Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Les personnages - Français - Première S

Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Les personnages - Français - Première S

digiSchool vous propose un document sur Eugène Ionesco, "Le roi se meurt" concernant l'étude des personnagesde l'oeuvre. Un cours de Français Première S.

Dans un premier temps vous étudierez le personnage principal : le roi Berenger 1er. Puis également les reines de l'oeuvre et enfin les autres personnages.

Téléchargez gratuitement ce document de Français pour le Bac de Première Scientifique.

Eugène Ionesco : Le roi se meurt - Les personnages - Français - Première S

Le contenu du document

 

Le Roi se meurt d’Eugène Ionesco est une pièce sans acte ni scène qui présente l’agonie du roi Bérenger Ier, qui doit faire face à l’idée de sa propre mort.

 

LE PERSONNAGE PRINCIPAL : LE ROI BERENGER 1ER

Le Roi Bérenger 1er est le personnage central autour duquel les autres s’activent. Il porte le prénom de Bérenger comme les héros de trois autres pièces de Ionesco : Tueur sans gages (1959), Rhinocéros (1960) et Piéton de l’air(1963). 

 

Dans Rhinocéros, Bérenger représente l’individu qui refuse de se confondre avec la masse, qui lutte seul tous pour la liberté, la dignité humaine. Dans Le Roi se meurt, c’est l’individu qui ne comprend pas et n’accepte pas la mort, pourtant inéluctable : « Pourquoi suis-je né si ce n’était pas pour toujours ? ».

 

Dans la pièce il porte un sceptre, un manteau de pourpre et une couronne, qui sont les symboles de son pouvoir et de son statut de Roi. On sait qu'il est vieux, ridé ; tout au long de la pièce sa santé se dégrade : il souffre et tombe à de nombreuses reprises. Il perd peu à peu l'usage de chacun de ses membres. Son royaume, à son image, se délabre aussi.

 

En même temps que ses capacités physiques, le Roi perd ses capacités à gouverner, sa notoriété, son pouvoir et son autorité : il n'est plus considéré comme le Roi. 

 

Tout au long de la pièce, il se comporte comme un enfant. Ses réactions et gestes puérils témoignent de la régression dont il est victime à l'approche de sa mort : il oublie tout ce qu'il a appris durant sa vie ; il ne sait plus rien faire. 

 

Son comportement devient absurde et ses paroles perdent tout leur sens : il est persuadé qu'il peut encore tout contrôler, pense qu'il peut choisir l'heure de sa mort. Il perd jusqu'à sa dignité : il se met à supplier son médecin de ne pas le laisser mourir, à supplier le Soleil de le faire vivre. 

 

Face à sa mort toute proche, le Roi passe par différentes phases : 

- Tout d'abord, il refuse catégoriquement de mourir, c'est le déni.

- Puis, il est obligé de se rendre à l'évidence et se révolte. Il dévoile alors un caractère capricieux et égoïste : " que tous meurent, mais que moi je reste ".

- Enfin, il finit par accepter l'idée de sa mort, c'est la résignation.

 

Il est sans doute le personnage le plus passionnant à analyser : la pièce nous décrit le comportement d'un être puissant qui doit se résigner et voir pour la première fois quelque chose se dresser contre lui : la mort. C'est une leçon de vie, cela montre que nous ne sommes pas maître de notre destin et que même les plus puissants doivent s'incliner lorsque l'heure de mourir sonne.

 

Bérenger, c’est l’homme universel, « tout homme ». Ionesco dit qu’il en a fait un roi pour déconcerter les critiques qui trouvaient Bérenger petit bourgeois : « en réalité, pour moi, tout homme est un roi qui est au centre de l’univers. L’univers lui appartient jusqu’au moment où évidemment cela s’écroule. »

 

Petit rappel qui peut vous aider lors de l’entretien de l’oral du bac

La figure du roi a souvent inspiré les dramaturges, notamment dans les tragédies, parce qu’il symbolise l’homme qui expérimente le pouvoir et la toute-puissance (il est au-dessus des lois). De plus il est en constante représentation (il incarne l’état) et redouble en cela la figure du comédien. Ainsi répond-il aux lois de la théâtralité et permet-il aux dramaturges de mettre en place une réflexion sur le théâtre et la représentation, par le biais d’une mise en abyme.

