Méthodologie de l'écriture d'argumentation : Comprendre le sujet - Anglais - Bac S

Méthodologie de l'écriture d'argumentation : Comprendre le sujet - Anglais - Bac S

Voici un cours de méthodologie pour l'écriture d'argumentation de l'épreuve d'anglais du Bac S. Dans cette fiche, notre professeur vous explique comment bien comprendre le sujet d'écriture d'argumentation.

Les sujets d'argumentation en anglais sont un grand classique de la partie écriture dans l'épreuve d'anglais du bac. On vous demande souvent, par exemple, de prendre position sur l'un des thèmes abordés par les textes du dossier et de justifier votre choix. Notre professeur va donc vous expliquer comment bien cerner le sujet, et ne pas se tromper sur l'écriture d'argumentation.

Téléchargez gratuitement cette méthodologie de l'écriture d'argumentation pour l'épreuve d'anglais du Bac S !

Méthodologie de l'écriture d'argumentation : Comprendre le sujet - Anglais - Bac S

Le contenu du document

 

 

SITUATION D'ENONCIATION ET COMPETENCES TESTEES

A la différence des sujets d'imagination, la situation d'énonciation des sujets d'argumentation est toujours la même. C'est vous qui êtes l'auteur du texte et qui adressez votre opinion étayée d'arguments à l'examinateur.

Il n'y a donc pas besoin de se mettre dans la peau d'un personnage, ni de connaître sur le bout des doigts les règles d'écriture du dialogue en anglais. En réalité, ce qui est mis à l'épreuve dans ce type de sujet c'est votre capacité à convaincre l'autre en développant votre pensée sous forme d'arguments pertinents et articulés selon une progression logique. 

Pour vous aider, si vous avez du mal à développer votre argumentation voici quelques conseils : 

 

  • Lisez bien le sujet et réfléchissez aux termes employés. Au brouillon, notez à quoi ils vous font penser. Ont-ils des synonymes, des antonymes ? Examinez ces mots sous toutes leurs facettes et laissez venir les associations d'idées, vous organiserez tout ensuite
  • Pour trouver des idées, n'hésitez pas à puiser dans tout ce que vous avez pu voir dans d'autres cours (philosophie, histoire, physique, économie…), vos lectures personnelles, l'actualité etc. Du moment que c'est pertinent, n'hésitez pas à enrichir votre propos.

 

Avant de vous lancer dans la rédaction, or-ga-ni-sez vos idées. Si vous voulez que vos arguments soient convaincantes, il faut les regrouper de manière logique, afin que votre lecteur ne perde pas le fil de votre pensée, et les illustrer d'exemples pour leur donner plus de poids.

 

STRUCTURE GENERALE D'UN TEXTE D'ARGUMENTATION

Pour être efficace, votre réponse doit tout d'abord présenter le sujet dans l'introduction, puis détailler votre réflexion et vos arguments dans le corps du texte, et enfin, résumer votre position de façon claire et synthétique dans la conclusion.

INTRODUCTION

 

  1. Définition des termes du sujet 
  2. Présentation de la problématique, c'est-à-dire de la question qui guidera toute votre réflexion
  3. Annonce du plan pour aider votre lecteur à s'y retrouver par la suite

 

Exemple :

1. Climate change is the name given to many geographical changes observed by scientists all aroud the world theses past few decades. Icecaps are melting, tsunamis, droughts, hurricanes and other weather disasters are becoming more frequent.

2) Can man make a difference in this global phenomenon ?

3. Most scientists believe that men are largely responsible for it and that is our responsability to find a solution, but not everybody agrees.

DEVELOPPEMENT

 

  • Organisé en 2 ou 3 parties
  • 1 paragraphie = 1 idée + au moins 1 exemple pour illustrer cette idée. Quand on aborde une nouvelle idée, on débute un nouveau paragraphe.
  • Utiliser des mots et expressions de liaison pour articuler vos idées et guider votre lecteur

 

 

CONCLUSION

 

  • Elle reprend vos idées principales de manière synthétique pour bien rappeler les éléments de la réflexion.
  • Elle donne votre avis / votre opinion / votre réponse à la problématique
  • Éventuellement, elle ouvre sur de nouvelles pistes de réflexion.

 

 

SPECIFICITES DES DIFFERENTS SUJETS

TO WHAT EXTENT... / WHAT DO YOU THINK OF...

Ce type de sujet vous demande d'examiner le sujet de manière critique. C'est un peu l'équivalent du sujet de type « Dans quelle mesure… ? ». Ici, on s'attendra à ce que vous exprimiez une position tout en la nuançant, ou en en reconnaissant les limites.

Attention, ne croyez-pas qu'on vous demande une réponse « de Normand » de type oui et non. On vous demande de prendre position, mais seulement après avoir examiné le pour et le contre et appuyé votre réflexion d'exemples pertinents.

IN YOUR OPINION... / DO YOU THINK…

Là on vous demande directement votre avis, il est donc encore plus important de prendre clairement position dans la conclusion de votre argumentation. Attention toutefois, on vous demande un avis éclairé et réfléchi. Si vous vous contentez de répondre oui ou non sans expliquer ni nuancer, vous aurez du mal à développer votre réflexion.

