Les souffrances du jeune Werther - Français - Première S

Les souffrances du jeune Werther - Français - Première S

Découvrez ce cours de français de première S consacré à l'oeuvre de Johan Wolfgang Von Goethe : Les Souffrances du jeune Werther. Cette fiche rédigée par notre professeur de français sera découpée en trois axes majeurs.

Après avoir introduit l'oeuvre, vous aborderez un résumé des Souffrances du jeune Werther. Vous étudierez ensuite les conditions de publication du roman à travers son inspiration, sa publication et son succès considéré comme historique. Vous découvrirez enfin toutes les thématiques qui y sont abordées, à savoir l'amour impossible, la nature, le passé ou encore la mort.

Télécharger gratuitement ce résumé des Souffrances du jeune Werther.

Les souffrances du jeune Werther - Français - Première S

Le contenu du document

 

INTRODUCTION

Les Souffrances du Jeune Werther, publié anonymement en 1774, est le premier roman d'un écrivain qui allait devenir l'un des plus grands représentants du romantisme allemand : Goethe. Ce court texte, épistolaire, évoque les souffrances amoureuses d'un jeune homme, dans une oeuvre largement inspirée par le mouvement romantique.

RESUME DES SOUFFRANCES DU JEUNE WERTHER

Les Souffrances du Jeune Werther est un roman épistolaire, composé essentiellement de lettres. Ces lettres sont rédigées par le personnage de Werther, avec pour destinataire son ami Wilhelm, dont aucune des réponses ne nous est montrée.

Werther est un jeune aristocrate, vivant au XVIIIème siècle, en Allemagne. La première lettre à Wilhelm nous apprend qu'il vient de quitter une jeune femme, suite à une situation amoureuse compliquée. Il s'éloigne alors d'elle, ainsi que de sa famille, et de son ami.

Dans le nouveau village où il est amené à vivre, il rencontre la jeune Charlotte, qu'on surnomme plus volontiers Lotte. Cette jeune femme, provenant d'un milieu social légèrement plus modeste, est la fille aînée d'un homme veuf. En tant que telle, elle joue le rôle de mère auprès de tous ses frères et soeurs, qu'elle appelle volontiers "mes enfants".

Werther a l'occasion d'aller danser avec Lotte, particulièrement belle dans une robe blanche ornée de noeuds roses. Lors de ce bal, un orage se déclenche, et Lotte a l'occasion de s'illustrer en surmontant sa propre peur pour tranquilliser toutes les dames de l'assistance, à qui elle propose un jeu. Werther commence à ressentir de l'amour pour la jeune fille, mais se rappelle de suite qu'elle est fiancée à Albert.

Lorsqu'il a l'occasion de rencontrer Albert, Werther a le désespoir de le trouver un homme agréable. Par ailleurs, il comprend, suite à un récit de Lotte, que c'est sa mère, en mourant, qui a encouragé ses fiançailles avec Albert : il doit donc renoncer à tout espoir de jamais se fiancer avec Lotte.

Raisonné par son ami Wilhelm, Werther, qui est au désespoir, se résout à s'éloigner de Lotte, et à demander un poste à l'ambassade. Cependant, cette expérience, bien qu'elle ait l'avantage de l'éloigner de la femme aimée, est une déception : confronté aux mondanités, Werther regrette le cadre romantique de la nature des environs de W. Il saisit ce sentiment comme prétexte pour retourner au village, même après qu'on lui ait annoncé le mariage de Charlotte et d'Albert.

Werther revient donc, et fréquente le couple marié ; il est très apprécié des "enfants" de Lotte. Convaincu que Charlotte aurait été plus heureuse si elle l'avait épousé plutôt qu'Albert, il s'arrange pour lui faire comprendre son sentiment, et obtient la conviction qu'il est réciproque. Avec Albert, il évoque le suicide.

Werther rencontre par hasard un homme ayant perdu l'esprit, qui s'avère être un ancien domestique de Charlotte qui était tombé amoureux d'elle et que la maison avait dû licencier. Cet homme tue, par vengeance, le nouveau domestique qui a été embauché après lui, et

Werther prend sa défense au tribunal – sans succès.

