci est encore plus marqué par la fracture numérique. Les membres de la triade effectuent 95% des échanges d'information.
Les télécommunications se sont développées à partir des années 80 avec l'apparition d'internet, la téléphonie. Cette révolution numérique est l'instrument indispensable pour effectuer les transactions de la finance mondiale. Elle permet aussi la délocalisation des productions et de commander à distance ces sites.
Ces avancées technologiques sont aussi une source d'emploi dont des pays comme l'Inde, le Pakistan, la Chine et la Corée du sud ont été bénéficiaires.
L'ensemble des leaders des opérateurs le sont pour des raisons de monopole dans leurs économies domestiques. Les dix premiers sont des ressortissants des pays de la triade ou des NPI.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?