L'histoire de l'épistolaire (2/2) - Français - Première S

L'histoire de l'épistolaire (2/2) - Français - Première S

Notre professeur de français vous propose la seconde partie de ce cours gratuit de première S consacré à l'Histoire épistolaire

Cette fiche sera découpée en 5 axes majeurs. Dans un premier temps vous aborderez le XVIIè siècle avec les nouveaux usages, le rôle de la lettre dans les salons mondains et les premiers romans épistolaires. Vous étudierez ensuite le XVIIIè siècle notamment connu pour l'essor du roman épistolaire. Dans un troisième temps, vous verrez le XIXè siècle synonyme de modernité. Cette partie sera consacré au développement du système postal ainsi qu'aux variations du roman epistolaire. Dans cette partie vous ferrez l'étude de la très célèbre lettre d'Emile Zola : J'accuse. Vous aborderez ensuite le XXè siècle et l'essor technologique avant de conclure avec les problématiques de l'épistolaire au XXIè siècle.

Téléchargez gratuitement la seconde partie de ce cours de première de Français sur l'histoire de l'épistolaire

Ce cours est en deux parties : Retrouvez la première partie de l'histoire de l'épistolaire.

L'histoire de l'épistolaire (2/2) - Français - Première S

Le contenu du document

 

INTRODUCTION

L'épistolaire, c'est-à-dire le genre littéraire ayant recours à la forme de la lettre, ou, plus généralement, la communication par lettres, est le fruit d'une longue, très longue tradition.

En effet, depuis que l'homme écrit pour communiquer, il y a des traces de lettres : il s'agit donc, en un sens, de la forme la plus antique de littérature. Car il existait de la communication épistolaire bien avant qu'il n'existe de poésie, de théâtre, et de nombreux siècles avant l'invention du roman !

La longue histoire de la lettre a contribué à forger le genre épistolaire en littérature.

Après avoir abordé l'histoire de la lettre depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen-âge ("L'histoire de l'épistolaire (1/2)"), nous étudierons ici l'histoire de l'épistolaire depuis le XVIIème siècle jusqu'à nos jours.

LE XVIIEME SIECLE

NOUVEAUX USAGES EPISTOLAIRES

Au XVIIème siècle, l'usage de la lettre se diversifie. D'une part, depuis le XVème siècle, les relais postaux ont été créés, qui facilitent l'acheminement de la correspondance : il s'agit d'hôtelleries pourvues d'écuries, dans lesquelles les messagers peuvent s'arrêter pour se reposer, ou pour échanger leurs montures pour des "chevaux frais", prêts à courir de nouveau.

Si les relais postaux n'étaient d'abord réservées qu'à l'administration royale, la correspondance privée y prend peu à peu sa place à partir du début du XVIIème siècle. La pratique épistolaire devient une forme de mode dans les milieux aristocratiques ; toutefois, elle est encore minoritaire par rapport aux échanges diplomatiques et officiels, puisqu'elle ne représente que 10% des échanges postaux de l'époque.

LE SALON MONDAIN ET LE ROLE DE LA LETTRE

Qu'est-ce qu'un salon ?

Le XVIIème siècle est d'ailleurs le siècle de l'avènement des salons mondains : il s'agit de regroupements d'hommes et de femmes, issus d'un milieu aristocratique, qui échangent des opinions. Ces salons ont lieu dans les milieux aristocratiques, principalement de manière hebdomadaire. A l'époque, ils sont majoritairement présidés par des femmes !

La lettre et le salon

Dans ces salons, littéraires ou non, la lettre prend de l'importance. Il est courant de lire en public, au milieu des invités, des lettres que l'on a reçues. Cela témoigne d'un rapport particulier à l'épistolaire : lorsque l'épistolier écrit, il soigne son style, et veille à ne pas inclure de détails trop personnels, car il sait qu'il sera lu en public et jugé par rapport à cette lettre.

La Marquise de Sévigné

Madame de Sévigné est l'épistolière la plus célèbre de son époque. Elle a écrit plus d'un millier de lettres, notamment à sa fille, qu'un mariage avait éloigné. La plupart de cette correspondance épistolière était lue dans des salons. Elle constitue, aujourd'hui encore, un précieux témoignage pour les historiens, tant elle décrit bien la société de son époque.