Werther perd peu à peu la raison. Ses lettres s'interrompent alors, et sont reprises par une narration à la troisième personne menée par un "éditeur", qui raconte les derniers jours de Werther. Peu avant Noël, il prend la décision de mettre fin à ses jours, en informe Charlotte à mi-mots, et demande à Albert de lui prêter ses pistolets, afin de pouvoir mener son projet à terme. Le couple est alors confronté à la mort de leur ami, avec le sentiment de l'avoir causée.

 

► Plus de cours de Première S : Retrouvez tous les cours de Français

 

CONDITIONS DE PUBLICATION

UNE INSPIRATION AUTOBIOGRAPHIQUE

Premier roman d'un écrivain de vingt-cinq ans, qui allait écrire sur les plus grands mythes (Faust), les Souffrances du jeune Werther est largement inspiré par la vie de Goethe.

En effet, alors qu'il n'était âgé que d'une vingtaine d'années et résidait en Alsace, Goethe avait entretenu une relation avec une certaine Frédérique Brion, avant de l'interrompre sans raison avouée : or, une relation avortée dans de mystérieuses conditions est justement évoquée par Werther dans l'une des premières lettres du recueil.

Après cela, Goethe rencontrera une Charlotte au village de Westlar : il n'est pas besoin de préciser que ce prénom sera repris pour l'héroïne du roman, tout comme sera repris le prénom du fiancé de cette jeune fille : Albert. Par ailleurs, dans le roman, Werther rencontre Charlotte dans le village de W.

L'écrivain en herbe connaîtra une relation similaire à celle vécue par Werther dans son roman : une forme de triangle amoureux qui restera platonique. Après avoir avoué son amour à Charlotte, et avoir beaucoup souffert de cette relation, il décide de partir.

Parti à Ems, il rencontre la fille d'une femme de lettres, Madame de Laroche, Maximilienne, avec qui il vivra une autre relation passionnée : Maximilienne a les yeux noirs, comme Lotte dans le roman, alors que la véritable Lotte avait les yeux bleus – ainsi, il est probable que le personnage de roman soit la synthèse entre les deux femmes aimées.

Ce n'est qu'après avoir vécu ces deux relations que Goethe commence la rédaction du roman qui le rendra célèbre.

UNE PUBLICATION ANONYME

Goethe, avocat diplômé, n'ose pas publier ce roman, précurseur d'un romantisme, d'un sentimentalisme qui n'était pas encore à la mode dans l'Europe de l'époque (malgré le succès de la Nouvelle Héloïse de Rousseau en France, en 1761) ; d'autant que les événements narrés dans ce roman avaient une forte portée autobiographique. C'est un de ses amis, écrivain également, qui l'empêche de relire le manuscrit et de le corriger, et l'envoie directement à une maison d'édition, en vue d'une publication anonyme.

Ce n'est que lorsque le roman connaîtra le succès que son lectorat connaîtra le nom de l'auteur : le jeune avocat originaire de Francfort, Goethe. Les Souffrances du jeune Werther auront donc permis à Goethe de connaître la renommée en tant qu'écrivain. Cependant, ce succès le suivra pendant si longtemps qu'il en viendra, plus tard, à regretter cet écrit de jeunesse.

UN SUCCES HISTORIQUE

Les Souffrances du jeune Werther connaît un succès historique, non seulement car il s'agit d'un succès démesuré, mais également car il révolutionne la littérature allemande.

Succès populaire

Le succès populaire du court roman épistolaire est pour le moins inattendu. Non seulement les exemplaires du roman se vendent comme des petits pains, mais c'est aussi le cas des produits dérivés ! Les hommes s'habillent comme Werther dans le roman, en bleu et en jaune, tandis que les femmes portent des robes blanches à noeuds roses, similaires à la célèbre robe de Charlotte. Des motifs "werthériens" se multiplient sur les assiettes et autres porcelaines. Un parfum prend même le nom d' "eau de Werther" !

