Fiche de lecture Cyrano de Bergerac - Français - Première S

Fiche de lecture Cyrano de Bergerac - Français - Première S

Découvrez cette fiche de lecture rédigée par un professeur de français, consacrée à la pièce de théâtre Cyrano de BergeracCette oeuvre est au programme de 1ère S

Fiche de lecture  Cyrano de Bergerac  - Français - Première S

Quiz de Français :

Un évènement survient lors du rassemblement de la famille Strozzi dans la pièce Lorenzaccio. Lequel ?

  • A.Philippe Strozzi est arrêté par des officiers du duc
  • B.Un affrontement éclate entre plusieurs convives
  • C.Le futur mari de Louise est tué
  • D.Louise meurt empoisonnée
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Français

Le contenu du document

Dans la première partie de cette fiche, vous allez découvrir la mise en abyme de cette pièce de théâtre, écrite par Edmond Rostand. Ensuite, notre professeur de français vous propose une analyse sur le réalisme de l'oeuvre Cyrano de Bergerac. Enfin, la dernière partie est consacrée au jeu de contraste entre les différents personnages.


Accédez au contenu de ce cours en le téléchargeant gratuitement.

 

 

Introduction

La première représentation de Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand, le 28 décembre 1897 au théâtre de la porte Saint-Martin, signe le renouveau du drame romantique, genre théâtral qu'on pensait condamné depuis Victor Hugo.

L'oeuvre est si audacieuse qu'on raconte que son propre auteur, Edmond Rostand, fut saisi de panique juste avant la première représentation, et s'excusa devant la troupe de Coquelin, qui allait interpréter sa pièce, de les avoir entraîné dans cette malheureuse aventure – or, la pièce fut un triomphe immédiat. Elle devint un classique : ainsi, pour reprendre les mots du Dictionnaire du Théâtre (Encyclopaedia Universalis et Albin Michel ; Paris ; 1998) : "Sans s'aveugler sur les faiblesses de la pièce, il faut s'incliner devant l'habileté de la construction, l'imagination et la fantaisie de l'intrigue, le pittoresque des tableaux, la verve d'un esprit pétillant, l'ambiance faite à la fois de panache et d'émotion, le lyrisme des tirades. Cette oeuvre n'a pas pris une ride depuis sa création."

Les notes qui suivent ne sont pas un commentaire de l'oeuvre de Rostand, elles sont des pistes de lecture qui vous permettront de l'aborder.

 

Cyrano, une pièce de théâtre sur le théâtre

Dans un premier temps, nous pouvons remarquer que la pièce d'Edmond Rostand tient un discours sur le théâtre, et plus généralement sur la littérature.

 

Une mise en abyme du théâtre.

Tout d'abord, nous constatons qu'une mise en abyme du théâtre est présente dans la pièce, c'est-à-dire que le théâtre est représenté au sein même de la pièce de Rostand. En effet, le premier acte présente au spectateur la représentation à l'hôtel de Bourgogne de La Clorise, une pastorale de Balthazar Baro, un auteur dramatique du XVIIème siècle. La citation de Baro est un prétexte pour Rostand de se moquer de l'auteur : ainsi, au vers 250, Cyrano dit ouvertement : "Vieille mule / Les vers du vieux Baro valant moins que zéro / J'interromps sans remords !"

Mais c'est surtout un prétexte pour que le lecteur ou le spectateur de la pièce comprenne que Cyrano est une pièce de théâtre sur le théâtre.

C'est pourquoi la didascalie ouvrant le premier acte décrit si soigneusement le décor du théâtre : "La salle est un carré long ; on la voit en biais (...) Cette scène est encombrée (...) par des coulisses (...)"

En effet, la totalité de la scène théâtrale est représentée dans cet acte, des coulisses à la salle.

 

Les références à d'autres classiques de la littérature

Par ailleurs, des références sont faites constamment à d'autres pièces de théâtre.

