Corrigé Français - Bac S Liban 2016

Corrigé Français - Bac S Liban 2016

Consultez gratuitement le corrigé de Français du Bac S du Liban 2016.

Notre professeur de français a répondu à la question de corpus "Quels obstacles aux sentiments amoureux ou à leur expression apparaissent dans ces dialogues ?". Vous trouverez également tous les sujets de travaux d'écriture rédigés, à savoir le commentaire de texte de Musset, la dissertation sur "Comment le théâtre représente-t-il la complexité des relations amoureuses ?" et l'écriture d'invention en lien avec le premier texte du corpus.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de français du Bac S du Liban 2016 !
➜ Consultez le sujet de Français du Bac S du Liban 2016

Corrigé Français - Bac S Liban 2016
Télécharger gratuitement

6.00/20

1.3333 5 0

3 Avis > Donne ton avis

2016 téléchargements

Le contenu du document

 

QUESTION SUR CORPUS

Quels obstacles aux sentiments amoureux ou à leur expression apparaissent dans ces dialogues ?

→ Il faut organiser et structurer la réponse ;

Exemple de réponse :

[phrase générale en guise d'introduction] 

Les quatre textes mettent en scène des amours contrariés. Mais l'obstacle est à chaque fois différent.

→ Faire quatre paragraphes, un par texte.

« Dans l'extrait de Bérénice, l'obstacle est la raison d’État.

→ [expliquer] Titus est l'empereur de Rome, mais Bérénice n'est pas Romaine... 

→ [argumenter / donner des exemples plus stylistiques] Nous avons l'opposition entre deux champs sémantiques : celui de l'amour et celui du pouvoir → relever

→ Mais Bérénice soupçonne Titus de ne pas être honnête : « Ignoriez-vous vos lois / Quand je vous l'avouai pour la première fois ? » → le problème pourrait donc être aussi celui des sentiments profonds de Titus...

 

Marivaux confronte l'amour, qui peut être un jeu et un hasard, à la réalité des conventions sociales. → c'est la différence de rang qui est invoquée par Silvia, qui se fait passer pour la servante Lisette.

→ Donner des exemples : « un homme de votre condition », etc

→ Mais ce n'est que pour éprouver davantage l'amour de Dorante, puisque Silvia appartient au même monde social que son amant.

→ La transgression de l'ordre social reste donc fantasmée : l'honneur est sauf...

 

Dans On ne badine pas avec l'amour, l'obstacle invoqué par Camille est la religion.

→ Elle oppose cette sincérité et l'éternité de la religion à la légèreté du libertinage amoureux : « je veux aimer d’un amour éternel, et faire des serments qui ne se violent pas. Voilà mon amant. »

→ Relever le vocabulaire religieux qui s'oppose au vocabulaire amoureux.

→ Mais c'est surtout de la part de Camille un manque de confiance en Perdican, et un manque de confiance en elle-même.

→ Elle est victime de son éducation qui l'a enfermée dans un couvent et ne se sent pas assez forte pour affronter le vrai monde.

→ Perdican continue, lui, de répondre au discours religieux par un discours amoureux : « Que tu es belle, Camille, lorsque tes yeux s'animent ! »

 

Edmond Rostand offre une scène comique de l'amour dans cet entretien décevant entre Christian et Roxane. Le principal obstacle est l'absence de discours amoureux, ou si l'on veut, la bêtise de Christian.

→ L'obstacle est donc la parole : le langage.

→ « parlez-moi d'amour » demande Roxane. Déçue, elle devient sarcastique : « Vous m'offrez du brouet quand j'espérais des crèmes. », « délabyrinthez vos sentiments », etc.

→ Mais est-ce vraiment de l'amour ? Roxane veut jouer au jeu du discours amoureux.

→ La situation se complexifie quand elle dit : « il me déplairait que devinssiez laid » → on sait que c'est Cyrano le vrai amoureux de Roxane, pas Christian, et que Cyrano passe pour être laid...

 

[petite conclusion]

Nous trouvons donc différents obstacles aux amours. Ce n'est jamais le plus insurmontable : le manque d'amour. Ce sont toujours des obstacles extérieurs : la loi, les conventions, la religion, la parole.

 

COMMENTAIRE DU TEXTE DE MUSSET (TEXTE C)

On ne badine pas avec l'amour, acte II, scène 5

→ L'introduction doit comprendre une problématique + l'annonce du plan (2 grandes parties suffises) ;

→ Les deux parties doivent être séparées par une transition.

Après une présentation d'ensemble et une présentation de l'extrait, nous arrivons à la problématique :

 

Problématiques possibles :

→ En quoi cette confrontation est une initiation à l'amour pour Camille ?