 

LES REINES

A un critique littéraire qui lui demandait pourquoi les deux épouses de Bérenger avaient un rôle prépondérant, Ionesco répond « Nous avons tous deux épouses, la vie et la mort ».

Elles symbolisent chacune une attitude face à la vie : Marie c’est l’amour, l’attachement à la vie, Marguerite la sagesse, la raison.

 

LA REINE MARGUERITE

Le second personnage le plus important est la Reine Marguerite, qui est la première épouse du Roi Bérenger. Elle joue un rôle essentiel dans la pièce car elle accompagne le roi jusqu'à ses derniers instants. 

Nous ne disposons pas de beaucoup de détails sur son physique, on sait simplement qu'elle est plus vieille que la deuxième reine, qu'elle s'habille strictement et qu'elle n'est pas coquette.

Elle est le symbole de la raison et du pragmatisme. Son caractère est froid, mais lucide. En effet, c'est elle qui annonce au roi sa mort imminente : "Tu vas mourir dans une heure et demi, tu vas mourir à la fin du spectacle ". 

La Reine Marguerite représente l'ordre, la justice. Comparable à un Gouverneur, elle est responsable et pense d'abord au royaume avant de penser au Roi. Elle est garante du bon déroulement de l'agonie du Roi : "J'y veille", " Il est dans les délais réglementaires ".

C'est une personne très autoritaire : elle donne des ordres dès le début de la pièce. 

Elle est plutôt fermée et n'expose pas ses sentiments. On peut cependant les deviner à travers son comportement : elle reste et accompagne le Roi jusqu'au bout, lui est fidèle même lorsque Juliette, le médecin et le garde disparaissent. On devine que si elle est si rigide et inflexible dans ses propos, c'est parce qu'elle souhaite une mort digne pour son époux. 

 

Elle incarne l’autorité, la responsabilité, la réalité. Elle peut apparaître d’abord au spectateur comme un personnage antipathique avec lequel il n’a aucune envie de sympathiser, de pactiser. Peu à peu, il deviendra clair que Marguerite a raison de confronter le Roi avec sa mort prochaine. Elle sera son guide, sa compagne jusqu’au moment ultime de la disparition.

 

LA REINE MARIE

Vient ensuite la Reine Marie, la seconde épouse de Bérenger, ainsi que sa favorite. Elle est décrite comme une femme attrayante et coquette, portant des bijoux. Elle porte la couronne et le manteau de pourpre, ce qui prouve qu'elle est bien la préférée.

 

La reine Marie incarne le refus de voir la mort en face. Elle est présentée comme un personnage futile, notamment aux yeux de la reine Marguerite qui lui rappelle et lui reproche la vie de voyages, de fêtes et de fastes qu’elle désire entretenir.

 

La reine Marguerite dit d’elle : « Rire ou pleurer : c’est tout ce qu’elle sait faire ».

 

LES AUTRES PERSONNAGES

 

Les trois autres personnages (le garde, Juliette et le médecin/bourreau) constituent un chœur, représentant « la conscience collective et objective ».

 

JULIETTE

Juliette est présentée comme « femme de ménage, infirmière ». A sa manière de s’exprimer, Juliette rappelle au spectateur/lecteur que la pièce est écrite au XXe siècle.

En outre, les rapports qu’elle entretient avec le souverain et les reines ne ressemblent en rien à ceux que l’on retrouve entre les mêmes personnages dans les tragédies classiques du XVIIe siècle : elle s’exprime familièrement, et prend une place égale aux autres protagonistes à la fin du récit, lorsque l’état du roi se dégrade.

Juliette enfin, incarne une forme d’absurdité du quotidien et de la vacuité.

 

LE MEDECIN

Dans la pièce on apprend qu’il a l’air à la fois d’un astrologue et d’un bourreau. Il est le personnage le plus caricatural. Le médecin diagnostique en effet l’état du roi en fonction des signes des astres (qui confirment la fin à venir avec l’éclatement de Mars et de Saturne).

 

LE GARDE

Il est une sorte de parodie du personnage traditionnel de garde. Un peu naïf, il annonce à plusieurs reprises la mort du roi ainsi que l’évolution de sa santé.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?