Ainsi, l'acte III n'est ni plus ni moins qu'une réécriture de la scène du balcon dans Roméo et Juliette de William Shakespeare (1597)

Mais la pièce est émaillée de références à d'autres pièces :

  • vers 537 : référence à Jules César de Shakespeare : "J'aime Cléopâtre : ai-je l'air d'un César ?"
  • vers 538 : référence à Bérénice de Racine : "J'adore Bérénice : ai-je l'air d'un Tite ?"
  • vers 626-627 : "Alterne-les, mon fils, comme le vieux Malherbe /Alternait les grands vers avec les plus petits"
  • vers 652 : "Tel Ulysse, le jour qu'il quitta Pénélope..." citation de l'Iliade d'Homère ; autre référence au vers 1768
  • vers 659 660 : référence au "Sonnet à Philis" de Pierre de Marbeuf
  • vers 669 : "Mon nez remuerait-il ?" référence à Pinocchio de Carlo Collodi
  • vers 951 : référence à Don Quichotte de Miguel de Cervantes,

etc.

Ces références ancrent la pièce dans une culture théâtrale.

 

Cyrano, un emblème du théâtre

Par ailleurs, le personnage de Cyrano même est un emblème du théâtre.

  1. Un personnage littéraire

Rostand a fait de son personnage principal un représentant de la littérature, en se reférant par lui à de nombreux genres et registres littéraires

  • Cyrano est une référence au roman de cape et d'épées, avec son chapeau, son épée, son sens de l'honneur. Le dramaturge le souligne d'ailleurs avec la référence à D'Artagnan (vers 441), personnage des Trois mousquetaires d'Alexandre Dumas (1844)
  • Il incarne également la littérature romantique, par son dévouement à Roxane.
  • Il est aussi un exemple d'épopée, et le registre guerrier est très présent dans le quatrième acte de la pièce

Par ailleurs, ces multiples références à d'autres genres littéraires sont ce qui permet d'apparenter la pièce d'Edmond Rostand au genre du drame romantique, tel que l'ont développé des écrivains comme Alexandre Dumas, Victor Hugo (Cromwell), ou encore Alfred de Musset (Lorenzaccio), comme un genre où se mêlent différents styles : tragique, pathétique, et comique, le plus souvent sur fonds de récit historique.

 

  1. Un personnage qui fait de la littérature

D'autre part, Cyrano est un personnage qui fait de la littérature, et du théâtre.

  • Tout d'abord, Cyrano est auteur : auteur réputé de ses tirades : "notre poète", l'appelle Ragueneau, au vers 2345

La célèbre tirade du nez (du vers 312 au vers 365) en est un très bon exemple, car chaque adjectif ouvrant un vers s'apparente à une didascalie

Cyrano est auteur, et il est même un auteur innovant, en usant par exemple du néologisme (création de mots nouveaux) : par exemple au vers 741, création du verbe "ridicoculise[r]"

  • Il est aussi acteur : il interprète des rôles, le rôle, par exemple, du confident de Roxane, au début de l'acte III.

Il préfère le geste à l'action raisonnée : ainsi, il donne son argent au patron du théâtre l'hôtel de Bourgogne, dans le premier acte, pour annuler la pièce, et quand Le Bret lui fait remarquer que cette action n'était pas logique, Cyrano lui rétorque : "Mais quel geste !..." (vers 451)

Pendant que Christian et Roxane se marient, à la fin du troisième acte, il retient De Guiche en jouant le rôle d'un fou qui vient de tomber de la lune : les didascalies notent, à un certain point, qu'il "repre[nd] sa voix naturelle", et qu'il "salu[e]", à la manière d'un acteur.

  • Il est personnage à part entière : il crée avec Christian un personnage parfait, comme il le déclare aux vers 1130 et 1131 : "Toi, du charme physique et vainqueur, prête-m'en / Et faisons à nous deux un héros de roman !"
  • Il est metteur en scène : par exemple, lors de la représentation, acte I, il explique à l'acteur comment lire le texte : "C'est un acteur déplorable qui gueule / Et qui soulève avec des han ! De porteur d'eau / Le vers qu'il faut laisser s'envoler !" (vers 245 à 247)

En outre, Cyrano organise avec Christian la séduction de Roxane, et tente de le diriger dans ses actions comme une marionnette, comme un metteur en scène dirigerait un acteur sur le plateau, par exemple aux vers 1312 et 1313 : "Ne perdons pas de temps. Ne prends pas l'air grognon / Vite, rentrons chez toi, je vais t'apprendre..." ; ou encore "Monte donc, animal !" (vers 1533)

  • Il est souffleur, lors de la fameuse scène du balcon ; jusqu'à ce qu'il remplace Christian et prenne la place de l'acteur

 

La tentation romanesque

De plus, le roman est également présent dans la pièce de Rostand, à de nombreux égards. On pourrait même aller jusqu'à dire que Cyrano de Bergerac est une pièce romanesque, à plusieurs égards.

