Gérer les espaces terrestres : Les mondes arctiques, une nouvelle frontière sur la planète - Histoire Géographie - Seconde

Gérer les espaces terrestres : Les mondes arctiques, une nouvelle frontière sur la planète - Histoire Géographie - Seconde

digiSchool propose une fiche de révision de Seconde du chapitre "Les mondes arctiques, une "nouvelle frontière" sur la planète", sur le thème "Gérer les espaces terrestres".

Ce cours vous rappelle les notions à connaitre, et traite d'une étude de cas sur le Nunavut. Puis il évoquera ce monde arctique comme nouvel espace en voie d'intégration mais qui suscite des tensions entre les états.

Téléchargez gratuitement ce document d'Histoire Géographie de Seconde.

Gérer les espaces terrestres : Les mondes arctiques, une nouvelle frontière sur la planète - Histoire Géographie - Seconde

Le contenu du document

 

PROBLEMATIQUE : Comment les hommes tentent-ils d’intégrer l’Arctique au reste du monde, tout en prenant en compte tous les enjeux de ce territoire, économique, géopolitique et environnemental ? 

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR

- Notions et vocabulaire : 

Acculturation : perte de la culture d’un peuple humain par l’adoption d’habitudes de vie provenant d’une autre culture. 

Contrainte : difficulté rencontré par la population pour occuper le territoire et le mettre en valeur. Il peut s’agir d’une contrainte naturelle (climat ou relief), une contrainte géographique (l’éloignement) ou une contrainte socio-économique (dépendance).

Intégration : processus par lequel une population au départ isolée se retrouve attachée à un autre ensemble géographique.

Réchauffement climatique : hausse des températures de l’atmosphère.

ZEE : Zone économique exclusive, partageant les mers qui bordent les Etats. Elle s’étend jusqu’à 200 miles marins des côtes. Elle permet à l’Etat souverain d’être le seul à exploiter les ressources du sol et du sous-sol, mais la navigation internationale reste ouverte à tous. 

 

ETUDE DE CAS : LE NUNAVUT

LES INUITS AU NUNAVUT 

Le Nunavut est un territoire fédéral situé au Nord-Est du Canada et est composé d’une grande partie de l’archipel arctique canadien. Il s’agit d’un espace de faible densité.

La région a été créée en 1999 en réponse aux revendications d’autonomie des Inuits, qui est un peuple autochtone majoritaire dans l’Arctique. Ils habitent principalement sur les littoraux de la Baie d’Hudson et de la Baie de Baffin, regroupés dans de petites communautés souvent éloignées les unes des autres. Les Inuits dépendent du gouvernement canadien, car ils ont peu de ressources financières : c’est en effet un espace pauvre. Leur capitale Iqaluit accueille 7000 habitants en 2011 : leurs conditions de vie sont difficiles, avec des températures allant de -27° à 8°. Elles s’améliorent cependant, grâce aux moyens modernes de communication (comme l’avion), qui permettent de réduire la distance espace-temps et l’isolement des communautés. Par ailleurs, leurs modes de vie se modernisent, avec l’accès à la télévision. 

 

ENJEUX, TENSIONS ET EFFETS DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Le Nunavut est un territoire canadien, dont la souveraineté a été renforcée. Ainsi, afin de contrôler l’espace nordique, le Canada a augmenté le nombre de bateaux de patrouilles de forces canadiennes.

Cependant, c’est aussi un lieu dans lequel les tensions entre Etats se cristallisent : 

- Des tensions se développent entre le Canada et le Danemark pour la souveraineté de l’île de Hans. La dispute avait débuté en 1973 : une frontière maritime a été tracée entre les deux pays ;

- Le Canada considère également le passage du nord-ouest de l’Arctique comme faisant partie de ses eaux intérieures : en effet, il veut réguler le trafic.  

Enfin, les effets du réchauffement climatique, bien que négatifs pour l’environnement, permettent une meilleure intégration des populations et du territoire. En effet, l’exploration des territoires est facilitée, les activités industrielles sont amplifiées, notamment celles en lien avec les ressources énergétiques, tandis que le nombre de poissons pêchés a augmenté. En effet, la pêche est l’activité essentielle de la région. Par ailleurs, le nombre de touristes a augmenté, et le trafic maritime a été intensifié. 

Cependant, le réchauffement planétaire peut aboutir à une augmentation de la pollution, notamment liée à la hausse du nombre de touristes et des transports maritimes et à une transformation du milieu aux conséquences durables, avec le développement d’infrastructures. 

 

UN MILIEU CONTRAIGNANT, UN NOUVEL ESPACE EN VOIE D’INTEGRATION

DE FORTES CONTRAINTES

L’Arctique est la zone polaire de l’hémisphère nord, un territoire à la fois continental et maritime, mesurant environ 27 millions de km². En effet, cet espace est océanique, avec l’Océan glacial arctique, mais également continental avec les territoires englacés. Peu peuplé, il accueille 4 millions de personnes : la moitié habite en Russie, 30% en Europe et 20% en Amérique et au Groenland. La majorité de la population est immigrée : en effet, les peuples autochtones sont peu nombreux (10%) et marqués par l’acculturation. 