→ En quoi le discours de Camille dissimule-t-il un autre obstacle que celui de la religion ?

→ Comment cette scène est une scène amoureuse ?

Etc.

 

Plan → 1ère partie → L'obstacle religieux 

→ 2ème partie → Un apprentissage de l'amour

 

I – L'obstacle religieux

A – Des circonstances particulières

→ Amoureux pendant l'enfance, Perdican et Camille le sont restés 

→ Cet amour d'enfance est le symbole de l'amour pur 

→ Il a traversé le temps et n'a pas été corrompu par la société

→ Mais la société a corrompu l'expression de ces sentiments 

→ Camille ne jure que par Dieu (exemples)

→ Perdican est le modèle du jeune homme qui s'amuse en société (jeune loup, jeune dandy) (exemples → reprendre ce que dit Camille : « Vous faites votre métier de jeune homme », etc)

 

B – L'argumentation religieuse 

→ Camille invoque la religion comme principal obstacle à l'amour 

→ Elle conçoit l'amour comme la religion et mélange les deux : « je veux aimer d’un amour éternel, et faire des serments qui ne se violent pas. Voilà mon amant. (Elle montre son crucifix.) » 

→ La didascalie vient nous donner une indication scénique importante 

→ Le geste suit la parole : tout le corps est impliqué 

→ Elle s'enferme dans le discours religieux : « je prierai pour vous », etc.

 

C – L'amour éternel

→ Plus que la question religieuse, c'est la sincérité de l'amour de Perdican que Camille remet sans cesse en question.

→ Elle oppose l'éternité de son amour à la légèreté de Perdican

→ « la plus mince pièce d’or vaut mieux que vous, et dans quelques mains qu’elle passe, elle garde son effigie »

→ C'est la noblesse et la profondeur d'âme contre la vanité et la superficialité. 

→ Il y a une critique de la superficialité du monde, de la société, faite d'apparences et de consommation. 

 

[transition]

 

II – Un apprentissage amoureux

A – Les véritables craintes de Camille 

→ Mais le véritable motif à la retenue de Camille n'est pas religieux 

→ Il est d'abord éducationnel → c'est son éducation dans le couvent qui la retient d'aimer ouvertement Perdican 

→ « Voilà mon amant. (Elle montre son crucifix.) »

→ Mais il se révèle rapidement être la jalousie et la crainte d'être trompée : « vous voilà courbé près de moi avec des genoux qui se sont usés sur les tapis de vos maîtresses, et vous n’en savez plus le nom »

→ Camille craint d'être une parmi les autres.

→ Elle n'a pas confiance en Perdican, qu'elle pense être « volage », mais elle n'a pas confiance non plus en elle-même.

 

B – Les réponses de Perdican

→ Perdican cherche à convaincre Camille, mais il le fait encore en utilisant le vocabulaire amoureux 

→ Il utilise les procédés du discours amoureux pour convaincre Camille de son sincère amour

→ Il ne répond pas directement à ses répliques, il les détourne : « Tu es orgueilleuse, prends garde à toi »

→ Il ne répond pas à ses craintes, il ne cherche pas à la rassurer, au contraire, il la complimente : « Que tu es belle Camille, lorsque tes yeux s'animent ! »

→ Il la tutoie tandis qu'elle le vouvoie → c'est-à-dire qu'il joue l'effronté, qu'il cherche à la déstabiliser, à prendre le dessus

→ Il déploie tout l'artifice du séducteur, tandis que Camille cherche à retrouver l'innocence et la sincérité de l'enfance...

 

C – La société corruptrice

→ Dans les deux cas, c'est la société qui a corrompu les jeunes gens 

→ Camille est corrompue par son éducation auprès des religieuses

→ Perdican est corrompu par la société qui veut que tout jeune homme soit « amateur de femmes », qui apprend « le métier de jeune homme » 

→ C'est une critique moralisante de la part de Musset 

→ Les vrais sentiments sont naturels

→ Mais la société abîme définitivement la nature a priori bonne des Hommes : les jeunes gens ne parviennent pas à se dévoiler leur véritable sentiment (qui a toujours été le même depuis l'enfance), et quand ils y arrivent, il est trop tard.

→ C'est une vision pessimiste

 

[Conclusion]

→ reprendre ce qui a été dit : 

→ clore sur de manière originale sur un aspect étonnant de la pièce, sur une réflexion sur le théâtre de Musset, etc : Cette pièce, à l'intrigue amoureuse assez légère, s'achève pourtant sur la mort (celle de Rosette, qui aimait Perdican) et sur l'impossible relation entre les deux amoureux.