D'abord, la tentation du romanesque se ressent dans l'utilisation des didascalies. Celles-ci sont, traditionnellement, des indications destinées à l'acteur, pour que celui-ci sache comment interpréter son rôle. Mais dans la pièce de Rostand, les didascalies sont le lieu d'une expression toute romanesque. Non seulement les didascalies d'ouverture d'un acte sont bien plus grandes qu'elles ne le sont d'ordinaire, mais elles usent de figures de style :

  • personnification : ainsi, lors de la première apparition de Cyrano (au-dessus du vers 190), l'auteur qualifie le nez de "terrible"
  • personnification : "les rôtis pleurent" (didascalie d'introduction à l'acte II)
  • phrases nominales et antithèses : "Bousculade de marmitons effarés, d'énormes cuisiniers et de minuscules gâte-sauces"

etc.

Par ailleurs, cette tentation du romanesque se ressent jusqu'aux titres des actes. En effet, lors des deux premiers actes, on peut supposer que les intitulés servent à nommer le décor (acte I, "Une représentation à l'hôtel de Bourgogne" ; acte II, "La rôtisserie des poètes").

L'acte III, intitulé "Le baiser de Roxane", lève le voile sur cette ambiguëté : au lieu du nom du décor, c'est bien un titre que le dramaturge donne à chacun de ses actes, de la même manière qu'un romancier intitulerait des chapitres.

 

Cyrano, une pièce qui s'inscrit dans la réalité

Cependant, paradoxalement, Cyrano de Bergerac est une oeuvre qui, si elle n'est pas réaliste en soi, s'inscrit pourtant dans un contexte réel, et ce à plusieurs égards.

 

Basée sur des personnages réels

Premièrement, c'est un fait bien connu que l'intrigue de la pièce de Rostand se base sur des personnages ayant réellement existé. Edmond Rostand, passionné par l'histoire du XVIIème siècle, prit soin d'ancrer son oeuvre dans un cadre réaliste.

Ainsi, Hercule Savinien Cyrano (1619-1655), dit Cyrano de Bergerac, était un écrivain libertin, poète et libre penseur du XVIIème siècle. Il est notamment l'auteur de Histoire comique des Etats et Empires de la Lune (1655, édition posthume), oeuvre à laquelle Rostand fait de nombreuses références, par exemple lors de sa présentation par Le Bret, vers 100 : "Ah ! C'est le plus exquis des êtres sublunaires", mais aussi et surtout à la fin du troisième acte, lorsque Cyrano, alors qu'il cherche à retenir De Guiche, joue le fou devant lui, prétendant qu'il vient de tomber de la lune (vers 1596 : "Je tombe de la lune !")

A la suite de cette entrevue, De Guiche fera d'ailleurs une référence précise à la rédaction de Histoire comique des Etats et Empires de la Lune (vers 1688 à 1692) :

 

DE GUICHE :

Mes compliments, Monsieur l'inventeur des machines

Votre récit eût fait s'arrêter au portail 

Du paradis, un saint ! Notez-en le détail, 

Car cela vraiment peut resservir dans un livre ! 

 

CYRANO, s'inclinant : 

Monsieur, c'est un conseil que je m'engage à suivre.

 

D'autres personnages ont également une base dans la réalité.

 

Les références au contexte historique

De plus, de nombreuses références historiques permettent d'ancrer le récit dans une réalité historique.

C'est le cas des mentions du siège d'Arras, dans le quatrième acte : il eût lieu en 1640, pendant la Guerre des Trente ans.

C'est aussi le cas avec la référence à Théophrase Renaudot, "l'inventeur de la gazette", aux vers 872 et 873 ; et de la référence à Richelieu au vers 926.

C'est enfin le cas avec les références à Molière, lors du cinquième acte : ainsi, Ragueneau, ruiné, devient "moucheur de chandelles chez Molière" (vers 2490)

 

Au-delà du réalisme : l'influence de Cyrano sur le contexte réel

Bien au-delà de l'ancrage de l'intrigue dans un contexte réel, Rostand va plus loin, en inventant une influence de son héros sur l'histoire. Ainsi, au cinquième acte, on apprend que Molière a volé une scène de Cyrano :

 

RAGUENEAU :

Hier, on jouait Scapin, 

Et j'ai vu qu'il vous a pris une scène ! 

(...)

Oui, le fameux, "Que diable allait-il faire ?..."