Le territoire est marqué par de fortes contraintes : 

- Le froid : la température moyenne à la période la plus chaude est de 10°, tandis que les plus basses températures sont parfois inférieures à -50°. L’hiver dure entre 6 et 10 mois. 

- La nuit polaire : le jour ne se lève pas pendant des jours, et même 3 à 4 mois de l’année dans le Groenland.

- L’englacement : il s’agit d’un continent englacé, couvert par des banquises pendant une grande partie de l’année. La végétation ne pousse que très peu, si ce n’est la toundra ou le permafrost. Il s’agit donc d’une contrainte pour l’installation des populations. 

Les populations sont donc isolées et s’installent majoritairement sur les littoraux. Leurs seules activités sont la pêche, la chasse et l’élevage des rennes. 

 

UNE NOUVELLE FRONTIERE

L’Arctique s’ouvre aux autres continents : le dégel s’explique par le réchauffement climatique (diminution de la banquise d’été de plus de 50%, fonte de la glace continentale et du pergélisol) et l’amélioration des relations entre les pays, qui a fait reculer la militarisation de cet espace. Il est donc désenclavé. 

La fonte des glaces, qui pourraient avoir des conséquences positives pour l’homme et le commerce, a cependant des conséquences négatives sur l’environnement : le niveau de la mer s’élève, le réchauffement climatique est renforcé et les écosystèmes sont modifiés, mettant en péril certaines espaces animales, comme l’ours polaire. 

L’exploitation des ressources nécessite le développement de fronts pionniers. Son aménagement et sa mise en valeur permet d’exploiter de nouvelles ressources, de créer de nouvelles routes commerciales et de développer le tourisme. 

 

DES RESSOURCES CONVOITEES, DES TENSIONS ENTRE LES ETATS

DE NOMBREUSES RESSOURCES …

Le dégel de l’Arctique permet d’intégrer cet espace au reste du monde. En effet, il accueille de nombreuses ressources, que les hommes commencent à exploiter : 

- Halieutiques : les populations de l’Arctique développent une pêche industrielle, d’autant que de nouvelles zones de pêche sont accessibles avec la fonte des glaces ;

- Minérales et énergétiques : l’Arctique accueille environ 30% des réserves mondiales de gaz et 10% des réserves mondiales de pétrole. Ces réserves sont sur les terres mais également en offshore, c’est-à-dire en mer ;

- Commerciales : l’Arctique peut aussi permettre de rallier plus rapidement l’Europe, l’Asie et l’Amérique ;

- Touristiques : la région accueille de plus en plus de touristes. 

 

… CONVOITEES PAR DE MULTIPLES ACTEURS

Ses ressources sont convoitées par de multiples acteurs. D’une part, elles le sont par les 5 Etats arctiques : le Canada, la Russie, les Etats-Unis (avec l’Alaska), le Danemark (avec le Groenland) et la Norvège. Un partage de l’espace arctique est en cours : si le partage terrestre a été effectué, les pays ne se sont pas encore mis d’accord pour le partage maritime. Ils s’opposent pour exploiter les ressources, qu’ils s’agissent d’hydrocarbures ou d’une future route commerciale (d’où des difficultés pour délimiter la ZEE). Par ailleurs, l’ONU et les ONG convoitent également les ressources de l’Arctique, tout comme les peuples autochtones, qui ont obtenu pour certains une forme d’autonomie, comme les Inuits au Groenland et au Canada. 

 

L’ARCTIQUE, UN ENJEU POUR LES DESEQUILIBRES MONDIAUX ?

DIFFERENTS ENJEUX

 L’Arctique est un espace vulnérable aux multiples enjeux : 

- Un enjeu climatique, du fait du réchauffement climatique. En effet, la fonte des glaces aboutirait à la hausse du niveau des mers d’environ 7 mètres environ et à la disparition de la banquise. La pollution est renforcée, notamment du fait du développement de décharges d’ordures. Des espèces animales sont menacées : pour les protéger, environ 400 espaces protégés sont créés, occupant ¼ de l’Arctique. 

- Des enjeux géostratégiques et géopolitiques : alors que l’Antarctique est une région démilitarisée, l’Arctique accueille des bases aériennes héritées de la guerre froide et des flottes sous-marines. De nouvelles perspectives naissent du fait de l’ouverture de la route maritime du Nord. 

 

LE DEVELOPPEMENT D’UNE COOPERATION REGIONALE

  Les pays de l’Arctique se sont réunis dans le Conseil de l’Arctique depuis 1996. A ces 5 Etats s’ajoutent également l’Islande, la Suède et la Finlande, afin de mettre en place un programme de protection de l’environnement. Ces pays ont signé, dans le cadre du Conseil de l’Arctique, une stratégie de protection de l’environnement arctique, afin de mettre en œuvre les principes du développement durable dans cet espace. 

Par ailleurs, l’Union Européenne a aussi mis en place un programme renforçant la coopération entre l’organisation communautaire, l’Islande, la Norvège et la Russie. Celui-ci a pour but la protection de l’environnement et des populations. 

Cependant, il existe un paradoxe entre la logique d’exploitation des ressources énergétiques et minérales et la logique de protection des espaces.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?