DISCUSS

Discuss signifie bien discuter, mais pas au sens de bavarder. Si votre sujet contient ce verbe, on vous demande d'analyser le pour et le contre d'un thème donné, d'aborder une question sous tous les angles pertinents. Vous pouvez là encore adopter un plan en  pour/contre, mais ce type de sujet se prête également bien à une réflexion thématique.

 

EXEMPLES

SUJET 1

Document B, lines 17-19: "My view is that the pact between reader and writer is  one of trust: the reader promises to immerse herself in the story, and the writer promises to tell the truth about that story".  

Do you agree with this statement? In your opinion, what makes a good detective story? (300 mots, ± 15 mots)

Analyse rapide du sujet :

 

  • une citation, extraite de l'un des documents du dossier, sert de base au sujet. Il est conseillé de vous en servir comme point de départ de votre réflexion, et donc de la reprendre dans votre introduction
  • Il vous est ensuite demandé votre avis par rapport à cette citation puis une deuxième question vous invite à développer vos propres idées / arguments. Il est évident qu'ici un simple oui ou non pour répondre à la première question ne serait pas suffisant. On vous demande en réalité d'analyser les composantes d'une fiction policières.
  • Pour le plan vous pouvez suivre ce qui est suggéré par les deux questions, à savoir analyser et discuter la citation puis exposer une ou deux idées qui vous sont propres.

 

 

Proposition de réponse :

In her article in the online edition of the Guardian, Margaret Murphy wrote that "the pact between reader and writer is one of trust: the reader promises to immerse herself in the story, and the writer promises to tell the truth about that story". I believe that it is a fine recipe for a good detective story. 

Like all other types of fiction, crime fiction is an immersive experience. Seen from the reader's point of view, the pact means putting reality on hold and accepting to live for awhile in a world made purely of words. 

Unlike other genres of fiction, in crime fiction, readers are asked to investigate the crime along with the fictional detective. And they have an advantage over their fictional counterpart : they know the rules of the genre. For instance, they know that the obvious suspect is never the actual criminal, merely the starting point of the investigation. Crime fiction therefore encourages an active participation from its readers. 

That is why the other half of the reader-author pact is so important. You cannot ask your readers to engage fully with your story and cripple your main plot with a factual error or tired cliché. Does it mean that you have to be an actual forensic expert in order to write crime fiction? Perhaps not, but you must do your research and know at least as much as your readers (keeping in mind that Wikipedia is only one click away...). 

Finally, telling the truth about a story doesn't necessarily mean that your plot has to be totally grounded in reality. In fact, many detective books incorporate a fantasy element to their plot. It just means that authors have to be consistent with their own universe. It wouldn't be fair to ask readers to play a game and then change the rules in the middle of the book. 

 

SUJET 2

To become ourselves we need to interact with others. To what extent do you agree? 

(200 mots minimum)

Analyse rapide du sujet :

 

  • Une affirmation sert de point de départ à la réflexion qui vous est demandée.
  • Sujet de type « To what extent », on vous demander de peser le pour et le contre, de valider l'affirmation de départ tout en esquissant ses limites, ou au contraire de l'invalider tout en mentionnant ses mérites. Il s'agit en somme pour vous d'adopter un regard critique sur cette affirmation.
  • Aidez-vous toujours des pistes abordées dans les documents supports. Ils pourront vous aider en cas de « panne d'idées » au début de votre réflexion. Ici dans les deux documents supports du dossier, l'accent est mis sur la rencontre entre des personnes de milieux différents et sur le conflit entre individualité et conformisme.

 

 

Proposition de réponse :

Do we need to interact with others in order to become ourselves ? In this essay we'll start by attempting a definition of what it means to « become oneself ». Then we'll have a look at the influence that others have on our personality, before trying to determine whether there is anything within us that sets us apart from others from the beginning.

Asking the question of what it takes to become ourselves, already supposes that our personality, our individuality, is the result of a process. It also means that we believe that at some point this process finishes, that there is a time in our life when we can say that we are ourselves. Almost as if we had arrived at the end of a journey. But let's say that  to « become oneself » simply means to be able to make our own decisions, and not simply to follow the herd of our classmates, or family or coworkers.

Do we need to interact with others in order to make our own minds ? It seems contradictory and yet, mixing with others, we realize that we sometimes agree with them and that we sometimes don't. It is as if interacting with others showed us the boundaries of who we are, and helped shape our personality. So, in that sense, we do need to interact with others in order to define who we are.

But what we do with this experience is up to ourselves. We can either give in to peer pressure and conform, following the herd and suppressing those parts of us which disagree with the majority. Or we can stand up for what we believe in, and what makes us unique. It takes courage because it means not following the herd and at certain periods in our lives, we are particularly vulnerable. We refuse to step outside the boundaries of what is « normal ». We dress like the others, listen to the same music and generally do everything we can to identify with them..

As we've seen, we need to interact with others in order to become ourselves but the experience isn't necessarily a pleasant one and interaction alone isn't enough to let our individuality emerge. We need to choose to be ourselves and not to blindly follow the herd, and that is a purely personal decision.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?