Ce roman a été un véritable succès populaire.

Succès littéraire

Mais le succès est également littéraire : si les Souffrances du jeune Werther s'inspirait de certaines oeuvres pré-romantiques (en particulier le roman épistolaire de Jean-Jacques Rousseau, la Nouvelle Héloïse), il inspirera d'autres romans oeuvres au siècle suivant : Madame de Staël, grande admiratrice de Goethe, écrira un "Werther à la française", Delphine, en 1802. La même année, Chateaubriand s'inspirera encore de Werther pour écrire René.

On trouve même des traces de Goethe dans Madame Bovary de Flaubert : Flaubert était, en effet, un grand lecteur de Goethe ; il relisait d'ailleurs Faust au moment où il écrivait Madame Bovary. Les flaubertistes ont beaucoup commenté la couleur des yeux de son personnage principal : les yeux d'Emma passent effectivement du bleu au noir. Or, comme nous l'avions remarqué plus haut, la Lotte véritable que Goethe connût avait les yeux bleus, alors que celle du roman prendra les yeux noirs de Maximilienne. On pourrait peut-être voir dans cette ambiguïté de couleurs une référence au romancier allemand que l'ours de Croisset admirait tant !

Enfin, plus tard dans le XIXème siècle, Alfred de Musset précise, dans sa correspondance avec George Sand, qu'il lit les Souffrances du jeune Werther ; une lecture qui aura sans aucun doute influé sur la rédaction de la Confession d'un enfant du siècle, teinté d'un romantisme que son auteur avait tant moqué dans sa jeunesse.

Succès historique

Les Souffrances du jeune Werther est, enfin, un roman qui a marqué l'histoire ; l'histoire littéraire tout d'abord, puisqu'il fait entrer la littérature allemande dans le romantisme, mais aussi l'Histoire : Napoléon lui-même disait avoir lu à plusieurs reprises le roman, et Goethe vérifia lui-même la connaissance approfondie de son oeuvre qu'avait l'empereur, lorsqu'il le rencontra !

THEMATIQUES

Les grandes thématiques abordées dans ce roman correspondent aux thématiques romantiques, en général.

L'AMOUR IMPOSSIBLE

La relation amoureuse entre Charlotte et Werther est vouée à l'échec, et les personnages en sont conscients avant même leur rencontre : en effet, Charlotte est promise à un autre. La fatalité de l'échec est une thématique romantique, sur laquelle est basée l'ensemble de l'intrigue du roman.

LA NATURE

Werther ne cesse, au cours de ses lettres, de décrire à son ami la nature qui l'entoure, et le bonheur qu'il ressent d'être à la campagne. Les manifestations de cette nature représentent en réalité les états de l'âme de Werther : dans ses premières lettres, alors que tout est paisible, le soleil brille ; lorsqu'il se rappelle que Charlotte est fiancée, un coup de tonnerre célèbre cette nouvelle dramatique ; et quand il partage des instants de bonheur impossible avec le couple formé par Charlotte et Arthur, il pleut.

LA MORT

La fatalité déjà évoquée conduit inéluctablement le personnage à la mort. Le thème du suicide rythme l'oeuvre, et s'il avait été considéré comme très choquant par les autorités de l'époque, est précurseur du romantisme littéraire tel qu'il se développera au siècle suivant. Werther se suicide car il ne peut considérer la poursuite d'une vie sans amour.

LE PASSE

La présence du passé, par de multiples références historiques, est également un fil rouge du romantisme, en ce qu'il évoque ce qui est mort, ce qui a disparu. Ainsi, l'intérêt de Werther pour la littérature antique en est un exemple – il lit beaucoup Homère. La présence de ruines, que les personnages visitent au clair de lune, en est un autre.

CONCLUSION

Les Souffrances du jeune Werther de Goethe demeure un classique de la littérature allemande, et, plus largement, européenne. Ce court roman épistolaire est un exemple frappant des débuts du romantisme.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?