Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Résumé et structure - Français - Première S

Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Résumé et structure - Français - Première S

digiSchool vous propose un document sur "Le roi se meurt" de Eugène Ionesco concernant son résumé et sa structure, pour le Bac de Français de Première S.

Premièrement le document effectuera un résumé de la pièce. Puis, il étudiera sa stucture à travers les signes de la mort, le chemn vers la résignatio, le renoncement et vers l'angoisse.

Téléchargez gratuitement ce cours de Français pour le Baccalauréat de Première Scientifique.

Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Résumé et structure - Français - Première S

Le contenu du document

 

RESUME

 

Le roi Bérenger 1er règne sur un territoire indéterminé. Au lever du rideau, le Garde annonce solennellement la Cour. Le roi Bérenger 1er entre dans la salle du trône et en sort immédiatement. Il est suivi des deux reines, Marguerite (première épouse du roi) et Marie (seconde épouse du roi, sa préférée), de Juliette (femme de ménage et infirmière) et du Médecin qui occupe diverses fonctions.

Cette salle du trône est sale et inconfortable. Il y fait froid. Le chauffage refuse de fonctionner, le soleil se rebelle et les murs du palais se fissurent.  

La reine Marie se lamente de cette dégradation, ce qui ne plait guère à la reine Marguerite qui lui reproche sa frivolité et sa désinvolture.

Il est devenu nécessaire d'annoncer au roi que la fin de son règne est proche. La reine Marie refuse l'évidence et ose croire que le roi pourra échapper à son destin.

La reine Marguerite fait preuve d'une froide lucidité : le sol se dérobe, le royaume ne dispose plus d'une armée digne de ce nom, la démographie est en berne et la population vieillit, le roi est malade...

Le Médecin est formel, il n'est plus possible de l'opérer. Même les astres sont contre le royaume : le drame est inévitable.

Bérenger Ier entre dans la salle du trône les pieds nus. Il se plaint de l'état de l'Univers, du Royaume, et aussi de sa santé. Il consulte son médecin qui ne lui laisse aucun espoir.

Le roi refuse d'admettre l'évidence, même s'il reconnaît que tout ne va plus aussi bien que par le passé. Il croit en son pouvoir : « Je mourrai dit-il quand je voudrai, je suis le roi, c'est moi qui décide »

Toute la cour, à l'exception de la reine Marie, s'emploie à lui décrire son déclin irréversible. On lui rappelle la dégradation de son pouvoir, la détérioration de ses forces physiques, la fragilité de sa couronne et de son sceptre. Il tente en vain de commander la nature, les choses et les êtres qui l'entourent.

La reine Marguerite annonce alors le compte à rebours fatidique : « Tu vas mourir dans une heure vingt-cinq minutes ».

Le garde indique que la funèbre cérémonie va commencer.

 

STRUCTURE SOMMATIVE DE LA PIECE

Comme toute pièce de théâtre, Le Roi se meurt est destinée à être jouée et vue. Ce qui est remarquable dans le texte théâtral c’est sa duplicité : il est « fait » et « à faire », « permanent » et « éphémère », « fixe » et « flexible ».

La structure de la pièce est originale. Le roi se meurt est une pièce sans actes ni scènes, et dont la structure n’est pas rythmée par des subdivisions explicites. Vous trouverez ci-dessous un découpage commenté de la pièce.

 

LES SIGNES AVANT-COUREURS DE LA MORT

- Description « didascalique » du décor : un palais délabré

- Introduction et présentation des personnages

o On voit apparaître des oppositions

Les deux reines Marie et Marguerite

Le médecin et Juliette

o Chacun a un rôle, mais plusieurs fonctions

- Signes extérieurs et cosmiques sont déréglés.

 

LA REVELATION (DE SA MORT) AU ROI

- La révélation est faite par la reine Marguerite

- L’annonce de la durée de l’agonie : une heure et demie qui correspond avec la durée du spectacle.

➢ Le spectateur assiste à une réaction émotionnelle du roi,

➢ Appel à l’abdication à l’acceptation morale et physique de la mort,

➢ Réflexions sur la vie exprimées par la reine Marie,

➢ Réflexions sur la mort exprimées par la reine Marguerite.

 

LE CHEMIN VERS LA RESIGNATION

- Révolte du roi

- Cérémonie dirigée par la reine Marguerite

- Angoisse panique du roi

➢ Les signes extérieurs de cette angoisse sont :

o Impossibilité d’un discours raisonné et articulé (cris, gémissements, hurlements),

o Impression d’étouffer d’être enfermé dans le palais, dans la salle du trône, dans son propre corps,

o Efforts pour rester debout, peur de tomber, de s’abandonner.

- Regret du passé et illusion de l’espoir

- Égocentrisme du Roi qui sacrifierait tout et tous pour se sauver lui-même.

 

LE CHEMIN VERS LE RENONCEMENT

- Chutes du Roi (qui font penser aux chutes du Christ portant sa croix).

- Aggravation de la dégradation physique.

- Perte de pouvoir et de contrôle (« vouloir » versus « pouvoir »).

- (Re)valorisation de la vie dans ses moindres détails avec un passage qui développe le thème de la nourriture en parallèle avec ce qui tient en vie.

- Adieu aux plaisirs de la vie.

 

LE CHEMIN DE L’ANGOISSE

- Défaite de l’amour (de l’autre et des autres) face à la mort (seul l’amour de soir subsiste)

- Souvenir et oubli

- Parodie des éloges funèbres et des propos après-enterrement (où le défunt est présenté sous son meilleur jour).

- Assistance de la reine Marguerite qui va guider le Roi vers la mort

- Libération de toutes les attaches à la vie

- Disparition du monde.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?