Sujet Ecologie Agronomie et Territoires - Bac S Métropole 2016

Sujet Ecologie Agronomie et Territoires - Bac S Métropole 2016

digiSchool Bac S met à votre disposition le sujet d'Ecologie Agronomie et Territoires du Bac S 2016.

Dans la première partie de l'épreuve sur le chapitre "Dynamique des écosystèmes, agroécosystèmes et stratégiques démographiques des populations", il vous est demandé de présenter les caractéristiques des différents peuplements qui se succèdent lors de l'évolution spontanée et non perturbée de la biocénose d'un écosystème terrestre. Pour la seconde partie, vous devrez répondre à une série de question en lien avec 7 documents sur les bactéries du genre Wolbachia, la bactérie-hôte des Arthropodes.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet d'EAT du Bac S de Métropole 2016 !

Sujet Ecologie Agronomie et Territoires - Bac S Métropole 2016

Le contenu du document

 

 

1ère partie sur 8 points

Restitution organisée de connaissances

Dynamique des écosystèmes, agroécosystèmes et stratégies démographiques des populations

Présenter les caractéristiques des différents peuplements qui se succèdent lors de l’évolution spontanée, et non perturbée, de la biocénose d’un écosystème terrestre.

À l’aide d’un exemple, discuter du type de stratégie démographique sélectionné par les perturbations liées à la gestion d’un agroécosystème de type champ cultivé.

Le document ci-après constitue un appui à la réflexion, il n’est pas attendu d’en faire une exploitation

Document annexe : régimes de perturbations dans les écosystèmes et les agroécosystèmes

(Adapté d’après White et Pickett 1985)

 


Ecosystèmes peu anthropisées Agro-écosystèmes type champ cultivé
Nature des perturbations Origine abiotique : incendies, inondations, séismes, éruptions volcaniques Origine humaine : travail du sol, enrichissement en éléments nutritifs (engrais), déserhbage, récolte...
Intensité des perturbations Faible à extrêmement élevée Elevée
Fréquence des perturbations Faible Extrêmement élevée
tableau

 

2ème partie sur 12 points

Exploitation de documents et résolution de problèmes scientifiques

Wolbachia, bactérie-hôte des Arthropodes

Les bactéries du genre Wolbachia infectent au moins 20% du nombre total des espèces d’Arthropodes, en particulier des insectes vecteurs de pathologies humaines comme le paludisme.

 

1.Caractérisation des interactions entre Wolbachia et ses « hôtes » (4 pts)

1.1. À l’aide du document 1A, discuter de la valeur du sex-ratio dans une population de cloportes infectée et justifier la relation de parasitisme en précisant les avantages pour le parasite et les inconvénients pour l’hôte. (1 pt)

Des expériences pour tenter d’expliquer la dynamique d’infection de populations d’Arthropodes par Wolbachia ont été réalisées (document 1B).

1.2. Dégager de l’analyse du document 1B un facteur déterminant le succès de l’infection d’une population hôte par Wolbachia. (1,5 pt)

Chez les Trichogrammes, insectes hyménoptères, Wolbachia est aussi présente dans les cellules reproductrices des femelles.

1.3. Interpréter les résultats de l’expérience présentée sur le document 2A et conclure en donnant les « bénéfices » pour chacun des partenaires dans la relation mise en évidence. (1 pt)

1.4. À l’aide du document et de la réponse précédente, justifier le caractère symbiotique de la relation entre Wolbachia et les trichogrammes. (0,5 pt)

 

2. Le paludisme, pathologie transmise par un vecteur hôte de Wolbachia (3,5 pts)

Le paludisme est une infection humaine causée par un parasite des globules rouges, le Plasmodium. Ce protozoaire est transmis par piqûre de moustiques Anophèles, dont les cellules reproductrices peuvent héberger elles aussi la bactérie Wolbachia.

Lors d’une infection par le Plasmodium, la réponse immunitaire de l’organisme passe par l’apparition dans le sérum d’anticorps anti-plasmodium sécrétés par un type de cellules hautement spécifiques comme celle présentée sur le document 3.

