Correction Histoire Géographie - Bac S 2017

Correction Histoire Géographie - Bac S 2017

Voici le corrigé d'Histoire Géo du Bac S 2017.
➜ Voir le sujet d'Histoire Géographie

Notre professeur vous propose un corrigé détaillé qui vous permettra de bien comprendre ce qui était attendu de vous lors de cette épreuve. Pour rappel, la première partie de l'épreuve portait sur l'Histoire, et vous aviez le choix entre "La Chine et le Monde depuis 1949" ou "Gouverner la France depuis 1946 : Etats, Gouvernement, Administration, Opinion Publique". La seconde partie de l'épreuve était une analyse de deux documents de Géographie sur le continent africain face à la mondialisation.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé d'Histoire Géographie du Bac S 2017 !

Correction Histoire Géographie - Bac S 2017

Le contenu du document

 

PREMIERE PARTIE : COMPOSITION

Le candidat traite l’un des deux sujets proposés

 

SUJET 1 : LA CHINE ET LE MONDE DEPUIS 1949

Ce sujet demande au candidat de solliciter ses connaissances en lien avec le deuxième chapitre du troisième thème d’histoire qui porte sur les puissances dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours.

Le programme invitait à réfléchir sur la notion de puissance. 

 

DEMARCHE

Une composition suppose tout d’abord d’avoir bien défini les termes du sujet

⇒ Chine : pays communiste qui a tenté de développer sa puissance depuis 1949

⇒ 1949 : naissance de la République Populaire de Chine. Celle-ci est affaiblie par une guerre civile, une économie peu productive, peu reconnue internationalement et peu de relations diplomatiques avec les autres pays, si ce n’est l’URSS. 

⇒ De nos jours : La Chine s’est ouverte au monde, et notamment aux délocalisations des lieux de production des pays occidentaux, et cherche à avoir une place sur la scène internationale. Nombreuses relations avec les pays du monde entier, du fait de leur puissance économique et financière notamment. 

 

Il ne faut pas oublier de faire une problématique : une problématique n’est pas une simple répétition des termes du sujet sous forme de question : Comment la Chine est-elle devenue une puissance mondiale avec un rôle international de plus en plus majeur ?

Cette composition devait être traitée avec un plan chronologique, pour montrer une évolution du concept de puissance et du rôle de la Chine dans les relations internationales : 

⇒ La Chine, peu présente sur la scène internationale de 1949 à 1976

⇒ La Chine s’ouvre de plus en plus aux pays du monde à partir de 1976.

 

I. La Chine est un Etat peu présent sur la scène internationale de 1949 à 1976

A. La Chine maoïste possède peu d’alliés au début de son existence

⇒ Argument : Refus des puissances occidentales de reconnaître l’URSS sauf le Royaume-Uni. Relations diplomatiques dès 1950 avec l’URSS. Ces relations diplomatiques permettent l’établissement d’un lien économique entre les deux pays

⇒ Exemple : des scientifiques soviétiques viennent en Chine afin d’aider le développement technologique du pays ; la Chine envoie des soldats lors de la guerre de Corée (1950-1953).

 

B. La Chine se présente, après la rupture avec l’URSS, comme le modèle du communisme mondial 

⇒ Argument : La Chine est un pays pauvre : elle cherche donc à établir une influence sur d’autres pays pauvres, issus de la décolonisation. Présence de la Chine à la conférence de Bandung. Mais cette politique a peu d’effets

⇒ Exemple : la seule véritable influence : les Khmers rouges au Cambodge

 

C. Elle est progressivement reconnue par les Etats occidentaux, devenant progressivement une puissance politique internationale

⇒ Argument : Au début : seul le Royaume-Uni la reconnaît. Néanmoins, à partir des années 1960, les puissances occidentales, se rendant compte du potentiel de la Chine commencent à la reconnaître

⇒ Exemple : La France de De Gaulle

⇒ Conséquence : l’entrée de la Chine à l’ONU : elle remplace Taïwan, qui avait occupé le siège de la Chine jusque-là. 