(vers 2492 – 2493)

 

Il s'agit là d'une référence à la scène du "Que diable allait-il faire en cette galère", des Fourberies de Scapin de Molière.

L'affirmation de Ragueneau est attestée quelques pages plus loin, quand Cyrano reprend, en parlant de lui-même, le "Mais que diable allait-il faire en cette galère ?...", au vers 2534.

 

Cette référence permet d'abord à Rostand de mieux expliquer le personnage de Cyrano : il se laisse voler par Molière comme il s'était laissé voler par Christian : "C'est justice, et j'approuve au seuil de mon tombeau : / Molière a du génie et Christian était beau !" (vers 2503 – 2504)

Mais elle permet surtout au héros de Rostand de sortir des cadres de sa pièce, et d'entrer dans l'histoire – fait qui adviendra, d'ailleurs, puisque la pièce de Rostand permit non seulement de rendre la célébrité au poète oublié, Savinien Cyrano de Bergerac, mais également de faire de Cyrano un personnage si célèbre qu'il devînt même un archétype. Comme on peut parler d'un "Roméo" en reprenant Shakespeare, ou d'un "Alceste" en reprenant Molière, on parlera d'un Cyrano, en voulant désigner un homme laid, mais amoureux. La force de cet archétype réside dans l'éternelle modernité du personnage de l'amoureux déchu, mais aussi dans la modernité de la pièce de Rostand.

 

Cyrano : jeux de contrastes

Enfin, il nous faut remarquer rapidement que la pièce est basée sur un jeu de contrastes.

 

Un contraste entre les personnages

Les personnages sont contrastés : Christian est aussi beau que Cyrano est laid ; Cyrano parle aussi bien que Christian parle mal.

Ces contrastes sont poussés au point de la complémentarité : "Je serai ton esprit, tu seras ma beauté" (vers 1147)

Le contraste est également présent entre Cyrano et Roxane : lorsqu'ils sont l'un en face de l'autre, elle joue le rôle de la mère, et lui de l'enfant : cf. scène 6, acte II

 

Ce jeu de contraste se retrouve également symboliquement, par exemple par l'antithèse entre "boue" et "étoiles" au vers 957, lorsque Cyrano s'oppose à De Guiche. Par ailleurs, il est possible que cette opposition, qui survient lors d'une discussion littéraire (sur les moulins de Don Quichotte), soit une référence au Ruy Blas de Victor Hugo, exemple type du drame romantique : "un ver de terre amoureux d'une étoile".

 

Un contraste de langages

Ce contraste se retrouve bien entendu au point de vue du langage, ce qui s'illustre assez facilement. Ainsi, dans la scène où Cyrano et Christian réalisent leur complémentarité, l'éloquence de Christian est bien au-dessous de celle de Cyrano : il s'exprime par phrases brèves, parfois nominales, interrompues, presque par onomatopées : "Quoi ?", "Mais, Cyrano !...", "Tu me fais peur !" (vers 1131 à 1142)

De même, confronté à Roxane, Cyrano perd son éloquence.

Enfin, le contraste langagier est également présent entre les soldats de la compagnie des Gascons et Cyrano. Face à la maîtrise langagière de Cyrano, ils cumulent les erreurs de style, ce qui est d'ailleurs un des ressorts comiques de la scène : "Regardez-moi ! M'avez-vous entendu ?" : jeu d'antithèse entre les verbes de perception, vers 1051.

 

ALLER PLUS LOIN DANS L'ETUDE DE CYRANO

Sur Internet

Personnage d'une éternelle modernité, Cyrano de Bergerac est tout aussi admiré aujourd'hui qu'à sa création. Un site Internet lui est même consacré, sur lequel vous pouvez vous tenir informé des prochaines représentations de l'oeuvre de Rostand : www.cyranodebergerac.fr

 

Adaptations cinématographiques

L'histoire de Cyrano parle tant au public que l'histoire d'Edmond Rostand fit l'objet de très nombreuses adaptations cinématographiques : huit au total. La plus célèbre reste la version de Jean-Paul Rappeneau (1990), où Gérard Depardieu incarne le héros au grand nez.

 

Reprises diverses

Cyrano fut également l'objet de nombreuses reprises, que ce soit à l'opéra ou en bande dessinée.

Son personnage est maintenant présent dans notre imaginaire collectif.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac S le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac S

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit à bac-s.net pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac S

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?