 

DISSERTATION

Comment le théâtre représente-t-il la complexité des relations amoureuses ?

→ Il est recommandé évidemment de s'appuyer sur les textes du corpus

→ Mais il faut aussi citer d'autres textes (ceux étudiés durant l'année).

→ L'introduction comprend, comme le commentaire, une introduction au sujet + problématique + plan en deux ou 3 parties.

→ Il est apprécié que la problématique donnée soit reformulée.

 

Introduction

[introduction générale → prendre un exemple / comparer avec le cinéma / avec la vraie vie, etc.]

[Problématiques possibles :]

→ (celle donnée:) Comment le théâtre représente-t-il la complexité des relations amoureuses ?

→ Comment les sentiments amoureux peuvent-ils être représentés ?

→ Comment le théâtre parvient-il à représenter la complexité de l'amour ?

Etc.

 

I – Une intériorité rendue visible

A – Par l'intrigue

→ Plus que les autres genres, le théâtre est contraint par des limites matérielles 

→ Limites de temps → une pièce de théâtre est plus courte – à la lecture, comme à la représentation – qu'un roman 

→ Limites d'espace → l'espace scénique → mais tous les moyens techniques (contrainte économique)

→ Limites du genre → notamment dans le théâtre classique (règles des 3 unités, etc)

→ C'est donc l'intrigue qui sert de fondement 

→ C'est dans l'histoire est antérieure à la pièce

→ Exemples : Titus et Bérénice, empereur et reine ; Camille et Perdican, cousins amoureux dans leur enfance, etc.

 

B – Par le verbe

→ « Dire, c'est faire », selon Racine → la parole rend visible 

→ Il y a plusieurs formes de prise de parole au théâtre

→ Le monologue sert à exprimer au public l'intériorité du personnage 

→ Parfois, il sert à révéler des choses à d'autres personnages (Claudius révèle à Hamlet sa culpabilité dans le meurtre de son père, alors qu'il croit qu'il parle seul)

→ Le dialogue : qui est l'occasion plus souvent d'un conflit que d'une solution 

→ Exemples : Perdican et Camille utilisent des référents différents (la religion par rapport au discours amoureux)

Roxane est déçue, voire irritée, de l'absence de discours amoureux de la part de Christian

→ La parole est donc souvent problématique, mais elle permet d'exprimer ce qui est jusque-là tacite et secret

 

C – Par le geste (et la mise en scène)

→ La pièce de théâtre donne des indications de scène qui permet d'exprimer les sentiments profonds des personnages 

→ Ces gestes sont indiqués par des didascalies (exemple → Camille montrant le crucifix)

ou par les paroles des personnages eux-mêmes (exemple → « Couvrez ce sein que je ne saurais voir » indique ce que regarde Tartuffe...)

→ Le geste révèle la pensée, aussi bien que la parole

[transition]

 

II – La portée universelle

A – L'amour, sujet éternel

→ L'amour n'est pas le premier sujet du théâtre.

→ Dans le théâtre antique, le sujet privilégié était social, religieux, civique 

→ Exemples : Eschyle Les Perses, Euripide Les Bacchantes, Sophocle Œdipe Roi

→ Ce n'est qu'avec la Renaissance que l'amour fait son entrée dans le domaine théâtral

→ La tradition italienne influence la dramaturgie française 

→ Mais c'est encore l'amour confronté au politique : Le Cid de Corneille

→ Avec Racine, l'aspect psychologique est plus important que l'aspect civique : Phèdre

→ L'époque galante du XVIIIe siècle se spécialise dans la peinture des émotions amoureuses : Marivaux.

→ Le Romantisme lui donne une force tragique : Musset 

 

B – Mimesis et catharsis

→ Pour représenter l'amour, le théâtre utilise les mêmes procédés que pour représenter tout autre sujet.

→ La mimesis qui est l'imitation de la réalité → donner l'illusion de la réalité (par la règle des 3 unités, etc)

→ La catharsis qui est, selon Aristote, la purgation des passions

→ Le spectateur doit s'identifier avec les personnages afin de vivre par leur intermédiaire des sentiments, souvent extrêmes, et donc interdits dans la vie sociale 

→ C'est notamment la passion interdite, ou les fins tragiques 

→ Il se purge ainsi de ses instincts et ne remet pas en péril l'ordre social 

→ Le cinéma fonctionne la plupart du temps sur les mêmes principes.

 

C – Une philosophie de vie

→ Ce que représente le dramaturge, ce que met en scène le metteur en scène, c'est une manière de voir le monde.