 

II. La Chine obtient progressivement un rôle majeur dans les relations internationales à partir de 1976

A. Un partenaire économique fondamental

⇒ Argument : Ouverture du pays aux échanges passe par la création de ZES, l’ouverture du pays aux investissements, et l’entrée de la Chine aux organisations mondiales, comme l’OMC, le FMI, …

⇒ Exemple : de nos jours, grande importance des échanges avec le reste du monde : importations chinoises de 1400 milliards de dollars, pour 1 500 milliards de dollars d’exportation. 

 

B. La coopération du pays avec le reste du monde

⇒ Argument : Alliances avec certains pays du monde, comme la Russie, l’Ouzbékistan, mais aussi les pays de l’ASEAN. Multiplication des échanges diplomatiques mais des difficultés avec certains pays

⇒ Exemple: Japon

 

C. Le développement du soft power

⇒ Argument : En lien avec la diaspora chinoise et le nombre de chinois qui viennent étudier à l’étranger. Développement des instituts Confucius

⇒ Exemple: JO de Pékin

 

Chaque sous partie nécessite un argument bien développé et un exemple précis. 

La conclusion doit répondre à la problématique : la Chine communiste a vu ses relations diplomatiques et sa puissance se développer depuis 1949. 

 

SUJET 2 : GOUVERNER LA FRANCE DEPUIS 1946 : ETAT, GOUVERNEMENT, ADMINISTRATION, OPINION PUBLIQUE

Ce sujet demande au candidat de solliciter ses connaissances en lien avec le premier chapitre du quatrième thème d’histoire qui porte sur les échelles de gouvernement dans le monde.

Le programme invitait à réfléchir sur les évolutions du pouvoir politique en France. 

 

DEMARCHE

Une composition suppose tout d’abord d’avoir bien défini les termes du sujet

⇒ Gouverner : exercer un pouvoir politique dans un pays

⇒ 1946 : naissance de la IVe République, dont la Constitution a été adoptée par référendum mais inaugurant un régime politique instable. 

⇒ De nos jours : difficultés économiques fragilisent la Ve République. Défiance de l’opinion publique envers ceux qui les gouvernent. 

 

Il ne faut pas oublier de faire une problématique : une problématique n’est pas une simple répétition des termes du sujet sous forme de question : En quoi la gouvernance de la République subit-elle des crises depuis 1946 ?

Cette composition devait être traitée avec un plan chronologique, pour montrer une évolution du pouvoir politique en France depuis 1946 : 

⇒ La France sous la IVe République.

⇒ La France sous l’influence de De Gaulle et du gaullisme (jusqu’en 1981)

⇒ La France marquée par les alternances et les cohabitations

 

I. La France sous la IVe République (1946-1958)

A. Le difficile retour à la paix

⇒ Argument : Nécessité de revenir à un régime démocratique après le Régime de Vichy

⇒ Exemple : Constitution rejetée une première fois par référendum par la population. Finalement acceptée.  

 

B. Un régime instable et critiqué

⇒ Argument : Pouvoirs du président de la république limités, régime parlementaire, prééminence de l’Assemblée nationale. Mais = opposition de plusieurs partis, comme le poujadisme. Difficultés à faire face à la décolonisation. 

⇒ Exemple : 23 gouvernements dirigent le pays entre 1946 et 1958

 

C. L’Etat providence permet toutefois une croissance du pays

⇒ Argument : Période après la 2GM = reconstruction. Amélioration des conditions de vie de la population

⇒ Exemple : Fin du rationnement en 1949.

 

II. La France sous l’influence de De Gaulle et du gaullisme (1958 - 1981)

A. La nouvelle Constitution inaugure un pouvoir exécutif fort

⇒ Argument : Rôle majeur du président de la république dans la Ve République. Importance du lien avec la population française. 