2.1. Reporter sur la copie le titre et les légendes correspondant aux numéros de la photographie du document 3. (1 pt)

Des expériences de sérodiagnostic (document 4A) permettent de déterminer si un patient est atteint du paludisme et de quantifier l’efficacité d’un traitement antipaludéen à la chloroquine sur ce patient.

2.2. À l’aide du document 4A, schématiser le protocole pour tester le sérum d’une personne supposée infectée. (1 pt)

2.3. Analyser les résultats des sérodiagnostics(document4B)et conclure surl’efficacitédu traitement. (1,5 pt)

 

3. Vers un emploi de Wolbachia comme auxiliaire de l’Homme ? (3,5 pts)

La lutte contre les moustiques demeure un moyen efficace de limiter la transmission des maladies :

 

  • contre les virus du chikungunya ou plus récemment le virus zika, dans les DOMCOM ou en France métropolitaine, la lutte chimique s’impose parfois, en s’accompagnant de nuisances (document 5)
  • contre le paludisme en zones infestées, des voies alternatives aux insecticides sont à l’étude comme par exemple un protocole utilisant Wolbachia présenté sur le document 6.

 

3.1. Compte tenu du problème soulevé par l’article du document 5, envisager deux conséquences sur les plans écologique et agricole de l’utilisation de la deltaméthrine. (1pt)

Avec un moyen de lutte alternatif faisant appel à des Wolbachia, l’étape initiale serait de les modifier génétiquement.

3.2. En utilisant le document 7B, donner, en expliquant les étapes de votre démarche, la séquence des acides aminés correspondant au fragment d’ADN codant pour la protéine virB11 (document 7A). (1pt)

3.3. À l’aide du document 5 et de vos connaissances, présenter les principales étapes d’une transgénèse visant à obtenir des Wolbachia génétiquement modifiées capables de limiter les populations de moustiques. (1,5 pt)

3.4. Discuter de la pertinence d’introduire des moustiques hébergeant des bactéries Wolbachia génétiquement modifiées dans les écosystèmes. (1pt)

 

DOCUMENT 1

DOCUMENT 1A – Origine et conséquences du parasitisme intracellulaire exercé par

Wolbachia chez les cloportes (Crustacés)

Dans les populations de cloportes où les femelles « hébergent » la bactérie Wolbachia dans le cytoplasme de leurs ovules, la descendance comporte 80 à 90% de femelles, alors que les populations comportant des femelles non infectées par la bactérie ont une descendance présentant 50% de mâles et 50% de femelles (...)

La bactérie Wolbachia produit un facteur qui s'oppose à la mise en place et au fonctionnement de la glande sexuelle des cloportes mâles, provoquant leur « féminisation » (...)

La transmission des bactéries Wolbachia se fait de la mère à ses descendants par le cytoplasme des ovules lors de la fécondation : la cellule-œuf hérite en effet directement de l’intégralité du contenu cytoplasmique de l’ovule. Un nombre croissant de femelles dans une population de cloportes apparaît donc comme étant profitable pour la bactérie (...)

DOCUMENT 1B – Étude de l’évolution du niveau d’infection par Wolbachia dans deux populations d’Arthropodes

 

Evolution du niveau d'infection

 

DOCUMENT 2

DOCUMENT 2A – Nature de l’interaction Wolbachia – Trichogramme

Wolbachia infecte aussi le Trichogramme, chez lequel elle provoque également une féminisation des mâles.

Cependant des scientifiques ont émis l’hypothèse que dans certaines conditions, les cellules reproductrices de ces insectes et la bactérie n’établissaient pas une relation de parasitisme mais une symbiose ; pour tester cette hypothèse, ils ont réalisé l’expérience et les observations présentées ci-dessous :

 

Lot de femelle de trichogrammes Nombre d'oeufs pondus par femelle Survie des femelles après traitement antibiotique* Nombre d'oeufs pondus par femelle sur une période de 5 jours après traitement antibiotique
Lot 1 témoin 25 100% 25
Lot 2 (infecté par Wolbachia) 60 100% 25

 

* le traitement antibiotique a pour objectif la destruction des bactéries dans l’organisme de l’insecte

D’après CNRS université Lyon 1

 

DOCUMENT 2B – Interactions entre le génome de Wolbachia et celui de ses cellules-hôtes

Il a été mis en évidence d’importants transferts d’information génétique entre le génome de la bactérie et celui de sa cellule-hôte. En effet, des gènes appartenant initialement à Wolbachia ont été identifiés comme faisant partie intégrante du génome du noyau des cellules hôtes d’Arthropodes.