→ Ainsi, c'est une vision de l'amour que nous proposent d'abord les écrivains, puis les metteurs en scène 

→ Ainsi, Musset, après de sa séparation avec George Sand, nous dépeint de manière pessimiste (voire tragique) l'amour : il ne peut être qu'un échec, à cause de la société qui pervertit l'humain 

→ Marivaux nous donne à voir un amour profond, mais sous une forme badine → multiplication des intrigues, des jeux, des imbroglios.

→ Les écrivains sont le reflet de la société dans laquelle ils vivent 

→ Mais les dramaturges ont ce pouvoir d'adapter les pièces selon une vision qu'il leur est propre 

→ Ainsi, il peuvent adapter de manière noire des comédies → Le Tartuffe de Depardieu 

→ Jouer une pièce antique (ou ancienne) dans un décor ou avec des éléments modernes : Antigone par Biançon

 

[Conclusion]

→ Rappeler les points forts de la dissertation : c'est par l'intrigue, mais aussi le geste, la parole, la mise en scène que le théâtre parvient à représenter la complexité de l'amour. Etc.

→ Ouverture : l'amour n'est pas le thème favori du théâtre, contrairement à d'autres genres, comme le roman.

 

INVENTION

Titus (texte A) revient sur sa décision et implore le pardon de bérénice. Ecrivez sa tirade en prose ou en vers libres.

Il n'y a pas de corrigé type pour l'épreuve d'invention.

Mais le candidat sera évalué sur le respect de la consigne :

→ Le sujet : Titus s'adresse à Bérénice 

→ Ce n'est pas un dialogue : Bérénice ne doit pas parler

→ Il s'agit d'une imploration, d'un pardon → l'attitude de Titus doit être humble

→ La forme : vers libres ou prose... (conseil : le vers libre est toujours apprécié → attention à ne pas multiplier les rimes, souvent mauvaises)

→ Reprendre le style de Racine (les personnages parlent parfois d'eux-mêmes à la troisième personne, etc)

→ L'originalité fait également beaucoup dans la note.

→ Il faut utiliser des « procédés d'écriture » :

- C'est-à-dire des figures de style (une bonne dizaine) : comparaisons, métaphores, anaphores, jeux de sonorités, enjambements.

→ Attention au niveau langue → soutenu, sans être trop caricatural

→ Il faut une quinzaine de lignes (en prose) ou une petite trentaine de vers.

 

« Titus revient vers Bérénice, et dépose aux pieds (enjambements, 3ème personne)

de la reine de Judée la couronne de Rome. (Opposition entre Judée conquise et Rome conquérante → retournement de situation)

Accablez l'impie qui n'a pas su croire à l'amour 

et qui lui a préféré l'illusion du pouvoir. (Opposition entre amour et pouvoir → désormais c'est l'amour qui a le dessus)

Traitez-moi de faible, d'ingrat, d'esclave, (accumulation, gradation)

tant que vous êtes en colère, vous êtes toute proche de moi. (Parallélisme, antithèse)

Jamais mon cœur n'a douté, seul mon discours m'a trompé (argumentation, opposition cœur/raison)

et l'adoration de Titus pour Bérénice durera plus qu'un empire. (hyperbole)

Un prince n'a plus de faiblesse auprès de Bérénice. (allitérations)

Reine, pardonnez à celui qui n'est plus roi. (demande de pardon → consigne)

Fortifiez votre âme pour nous deux : ayez pitié de moi. (reprise du texte, dans un sens différent)

Après tant d'obstacles, tant de dangers, tant de contraintes (anaphore, accumulation)

nous voilà enfin libres d'être l'un à l'autre enchaînés (paradoxe amoureux)

etc. »

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

clembaz78
1 5 0
4/20

Le plan du corpus et celui du commentaire ne sont pas bon comme le disent bien les autres.

par - le 14/06/2016
Linouche99
2 5 0
8/20

Je suis d'accord, le corpus consiste a traiter les textes en confrontation, et non De les traiter indépendamment, cette "erreur" est également reprise dans la correction du sujet de Pondichéry . Anyway mercii pour votre aide !!

par - le 07/06/2016
bimo1
1 5 0
4/20

Je ne suis pas sûr, mais je pense que ce corrigé n'est pas tout à fait correcte. Je n'ai jamais fait un tel plan qui consiste à traiter chaque texte indépendamment, car notre prof nous prévient toujours de faire cela, et même des profs dans d'autres lycées... Cependant il est très rigoureux. C"est juste le plan qui me pose problème! merci pour vos efforts!

par - le 04/06/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?