⇒ Exemple : Utilisation des médias, des bains de foule. 1962 : élection au suffrage universel direct. 

 

B. L’indépendance française face aux autres puissances

⇒ Argument : Fin de la décolonisation -> faiblesse du pays par rapport aux deux superpuissances. Volonté de moderniser le pays et de lui faire retrouver son indépendance

⇒ Exemple : Obtention de la bombe nucléaire en 1960, retrait du commandement intégré de l’OTAN en 1966.

 

C. Un pouvoir contesté

⇒ Argument : développement de contestations sous la présidence de De Gaulle et suite aux chocs pétroliers (développement de la crise économique)

⇒ Exemple : Mai 1968 et développement des manifestations des étudiants et ouvriers français. 

 

III. La France marquée par les alternances et les cohabitations (depuis 1981)

A. Les effets de l’alternance sur le pouvoir politique

⇒ Argument : Nombreuses alternances depuis 1981, associées aux cohabitations qui résultent de résultats aux élections législatives qui remettent en cause la politique du président.

⇒ Exemple : 1986 première cohabitation entre Mitterrand et Chirac

 

B. Le développement des mouvements contestataires contre le pouvoir

⇒ Argument : La politique des présidents français est critiquée par les français : utilisation du vote sanction

⇒ Exemple : 2002 passage au 2nd tout du FN aux élections présidentielles

 

C. L’Opinion publique et les crises

⇒ Argument : Perte de confiance de l’opinion publique en les syndicats et les partis politiques. 

⇒ Exemple : Développement de l’abstention, construction européenne mise à mal, notamment du fait de la crise financière et du « non » au référendum de 2005.  

 

Chaque sous partie nécessite un argument bien développé et un exemple précis. 

La conclusion doit répondre à la problématique. 

 

DEUXIEME PARTIE

ANALYSE DE DEUX DOCUMENTS EN GEOGRAPHIE

SUJET : LE CONTINENT AFRICAIN FACE A LA MONDIALISATION : LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS.

Attention à la méthode de cet exercice : il s’agit d’une étude critique de document, pas d’une dissertation. Il faut absolument s’appuyer sur le document, en le citant au préalable et en l’expliquant ensuite. Tout élément du texte doit être cité à l’aide de guillemets et il est préférable d’indiquer les numéros de lignes pour que le correcteur puisse se repérer.

Il faut également que le travail soit rigoureux (introduction – développement – conclusion) et que le développement soit construit (plusieurs paragraphes). L’introduction doit commencer par la contextualisation, doit également comporter une présentation détaillée des documents (nature, date, auteur, idée, destinataire, sujet). Il faut aussi reprendre la consigne énoncée au début du sujet avant d’énoncer une problématique reprenant les éléments de la consigne. Il faut terminer par une annonce de plan, en évitant d’utiliser les termes « dans un premier temps » « dans un second temps », etc. Le plan doit reprendre quelques thèmes et non pas suivre une explication linéaire. La conclusion doit bien montrer l’évolution des idées en fonction du contexte historique.

 

Contexte : intégration progressive de l’Afrique dans les échanges mondiaux

 

Doc 1 : extrait d’une tribune publiée dans le China Daily, quotidien chinois écrit en anglais, contrôlé par l’Etat. Elle a été publiée le 30 juin 2015 et reprise le même jour sur le site de la Banque mondiale. Les signataires du texte font partie des grandes organisations mondiales ou font partie de gouvernements africains. Il montre l’intégration de l’Afrique dans les échanges, en évoquant les investissements étrangers. 

