Fiche personnage : David Ben Gourion - Histoire Géographie - Terminale S

Fiche personnage : David Ben Gourion - Histoire Géographie - Terminale S

digiSchool vous propose une fiche personnage d'Histoire Géographie de Terminale S à propos de David Ben Gourion (1886-1973). Il est présent dans le chapitre : Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1918.

Vous retrouverez dans ce document la biographie complète de David Ben Gourion, ainsi que des types de sujets où vous pourrez le citer.

Téléchargez gratuitement ce document d'Histoire Géo pour le Bac S.

Fiche personnage : David Ben Gourion - Histoire Géographie - Terminale S

Le contenu du document

 

 

david-ben-gourion-histoire

EN UNE PHRASE

Ben Gourion est un homme politique sioniste et emblématique qui est le principal fondateur de l'État d'Israël (1948), et dont il devient le premier Premier ministre.

 

PLACE DE LA PERSONNALITE DANS LE PROGRAMME DE TERMINALE

David Ben Gourion, ancien premier ministre d’Israël, intervient dans le chapitre Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1918.

 

BIOGRAPHIE

David Ben Gourion, est  né le 16 octobre 1886 à PÅ‚oÅ„sk (actuelle Pologne, mais à l'époque dans l’Empire russe). Il est issu d'une famille juive sioniste. Son père, professeur d'hébreu, est membre de l'organisation les Amants de Sion. À 17 ans, durant ses années à l'université de Varsovie, il rejoint l'association Poale sion, qui par la suite devient un parti sioniste d'orientation marxiste.

Ardent sioniste, David Ben Gourion émigre en Palestine en 1906, alors que la région est une province de l'Empire ottoman

Il travaille d'abord dans les orangeraies et les vignobles des exploitations agricoles juives. Il est aussi garde en Galilée (avec la première milice juive). Il vit pauvrement, parfois en proie à la malaria. Comme il l'indiquera par la suite, son travail modeste et surtout le chômage fréquent, lui font connaître la faim.

 

En 1915, la guerre étant déclarée entre la Russie, dont Ben Gourion est toujours officiellement ressortissant, et l'Empire ottoman, David Ben Gourion, comme près de 30 000 autres juifs de Palestine est obligé de partir : il se réfugie aux États-Unis.

 

Dans un premier temps, il continue de soutenir l'Empire ottoman contre les alliés occidentaux. Mais l'évolution de la guerre, l'entrée en guerre des États-Unis et la prise de position du Royaume-Uni en faveur du sionisme (la déclaration Balfour), le font évoluer. En 1917, il épouse Paula, puis s'engage dans les unités juives que l'armée britannique constitue pour la guerre en Palestine. Il est de retour en Palestine en 1918, dans les rangs de l'armée britannique, au sein du 39e bataillon des fusiliers royaux, régiment parfois appelé « Légion juive ».

De la fin 1935 à 1939, les arabes se révoltent contre le mandat britannique. Cette révolte s'explique par le refus catégorique de voir un « foyer national juif » s'installer en « terre musulmane », un des objectifs du mandat. Du refus du nationalisme juif naît ainsi un nationalisme arabe, dont est issu le nationalisme palestinien actuel.

Conséquence de cette révolte, la Haganah se développe fortement. Groupe armé de défense des Juifs de Palestine, officiellement interdite par le mandat britannique, elle était dans les années 1920 sous l'autorité de la Histadrout. Elle passe en 1931 sous la direction de l'agence juive, ce qui signifie que son responsable politique suprême était Ben Gourion jusqu'en 1931, et qu'il le redevient en 1935.

 

En 1937, les Britanniques (le plan Peel) envisagent de diviser la Palestine mandataire, et de créer un petit État juif sur une petite partie (15 %) de celle-ci : le nord de la Palestine mandataire et une partie de la bande côtière. Malgré la taille modeste de l'État proposé, Ben Gourion s'engage en faveur du plan de partage.

 

Mais il ne parvient que partiellement à surmonter les fortes réticences de l'OSM. Celle-ci accepte l'idée d'un partage, mais refuse les frontières trop étroites proposées. Devant le manque d'enthousiasme des sionistes (et devant l'hostilité des nationalistes arabes), les Britanniques abandonnent le plan Peel. Mais la réaction de Ben Gourion est révélatrice de son pragmatisme.

 

La Grande Révolte arabe de 1936-1939 en Palestine mandataire amène les britanniques à restreindre l'immigration juive en publiant leur troisième « Livre blanc » de 1939 la limitant à 75 000 Juifs. Ben Gourion va organiser l'opposition résolue du Yichouv à cette politique. Une immigration illégale est mise en place autour du Mossad l'Aliyah Beth. Elle vise à amener des Juifs en Palestine mandataire. La rupture entre les Britanniques et le projet sioniste étant maintenant consommée, Ben Gourion et l'Organisation sioniste mondiale décident au congrès sioniste de Baltimore (à New York, aux États-Unis) de 1942 de revendiquer un État juif sur toute la Palestine, impliquant le départ des Britanniques.

 

Si la lutte contre le nazisme est une priorité, la sécurisation du projet sioniste passe avant tout. L'historien Tom Segev a montré que le sentiment d'impuissance et l'ordre des priorités avaient fortement limité les tentatives d'assistance aux Juifs d'Europe. Suite à la Shoah, la crise des réfugiés met fin à cette attitude de l'exécutif sioniste et de Ben Gourion. Des centaines de milliers de rescapés de la Shoah veulent aller en Palestine, mais les Britanniques s'y opposent. Cette politique, perçue comme inhumaine, provoque la colère du peuple juif.

   Parallèlement, Ben Gourion et la Haganah développent massivement l'immigration clandestine. Des dizaines de milliers de réfugiés parviennent à pénétrer dans le pays, mais des dizaines de milliers d'autres sont arrêtés par les Britanniques et enfermés dans des camps à Chypre ou en Allemagne, provoquant une forte sympathie internationale. Le sommet de cette crise des réfugiés sera atteint avec l'odyssée du cargo Exodus.

 

En 1947, les Britanniques, qui ne maîtrisent plus vraiment la situation, décident de rendre leur mandat sur la Palestine à l'ONU. Le 14 mai 1948, David Ben Gourion lit au nom du gouvernement provisoire la Déclaration d'indépendance de l’État d'Israël. Il devient Premier ministre de l’État d'Israël de 1948 à 1953, puis de 1955 à 1963.

En 1963, il démissionne suite à un scandale politique (l'affaire Lavon). Ben Gourion reste membre de la Knesset (le parlement israélien) jusqu'en 1970 et prend sa retraite à 84 ans. Il  meurt en 1973 à Sde Boker (Israël).

 

FONCTIONS OFFICIELLES DE LA PERSONNALITE

1er et 3e Premier ministre d'Israël (1948-1953 puis 1955-1963)

 

TYPES DE PROBLEMATIQUES/SUJETS OU CE PERSONNAGE PEUT ETRE MOBILISE :

- Quelles conditions amènent à la proclamation de l’État d'Israël ?

- La création de l’État d'Israël en 1948 et ses conséquences.

- Israël et Palestiniens depuis 1947.

- Proche et Moyen-Orient entre 1945 et 1991.

- Comment écrire l'histoire d'un espace de conflits ?

- Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis 1918.

 

LE SAIS-TU ?

Les mots hébreux Ben Gourion signifient « Fils du Lion ».

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?