PREMIERS ROMANS EPISTOLAIRES

Par ailleurs, au XVIIème siècle, l'épistolaire entre, pour ainsi dire, en littérature, puisque le roman épistolaire est créé : des romanciers rédigent leurs romans entièrement sous forme de lettres !

C'est le cas, notamment, des fameuses Lettres portugaises, qu'on attribue aujourd'hui à Guilleragues.

XVIIIEME ET ARGUMENTAIRE EPISTOLAIRE

L'ESSOR DU ROMAN EPISTOLAIRE

Le XVIIIème siècle est celui de l'essor du roman épistolaire. Les romanciers comprennent l'intérêt de présenter leur narration sous forme de lettres : multiplication des narrateurs, implication accrue du lecteur, qui aime à se confondre avec le destinataire.

Trois romans épistolaires du XVIIIème siècle font d'ailleurs partie des grands classiques de la littérature française :

 

  • Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu, publié en 1721. L'auteur y crée la correspondance fictive entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis restés en Perse. Montesquieu n'avoua pas la paternité du roman, et préféra se présenter comme simple traducteur des lettres (ce que Guilleragues avait fait avant lui), par prudence, pour éviter la censure.
  • Julie ou la Nouvelle-Héloïse est un roman épistolaire de Jean-Jacques Rousseau, publié en 1761, et qui connût un grand succès à l'époque. L'auteur y narre les amours entre la jeune Julie et son précepteur, Saint-Preux. Le sous-titre de l'oeuvre, "la Nouvelle Héloïse", est bien entendu une allusion à la célèbre correspondance d'Héloïse et d'Abélard, puisque ces deux fameux épistoliers s'étaient rencontrés dans des circonstances similaires à celle du roman de Rousseau : Héloïse avait été l'élève d'Abélard.
  • Les Liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos, publié en 1782. L'auteur y met en scène les manigances de deux libertins, le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil. Ici encore, l'auteur n'a pas reconnu la paternité des lettres, préférant se présenter comme leur simple éditeur, et prétendant avoir voulu les publier pour édifier le public quant aux libertins.

 

LA LETTRE OUVERTE

Par ailleurs, le Siècle des Lumières se sert également de la lettre comme d'un support pour raisonner : de nombreux philosophes publient des lettres, qu'on pourrait qualifier de lettres ouvertes, dans lesquelles ils étayent leurs opinions philosophiques.

 

  • La Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient, de Diderot, publiée en 1749, est le lieu d'un questionnement sur la perception visuelle.
  • La Lettre à d'Alembert sur les spectacles, de Jean-Jacques Rousseau, publiée en 1758, est un cas particulier : il s'agit d'une réponse, de la part de Rousseau, à l'article "Genève" de d'Alembert. Dans cette lettre, Rousseau va célébrer sa ville natale, Genève, et dénoncer l'influence néfaste du théâtre.

 

Il est intéressant de noter que, bien qu'un destinataire soit nommé (d'Alembert), la lettre soit ouverte, et donc destinée à de multiples lecteurs.

 

► Plus de cours de Première S : Retrouvez tous les cours de Français

 

XIXEME SIECLE : LA MODERNITE

LE DEVELOPPEMENT DU SYSTEME POSTAL

Au XIXème siècle, le système postal connaît un essor fulgurant. Dès la fin du XVIIIème siècle, une quarantaine de routes postales sont inaugurées, conjointement au découpage du territoire français en départements.

Une quarantaine d'années plus tard, en 1830, la France devient même le premier pays au monde à étendre la distribution du courrier directement à domicile – symbole fort de l'essor des correspondances privées !

Par ailleurs, la modernité, et le développement de la vapeur et du cheminde fer, permettent l'acheminement du courrier par train – voire par bateau, pour les correspondances outre-mer.

UNE CELEBRE LETTRE OUVERTE : "J'ACCUSE..."

Le XIXème siècle voit d'ailleurs, à sa fin, l'une des plus célèbres lettres ouvertes de la littérature française : "J'accuse..." d'Emile Zola, article publié dans le journal "l'Aurore" le 13 janvier 1898, sous la forme d'une lettre ouverte au président de la République, Félix Faure. Le célèbre romancier y prend parti pour l'officier Dreyfus, injustement accusé de trahison.