D’après Collège de France Chaire d’immunologie moléculaire 2008

 

DOCUMENT 3

 

interactions génome/cellules-hôtes

 

 

DOCUMENT 4

DOCUMENT 4A – Protocole du sérodiagnostic du paludisme par immunofluorescence indirecte

On utilise une plaque alvéolée. Dans chaque alvéole ont été fixés des antigènes du Plasmodium. On teste alors le sérum du patient pour y détecter la présence d’anticorps anti Plasmodium en mettant en contact le sérum à tester avec les antigènes fixés dans l’alvéole.

On ajoute des anticorps de lapin dirigés contre les anticorps humains ; ces anticorps de lapin sont marqués par un fluorochrome (source de fluorescence).

On rince pour éliminer les anticorps non liés.

La fluorescence est enfin visualisée et mesurée avec un microscope approprié.

Bordas terminale S modifié

 

DOCUMENT 4B – Résultats de sérodiagnostics du paludisme et mesure de l’efficacité du traitement à la chloroquine (antipaludéen)

 

Sérum testé Mesure de fluorescence des anticorps marqués au fluorochrome
Mélange de différents sérums issus de personnes infectées par le Plasmodium 4096
Sérum sujet 1 0
Sérum sujet 2 1024
Sérum sujet 2 (6mois plus tard après traitement à la chloroquine) 256

 

Dans communications notes / Ambroise Thomas

 

DOCUMENT 5

La lutte chimique contre les moustiques

 

lutte contre les moustiques

 

DOCUMENT 6

Exploiter une infection chez les moustiques

http://www.martinique.franceantilles.fr

 Si les moustiques peuvent transmettre toute une gamme d'infections, dont le paludisme, de nouveaux travaux suggèrent qu’il serait possible de maîtriser ces infections en utilisant un parasite des moustiques connu sous le nom de Wolbachia. Il a été montré que certaines souches particulières de cette bactérie réduisaient de moitié la durée de vie des moustiques et leur capacité à propager les infections comme le paludisme (...)

Pour pouvoir limiter la durée de vie de leur moustique-hôte, ces souches particulières présentent un système de sécrétion à laquelle participe la protéine virB11, codée par le gène du même nom ; cependant ce gène n’est pas toujours présent dans le génome de Wolbachia (...)

Une des perspectives serait donc de produire des Wolbachia génétiquement modifiées qui permettraient d’infecter des moustiques pour générer de nouvelles lignées porteuses de Wolbachia. Pour cela les étapes suivantes sont à envisager : micro-injections de Wolbachia génétiquement modifiées dans des embryons de moustiques à grande échelle, puis sélection des femelles qui ont incorporé Wolbachia dans leurs cellules sexuelles et sont ainsi capables de la transmettre à leur descendance. Ensuite plusieurs étapes de tests en semi liberté sont nécessaires afin d’étudier la capacité de ces moustiques porteurs de Wolbachia à se répandre au sein d’une population non porteuse, et d’évaluer les risques (...).

Université d’Oxford 2009 modifié

 

DOCUMENT 7

DOCUMENT 7A – Séquence d’une portion du gène de Wolbachia codant pour la protéine VirB11

Brin transcrit

          ...C T G A T A C T T T T C T A C C C G C G G A A G ...

          ...G A C T A T G A A A A G A T G G G C G C C T T C ... 

Brin non transcrit

 

D’après Université de Poitiers

 

DOCUMENT 7B – Le code génétique

 

le code génétique

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?