 

Doc 2 : Carte du monde présentant les investissements directs à l’étranger en 2013. Les informations proviennent du Cnuced, base de données statistiques en ligne. La carte a été élaborée par la FNSP (Fondation nationale des Sciences politiques) et Sciences po en 2015. Elle montre les investissements directs à l’étranger, révélant que si l’Afrique connaît une hausse des investissements, ceux-ci restent tout de même faibles par rapport aux autres pays du monde, et particulièrement les pays riches (Etats-Unis, pays d’Europe, …)

Sujet : ces deux documents montrent donc une intégration relative de l’Afrique dans le processus de mondialisation

 

I. L’intégration de l’Afrique dans la mondialisation

1. De nombreux investissements en Afrique qui permet un décollage économique

Reference au document: 

⇒ Doc 1 : « l’Afrique peut se targuer d’avoir attiré un montant record d’investissements directs étrangers »

⇒ Doc 2 : principalement Afrique du Sud, Nigeria, Maghreb

Explication : Ressources convoitées par des grandes puissances et des puissances émergentes. La Chine est ainsi le premier investisseur de l’Afrique. Les investissements internationaux ont doublé et progressent de 30% par an. Ces investissements permettent une croissance économique : 5,5% en moyenne depuis 2000. Permet l’émergence de pays : l’Afrique du Sud est ainsi invitee à devenir membre des BRIC en 2010.  

 

2. Une intégration économique et financière

Reference aux documents: 

⇒ Doc 1 : « potentiel de devenir l’usine du monde » « les matières premières, les services financiers, la construction et l’industrie manufacturière »

Explication : échanges concernent majoritairement les produits primaires non transformés (ressources naturelles) = 81%. Produits manufacturés = 19%. Position stratégique dans le domaine des matières premières. 

 

3. Une attractivité qui s’explique notamment par sa population

Référence au document: 

⇒ Doc 1 : « son milliard d’habitants et sa classe moyenne émergente ». 

Explication : 1,2 milliard d’habitants, jeunesse de la population (en 2025, 2/3 de la population aura moins de 25 ans) ce qui en fait un marché d’avenir. Marché potentiel de consommateurs sous équipés dont le pouvoir d’achat augmente. 

 

II. Mais l’intégration de l’Afrique subit tout de même des limites

1. Un problème social

Référence aux documents: 

⇒ Doc 1 : « il faudra pour cela investir davantage dans l’éducation » 

Explication : une trentaine des PMA du monde se trouvent en Afrique. L’IDH est assez faible, sauf au Maghreb ou en Afrique du Sud. La population est toujours touchée par la sous-alimentation et la malnutrition. Par ailleurs, l’accès à l’école n’est pas assuré pour tous : le taux de scolarité est de 74% en primaire et 36% dans le secondaire. Alphabétisation = 67%. Le taux de chômage est très élevé chez les jeunes diplômés (60% des chômeurs parmi les 15-24 ans). 

 

2. Des difficultés matérielles

Référence au document: 

⇒ Doc 1 « elle devra s’atteler à réduire son deficit en infrastructures »

Explication : L’Afrique possède de nombreuses façades maritimes mais elles ne sont pas toutes exploitées. Elle est en marge des grands réseaux de transports : ports dans des classements très marginaux (seuls 3 ports d’Afrique du Sud se classent dans les 100 premiers ports mondiaux). Manque d’infrastructures pour accueillir le trafic mondial.

 

3. Un continent malgré tout en marge des investissements

Référence au document: 

⇒ Doc 2 comparaison des stocks d’investissements : l’Afrique est le continent qui en possède le moins.

Explication : Faible part dans les échanges mondiaux (3% des échanges, 1% de la production mondiale). Pour 2/3 des pays africains, ¾ du PIB vient de l’exportation d’un ou deux produits (donc grande dépendance vis-à-vis de l’évolution des cours). Le document n’évoque pas non plus la dette qui représente près de 130 milliards de dollars à rembourser en 2009. 

 

En conclusion, bien rappeler que l’Afrique est un continent qui est de plus en plus intégré à la mondialisation, mais que celle-ci subit des limites. Ne pas hésiter à évoquer les limites.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?