"J'accuse..." est un classique de la lettre ouverte.

VARIATIONS DU ROMAN EPISTOLAIRE

Au XIXème siècle, les rapports entre roman et épistolaire se diversifient. En effet, les premiers romans épistolaires n'étaient composés que de lettres. Or, avec l'évolution du genre romanesque propre au XIXème, l'épistolaire devient une composante mineure de certains romans : certains textes incluent quelques lettres, mais sont majoritairement basés sur une narration classique.

C'est le cas, par exemple, de Dracula de Bram Stoker, publié en 1897.

LE XXEME SIECLE

COURRIER ET ESSOR TECHNOLOGIQUE

Le XXème siècle connaît l'essor des moyens de transport modernes : après le train naissent la voiture, puis l'avion. Ces nouveaux moyens de transport permettent de réduire encore le délai de l'acheminement de la correspondance. Le courrier est d'ailleurs, dans la première partie du XXème siècle, de plus en plus important : qu'il s'agisse de la popularisation de la carte postale, ou de l'avènement du courrier dans l'administratif, le flux de courriers échangés est de plus en plus dense.

L'apparition de l'ordinateur, puis d'Internet, est une autre révolution épistolaire : le courrier devient électronique.

L'EPISTOLAIRE LITTERAIRE

Le XXème siècle connaît d'ailleurs une présence de plus en plus grande de l'épistolaire dans les oeuvres littéraires.

La publication de nombreuses correspondances

De nombreuses correspondances d'auteurs ou d'artistes sont publiées : c'est le cas, entre autres, des correspondances amoureuses de Musset et de Sand, ou de celle de Gustave Flaubert, rédigées au siècle précédent. C'est le cas également des correspondances de grands artistes, comme celle que le peintre Vincent Van Gogh adressa à son frère Théo.

En fait, l'échange épistolaire, même privé, acquiert une telle dimension littéraire, que certains auteurs rédigent leur correspondance privée en ayant comme arrière pensée la publication posthume de leurs échanges : cette préoccupation se fait par exemple sentir dans les lettres que Jean-Paul Sartre adresse à sa compagne Simone de Beauvoir, lettres qu'elle publiera après la mort du philosophe sous le titre Lettres au Castor.

La popularisation de la lettre ouverte

La lettre ouverte gagne encore en popularité : on la trouve à présent dans chaque journal, comme témoin d'un engagement politique ou militant ; elle a pour but de faire appel plus directement à la conscience du lecteur du journal.

La lettre ouverte est également choisie comme forme par certains romanciers, et publiée sous forme de livre : c'est par exemple le cas de Lettre à Dieu le fils, de Jean-Denis Bredin, ou de Lettre d'une amoureuse morte, de Nathalie Rheims.

Le roman épistolaire, encore et toujours

Le roman épistolaire poursuit dans sa longue tradition.

Le roman peut être totalement épistolaire (comme Oscar et la dame rose, d'Eric Emmanuel Schmitt) ou ne faire appel à la lettre que de temps à autre (à l'instar de Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013)

PROBLEMATIQUES DE L'EPISTOLAIRE AU XXIEME SIECLE

L'ère contemporaine, et les développements technologiques qu'elle induit, met l'épistolaire face à de nouveaux défis.

Depuis le XXème siècle, la lettre disparaît des usages quotidiens, avec l'apparition d'abord du téléphone, puis de l'Internet, avec le développement exponentiel de la communication électronique. Les échanges d'e-mails, ainsi que les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) révolutionnent la communication à distance.

Doit-on considérer les "tweets" comme autant de lettres ouvertes, ne comportant que 140 caractères ?

Le XXIème siècle voit une évolution de l'épistolaire, à laquelle la littérature se doit de résister.

CONCLUSION

La modernité a inclus l'épistolaire en littérature. L'épistolaire existe alors à la fois sous la forme de correspondances privées (mais publiables car on y perçoit un intérêt littéraire), sous la forme de lettres ouvertes, ou de romans épistolaires.

Variable, hybride, l'épistolaire est souvent qualifié de "genre" – mais ce serait alors un genre divers et multiple, soumis à une constante évolution, surtout depuis l'avènement de la modernité.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?